logo et baseline voyageons-autrement
séjours et de loisirs dans le domaine du tourisme responsable et durable

Le jour où Thomas Cook a mis la barre vers le durable

| 15 avril 2013 • Mis à jour le 06.07.2013 à 9h40
Thèmatique :  Acteur privé   Labels   Tourisme de masse 
         

Il y a comme une crise de sens dans les entreprises aujourd’hui, une prise de conscience de plus en plus aigüe que la seule croissance ne suffit plus, qu’il faut y ajouter des valeurs, du sens, un équilibre. Années après années, voyagistes et professionnels du voyage se mobilisent. En 2011, la chaîne Accor avait fait le pari de devenir le leader de l’hôtellerie responsable. Depuis peu, c’est au tour de Thomas Cook de tenter de soigner son image en intégrant le label travelife.

Logo TC

En guise de préambule

Sur l’échiquier du tourisme responsable, ces trente dernières années sont assez révélatrices de la maturation d’une société dans son rapport au monde. Certes, tout n’est pas rose dans les grandes entreprises aujourd’hui, on nous le martèle assez : pressions, licenciements, plans sociaux sont encore le quotidien de bien des salariés. Et chez Thomas Cook, comme ailleurs, on a peine à restructurer un immense paquebot balloté par les soubresauts d’une planète de plus en plus maltraitée. Toutefois, il est parfois bon de parler de ce qui ne fâche pas, de projets et d’efforts, qui certes, en amèneront certains à sourire, mais n’en reste pas moins des tentatives d’insuffler un peu de sens et d’humanité dans un monde qui en a tant besoin.

La longue marche du tourisme responsable

En outre, il y a de vraies tendances, des lames de fond qu’il faut savoir voir et comprendre. Et en matière de tourisme responsable, ces quarante dernières années sont tout de même assez parlantes. Il y eut d’abord le temps des ONG et du militantisme pur et dur, des projets pilotes comme les campements de Casamance qui datent des années 1960 et que certains font mine de redécouvrir aujourd’hui. Puis, au début des années 1990, on assiste à l’émergence de quelques associations engagéesTransverse étant l’une des première –  associations dont le but alors n’est pas d’organiser conjointement des voyages mais qui font surtout office de centre d’information et de sensibilisation sur le tourisme nord/sud.

Je ne vais pas refaire toute l’histoire mais on peut évoquer les premières chartes éthiques, les premiers regroupements, quelques voyagistes d’aventure qui se rassemblent autour d’ATR, des associations de voyage autour de l’ATES. L’idée : définir des grilles de critères pour tenter de moraliser peu à peu ce tourisme dont les effets pervers se font de plus en plus sentir. Certes, cela reste encore relativement confidentiel au niveau du grand public mais les lignes commencent à bouger. Dans les années 2000, le militant bénévole de la première heure tend à se métamorphoser en un consultant aguerri qui vient vendre ses recettes, produits et autres labels.

L’affirmation du durable

Ces dix dernières années, les enquêtes d’opinion n’ont cessé de montrer la progression du tourisme durable dans le cœur des Français (pas forcément toujours dans le porte monnaie) et il est à présent rare pour un acteur du tourisme de ne pas être impliqué dans un projet quelque qu’il soit pour faire gage de son humanité et de son implication à cette grande cuisine responsable. Il n’est jusqu’aux formations qui ne se soient spécialisées et les universités, sentant la tendance, ouvrent chaque année de nouveaux masters et autres licences pro pour former les futurs spécialistes du tourisme solidaire, responsable, durable, éthique, et j’en contourne.

Alors, forcément, il fallait bien que les grandes entreprises soient un jour ou l’autre piquées par le virus. Certaines n’ont d’ailleurs pas attendu cet article taquin et remonteraient bien de quelques paragraphes. Toutefois, on peut dire que pour les acteurs du tourisme de masse, les choses bougent vraiment depuis ces cinq dernières années. De fait, la majeure partie des professionnels du voyage ont compris qu’au-delà des bonnes manières, il y a fort à gagner à jouer la carte verte et responsable puisqu’au final, les comptes de résultat s’y retrouvent aussi quand on économise l’eau, l’énergie, que l’on trie les déchets et que l’on recycle le papier.

Au suivant !

En 2011, Accor affirmait vouloir se positionner en leader de l’hôtellerie durable. Aujourd’hui, c’est au tour de Thomas Cook France de faire le vœu d’être le fer de lance des T.O de masse engagé. Déjà, depuis 2006, le groupe a initié le programme Travelife hôtel pour labéliser ses hébergements. La partie française l’a rejoint en 2011 et aujourd’hui, sous l’impulsion de Cathy Bou, c’est au tour de l’ensemble du groupe France de commencer le programme Travelife spécifiquement destiné aux T.O.

Alors, en dépit de la phase difficile que traverse actuellement Thomas Cook France, ou peut être parce qu’il traverse aujourd’hui une crise sans précédent, le cœur des choses semblent bouger. En septembre 2012, un changement de tête au sein de la direction avait déjà amené un cabinet privé à initier une nouvelle méthode issue du livre « Osez la confiance » de Bertrand Martin, Vincent Lenhardt et Bruno Jarrosson. Il y est évidemment question de confiance mais aussi, bien sûr, de valeurs et d’engagements. Thomas Cook a depuis marqué le souhait d’être le fer de lance du tourisme responsable au sein des gros T.O. La voie vers un « Osez le durable» est peut-être en marche. Osons l’espérer.

LES AUTRES ARTICLES DE CE DOSSIER


Le jour où Thomas Cook a mis la barre vers le durable | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres

Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l’Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l’Asie. Reportages divers.


FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Thomas Cook en mots et en chiffres Avant d’être l’un des groupes touristiques parmi les plus connus au monde, Thomas Cook (1808-1892) fut un homme d’affaire britannique, un homme du 19e siècle, pionnier du secteur...

Le jour où Thomas Cook a mis la barre vers le durable Il y a comme une crise de sens dans les entreprises aujourd’hui, une prise de conscience de plus en plus aigüe que la seule croissance ne suffit plus, qu’il...

L'urgence d'agir de Cathy Bou Vive et enjouée, Cathy Bou est l’électron durable de Thomas Cook, celle qui œuvre depuis des années pour faire basculer la partie française du groupe – près de 1 300 personnes tout de...

Quatre questions à Cathy Bou Le jour où nous avons rencontré Cathy Bou, la presse ne donnait malheureusement pas de très bonnes nouvelles quant à la santé de Thomas Cook France, nous avons eu envie d’en savoir un...

« Les oubliés du sport » assisteront à l’arrivée de la 100e du Tour sur les Champs ! Dix jeunes enfants âgés de dix à douze ans participeront à un séjour multi-sport de trois jours organisé par le groupe « Jeunes...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :

Thomas Cook

La Campagne à bras ouverts en Provence-Alpes-Côte d'Azur
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda