#TourismeDurable
Demande d'envoi de la feuille de chou et inscription Newsletters

Tourisme spatial, décollage imminent ! Rencontre avec JL Wibaux. 2e Volet.

| Publié le 30 janvier 2012 • Mis à jour le 30 janvier 2012 à 16h22
         

Le tourisme spatial semble bel et bien se dessiner comme une activité d’avenir. Mais qui en seront les acteurs, les pourvoyeurs, et comment tout ce petit monde se prépare-t-il à ce grand départ. Poursuite de la rencontre avec Jean-Luc Wibaux.

Escapade spatiale @JLWibaux

Comment les futurs « touristes de l’espace » sont-ils préparés à ces voyages et tous les voyageurs peuvent-ils prétendre à cette aventure hors du commun ?

Le voyage débute longtemps à l’avance par des rencontres, des conférences, des réunions, parfois des expériences physiques et émotionnelles, et se termine par trois jours de tests et d’entraînement à l’impesanteur peu avant le départ. C’est seulement à l’issue de ces trois jours que le candidat à l’espace décidera de son vrai départ ou non, en parfaite connaissance des conditions de son vol. Jusqu’au pied de la navette spatiale, il peut résilier et se faire rembourser.

Quels sont les points forts et les points faibles des deux principaux concurrents soit pour l’heure, Virgin Galactic et Amarillo ?

Sur le plan technique, Amarillo Xcor est plus avancé : son choix de motorisation est plus simple, mieux connu, et pratiquement certifié pour le vol commercial. En outre, il est moins cher, 100 000 dollars au lieu de 200 000. En revanche, sur le plan « émotion », le projet de Virgin Galactic (VG) est bien plus ambitieux ; là où Xcor propose une altitude de 60 kilomètres (4 fois l’altitude de Concorde), VG propose 110 kilomètres (plus de 7 fois le Concorde) permettant d’embrasser une bien plus grande partie de la Terre d’un seul regard. Là où VG propose des vols à six passagers et deux pilotes, Xcor n’emporte qu’un seul passager et son unique pilote. Là où le partage, la connivence, le soutien commun agiront comme des supports utiles à cette prise de risque, la modeste expérience de X COR paraitra bien plus fade. Et puis, sur le plan sécurité, deux pilotes valent mieux qu’un !

Justement, qu’en est-il de la sécurité des passagers pour des vols particulièrement ambitieux ?

A la différence des « Space shuttles » (navettes spatiales) américaines, les navettes Virgin Galactic et consoeurs ne fonctionnent pas avec des moteurs à poudre. La combustion des moteurs hybrides utilisés aujourd’hui permet de stopper l’ascension à tout moment, et de revenir à la base en vol plané comme n’importe quel avion. C’est une sécurité primordiale. Pour le reste, les pépins de santé possible sont anticipés par les trois jours d’entrainements et de tests qui permettent de simuler toutes les pressions et perceptions attendues du vol suborbital. Au cours du vol lui même, les deux pilotes, comme à présent dans les avions de ligne, sont entraînés à toutes les phases critiques. Enfin, la certification FAA pour un usage commercial scelle la garantie de résultat de la compagnie à l’égard de ses passagers. Toutefois, il est certain que personne ne décollera dans les premières années sans une certaine appréhension mais, comme toujours, l’émotion est à ce prix.

LES AUTRES ARTICLES DE CE DOSSIER

EN SAVOIR PLUS : www.unticketpourlespace.fr


Tourisme spatial, décollage imminent ! Rencontre avec JL Wibaux. 2e Volet. | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Auteur et journaliste indépendante spécialisée sur le tourisme durable et le monde chinois, Geneviève Clastres est également interprète et représentante de l'artiste chinois Li Kunwu. Collaborations régulières : Voyageons-Autrement.com, Monde Diplomatique, Guide vert Michelin, TV5Monde, etc. Dernier ouvrage "Dix ans de tourisme durable". Conférences et cours réguliers sur le tourisme durable pour de nombreuses universités et écoles.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Carnet d'aventures en Amazonie française : La forêt de bas en haut Carnet d'aventures en Amazonie française - Episode 2 : La forêt de bas en haut...

VIATICA,  première revue universitaire en ligne sur la littérature de voyage Viatica est la première revue universitaire en ligne exclusivement consacrée à la littérature de voyage. Elle souligne l’intérêt croissant...

Salon Ecorismo : deuxième jour – Jeudi 13 janvier 2011 journée marquée par les rencontres et les échanges, symbole de la partie sociale et humaine du tourisme responsable…...

Quelle place pour le tourisme sur les sites mémoriels ? Reflexion sur tourisme et sites mémoriels...

Tourisme spatial, décollage imminent ! Rencontre avec JL Wibaux. 3e Volet. Le tourisme spatial n'est pas sans poser de questions sur les défis que cela représente en terme de coût, d'investissements... Suite et...

Vitoria-Gasteiz : une ville espagnole à la pointe de l'accessibilité Située dans le pays basque espagnol, Vitoria-Gasteiz a tout d'une ville exemplaire en terme de durabilité et de responsabilité...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :

Tourisme spatial : Rencontre avec JL Wibaux

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda