#TourismeDurable

Las Terrazas, un projet d’écotourisme au cœur de Cuba

| 10 mars 2016 • Mis à jour le 10.03.2016 à 9h54
Thèmatique :  Projet solidaire   Territoire 
         

Dans les années 1970, Cuba entreprend la reforestation de la zone montagneuse de la Sierra del Rosario, au cœur de la cordillère Guaniguanico, à quelques 50 kms de La Havane en direction de Pinard el Rio. Aujourd’hui, tous les paysans qui vivaient dans cette zone se sont regroupés en une communauté, Las Terrazas, et travaillent au maintien de l’environnement reconstitué et à l’organisation d’un projet écotouristique qui a pour pivot différents lieux de visites ou de séjours à Cuba.

Ecotourisme

Las Terrazas@GClastres

Genèse d’un petit paradis cubain

Las Terrazas n’a pas toujours été le havre de paix qu’il est devenu aujourd’hui. Pendant la colonisation espagnole, beaucoup d’arbres sont coupés, une déforestation massive qui continue avec l’implantation du café sur la zone par les Français au 19ème siècle. Sur place, on peut encore découvrir l’ancienne propriété caféière qui domine la colline – le Cafetal – (240m au dessus du niveau de la mer) et les anciennes ruines de caféiers « Buena Vista ». On se trouve alors sur le point le plus étroit de l’ile (31 kms), un bout de terre occupé jadis par une famille française et ses esclaves sénégalais, dont on visite encore les « barracons », de toutes petites pièces en pierre où hommes et femmes vivaient séparés, avec de minuscules fenêtres pour les offrandes aux dieux. Les esclaves travaillaient dans les plantations qui s’étendaient jusqu’aux abords de la rivière San Juan, s’occupaient des arbres, jusqu’à cette année de 1946 où un typhon sonne le déclin.

Plan de Las Terrazas

Plan du site@GClastres

Un site naturel protégé

En 1949, les rebellions sont légions, la concurrence du Brésil de plus en plus forte, le site est abandonné. Quelques paysans locaux l’occupent alors pour produire du charbon puis, en 1968, un projet spécial sonne sa renaissance. Sept millions d’arbres sont replantés, 24 espèces représentant une alliance entre les plantes vernaculaires et l’introduction de nouvelles essences. En outre, les champs commencent à être travaillés en terrasse, une technique agricole qui donnera son nom au lieu : « Las Terrazas ». L’opération est un succès. En 1985, Las Terrazas devient la première réserve naturelle protégée de l’île de Cuba inscrite à l’Unesco. L’ensemble représente plus de 5 000 hectares et compte des espèces rares tel l’arbre des Caraïbes ou le mahagua (un bois dur qui sert à faire les battes de baseball) et une biosphère extrêmement diverse avec de nombreuses fleurs, des animaux endémiques comme le cerf blanc, le lapin du Mexique, un boa inoffensif, foultitude d’oiseaux dont le « sorsal », colibri emblème du site, et même l’une des grenouilles les plus petites au monde (16 mm) !!

Las Terrazas

Bains de San Juan@GClastres

Une communauté cubaine soudée

Toutefois, Las Terrazas ne serait pas vraiment ce qu’elle est devenue sans sa communauté, fondée en 1971, et qui a permis de lier cette zone naturelle exceptionnelle à une organisation sociale basée sur la solidarité et la mise en commun des besoins. Instaurée avec les paysans du cru, cette organisation est aussi un modèle d’intégration qui compte aujourd’hui près de 1000 personnes. La majeure partie vit du tourisme mais Las Terrazas possède aussi son école (260 élèves de primaire et collège), plusieurs restaurants, une « maison pour tous » avec sa salle des fêtes qui propose des activités pour tous les âges comme « le jeudi pour le peuple », où chacun vient partager ses compétences. En outre, le site propose de nombreuses activités aux visiteurs de passage : équitation, baignade dans les baignoires naturelles de la rivière San Juan, canoé, tyrolienne, activités manuelles, randonnées, etc. Et on ne sera pas étonné que l’un des restaurants soit totalement bio avec un cuisine solaire, une carte en papier recyclé, des produits entièrement naturels, à l’image de tout un système vertueux où l’habitat est pensé pour être durable et laisser le maximum de place à la végétation, des plantes que l’on se partage en toute convivialité. On peut ainsi cueillir des oranges directement sur l’arbre quand on le souhaite, déguster du café produit localement, déjeuner dans un restaurant de cuisine paysanne…

Li Kunwu à Cuba

Atelier de papier recyclé d’Ariel@GClastres

Et demain ?

Pour l’heure, le site vit principalement du tourisme, avec quelques 70 % de ses membres travaillant dans le secteur contre 30% pour la santé, l’éducation et l’agriculture. C’est en 1984 que le tourisme a été introduit dans le projet. Pour avoir accès au site, les visiteurs doivent s’acquitter d’un droit d’entrée. Moly, guide touristique sur le site : « Grâce au tourisme, à ce projet écotourisme, nous avons du travail et gardons les jeunes générations ici. Chaque jour, en saison haute (de novembre à avril), nous accueillons près de 600 visiteurs, des Français, Allemands, Américains, quelques chinois mais aussi beaucoup de Cubains. » Las Terrazas possèdent plusieurs hébergements – l’hôtel Moka, des cabanes en bois – mais ne souhaite pas non plus multiplier les hôtels, d’autant qu’il existe aussi des maisons long séjour pour les résidents du moment. Quant aux habitants de la communauté, ils vivent dans de petits appartements qu’ils ne possèdent pas, la propriété privée étant proscrite du site.

Las Terrazas

Artisanat local@GClastres

Afin d’arrondir les fins de mois, beaucoup produisent également de l’artisanat qu’ils proposent aux visiteurs, sculptures de bois, bijoux, jeux, essences de plantes, poupées, etc. Le produit de la vente revient à 70% à l’artisan qui reverse donc 30% pour la communauté. Enfin, quelques artistes vivent également sur place et accueillent les visiteurs, à l’image d’Ariel Gato Mirando qui produit du papier recyclé. « A l’origine, je n’ai pas eu le choix. Pendant la période spéciale, nous manquions de tout. Pour étudier, un de nos professeurs nous avait appris à faire du papier ». Aujourd’hui, Ariel reçoit les touristes et leur propose sa production artistique et artisanale.

Epilogue

Alors, Las Terrazas, un modèle d’organisation sociale au cœur de la nature ? C’est en partie vrai, mais le futur n’est pas non plus sans interrogations. La communauté grandit. Les enfants sont si bien qu’ils ne souhaitent pas partir. Or le problème de place commence à se faire sentir. Les maisons sont petites pour des familles qui ne cessent de s’agrandir. Des défis de demain que les nouvelles générations devront avoir à l’esprit. Et pourtant il serait souhaitable que ces petits coins de paradis s’étendent et se reproduisent à l’infini…

Las Terazas vue globale

Photo du site@GClastres

 


Las Terrazas, un projet d’écotourisme au cœur de Cuba | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

A la rencontre d'une Barcelone différente avec 7 idées originales Après Marseille et Toulouse, Voyageons Autrement reste dans le sud avec nos propositions pour découvrir Barcelone et ses environs de façon peut...

Ni label, ni certification : V.V.E. présente son système d'évaluation de terrain Nous connaissons l'engagement de l'Association des Voyageurs et voyagistes eco-responsables, celui-ci évolue, une fois de plus,...

Voyager autrement - Tourisme responsable et solidaire Voyager autrement (vacances bleues) entend tisser des liens durables avec les acteurs du développement. Pour cela, une participation financière (promotion activité)...

Baracoa : Oriente, luxuriance et cacao ! A l’extrêmité orientale de Cuba se trouve une petite bourgade colorée au fort caractère. Longtemps honnie pour avoir osée se tenir à l’écart du monde havanais, elle fut sous...

Rencontre avec Jean-Pierre Lamic, le président de l'association des Voyageurs et Voyagistes éco-responsables Jean-Pierre Lamic est un accompagnateur en montagne. Il a vécu à Cuba, au Mexique, au Maroc, en Turquie,...

L'écotourisme, un nouveau défi pour la Caraïbe ? À l'heure où la demande touristique semble évoluer les pays membres de la région des Caraibes se penchent sur la nouvelle voie que pourrait représenter l'écotourisme,...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Cuba Autrement, au-delà des clichés

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda