logo et baseline voyageons-autrement
séjours et de loisirs dans le domaine du tourisme responsable et durable

Le touriste et l’orphelin

| 15 août 2017 • Mis à jour le 15.08.2017 à 13h54
Thèmatique :  Monde   Tourisme de masse 
         

Aurait-on pu croire que les séjours de tourisme solidaire dans des orphelinats étaient en réalité une façon très peu éthique de récolter de l’argent et, au passage, d’exploiter des enfants ? La “tendance” de ce type de tourisme social et solidaire est aujourd’hui mise à mal par plusieurs études qui démontrent que les orphelinats sont rarement ce qu’ils prétendent être, que les orphelins ont bien souvent une famille, et que derrière ces soit-disant associations caritatives se cache trop fréquemment une triste histoire d’esclavage moderne…

Des orphelins… avec famille

Lorsque l’on s’intéresse au tourisme solidaire et que l’on désire apporter son aide dans des pays en développement, on tombe systématiquement sur des propositions liées à des orphelinats. On vous invite à venir y apporter son aide, son temps libre, ses capacités d’enseignement… et son argent. Le tout, pour aider de pauvres orphelins à sortir de la misère et permettre aux associations qui les recueillent, grâce à vos généreux fonds, de prendre soin d’eux. Malheureusement, des spécialistes des droits de l’homme dénoncent de plus en plus ces pratiques douteuses, qui cachent trop souvent des enlèvements d’enfants et différentes formes d’esclavage (mendicité, abus sexuels….).

La majorité des “orphelins” ont en réalité une famille, à laquelle ils ont été arrachés

On estime qu’à l’heure actuelle, sur les huit millions d’enfants déterminés comme orphelins dans le monde, 80% auraient au moins un parent vivant. Et ce chiffre est en constante augmentation, parallèlement aux offres qui invitent les touristes à visiter (contre de l’argent) ou à apporter leur soutien à des orphelinats. Sauf que ces orphelins ont été le plus souvent volés ou achetés à leur famille, sans jamais se soucier de leur âge. Les “vraies” associations insistent ainsi sur le fait qu’en deçà de l’âge de douze ans, le moins déséquilibrant pour un enfant véritablement orphelin est de lui trouver une famille d’accueil, au sein de laquelle il pourra s’épanouir et trouver des repères.

Les orphelinats qui accueillent parfois des dizaines de très jeunes enfants sont de ce fait à étudier avec la plus grande attention… car ces situations parfois devenues banales devraient en réalité être exceptionnelles et utilisées uniquement en cas de dernier recours.

De l’esclavage moderne

Résultat, certaines personnes peu scrupuleuses ont simplement vu là un moyen de faire des affaires : devenus attractions touristiques, les orphelins sont traités comme des bêtes de foire et peuvent rapporter gros. Profiter de la misère pour s’enrichir, l’idée n’a malheureusement rien d’original, mais sans doute les touristes occidentaux sont-ils peu informés de ce genre de pratiques… Nombre de ces orphelinats ne respectent pas les droits des enfants et, dans les pires cas, font d’eux de véritables esclaves. Il n’est pas rare d’en voir mendier dans les rues, inviter les voyageurs à visiter leur orphelinat ou se mettre à danser dans la rue, mais aussi subir directement le tourisme sexuel… Ils peuvent enfin être victimes de trafics d’être humains.

Les enfants sont notamment utilisés pour mendier dans les rues

Des pays comme le Cambodge, l’Indonésie (Bali) ou Haïti sont touchés de plein fouet par ces pratiques illégales et immorales. A Haïti, des “chercheurs d’enfants” sont recrutés et payés par les directeurs d’orphelinats, qui reçoivent des sommes mirobolantes de la part de fonds privés étrangers pensant faire une bonne oeuvre. La situation est préoccupante, même si des efforts ont été faits récemment par le gouvernement, qui a mis en place une commission spéciale destinée au trafic d’enfants. Au Cambodge,  le gouvernement a lancé, en 2011, une campagne intitulée “Children are not Tourist Attractions”, mais sans résultats concluants.

L’ONG Tourism Concern, ainsi que l’ATES, encouragent les voyageurs à ne pas visiter les orphelinats : “Lorsque je rencontre des gens qui désirent visiter des orphelinats au Cambodge, je leur demande s’ils feraient pareil dans leur propre pays. Que vous dirait-on si vous vous rendiez dans des centres sociaux à Londres, Sydney, Berlin ou Tokyo en disant que vous désirez jeter un œil aux résidents, souvent vulnérables et traumatisés, afin d’avoir de belles histoires à raconter à vos amis, de voir comment vivent les enfants, de leur faire quelques câlins et de prendre de chouettes photos pour votre page Facebook ? Bien sûr que la réponse serait non. La majorité des gens ne penseraient même pas cela comme acceptable d’avoir de telles pratiques dans leur pays…“, explique l’un des membres de Tourism Concern.

De quoi faire réfléchir sur nos comportements à l’étranger, et faire de nous des voyageurs véritablement responsables – plus encore, si nous en parlons autour de nous.


Le touriste et l’orphelin | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Mélusine Lau

Facebook

Découvrez nos abonnements

Informations utiles pour voyager

TRANSAT s'engage pour le tourisme durable Statut : gros opérateur Transat A.T. inc. est l'une des plus grandes entreprises de tourisme intégrées du monde et le chef de file de l'industrie des voyages vacances au...

Daktari - Missions d'éducation et écovolontariat en Afrique du Sud Daktari est situé dans une reserve privee d'Afrique du Sud. Daktari propose une mission pour éduquer les enfants défavorisés sur l'environnement...

Daktari - Une action pédagogique d'écovolontariat en Afrique du Sud En qualité d'écovolontaire, vous participerez au programme d'éducation pour les enfants défavorisés de Daktari à travers l'orphelinat pour animaux....

Interview de Mr Henri Dalbiès, Président d'ICD Afrique ICD-Afrique est une ONG créée par des scientifiques, des enseignants et des professionnels du développement rural intégré pour soutenir, dans une démarche...

Evaneos - Le souci d'un tourisme responsable   La démarche d’Evaneos se veut positive pour les voyageurs autant que pour les hôtes. Parmi les critères de sélection des agences locales, le voyagiste met particulièrement...

Sur les traces de Wild Routes of Kenya Fondé en 2008, Wild Route of Kenya est né de la passion d’un couple de Français pour l’Afrique, les animaux, et la nature. Basé au Kenya, dans la vallée de Subukia, ils proposent...

Le RDV du voyage sur mesure au coeur de Paris

L'actu en continu

Les plus partagés

    Les derniers tweets

    Les catalogues Voyagiste


    Agenda