#TourismeDurable
Aventure Écotourisme Québec

Arvel Voyages : souvent solidaire, toujours responsable !

| 27 février 2018 • Mis à jour le 27.02.2018 à 13h44
Thèmatique :  Acteur associatif   Bons plans   Guides   Portrait   Routes du Monde 
         

Arvel en Palestine, sur le Chemin d’Abraham

Depuis maintenant 50 ans l’association Arvel Voyages, pionnière du tourisme solidaire, propose non seulement de découvrir des pays, mais de s’y élancer à la rencontre de leur culture comme de leurs habitants. Définitivement équitables et responsables dans leur approche du voyage, ces passionnés n’ont cessé d’élargir leurs propositions pour nous ouvrir aujourd’hui à la réalité de 120 destinations dans plus de 50 pays. Rencontre avec Stéphane Lyonne, responsable de l’activité et vibrant adepte de ce tourisme « à hauteur d’homme » qui a fait la moitié du chemin avec Arvel…

Voyageons Autrement : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Stéphane Lyonne : Jeune, j’étais un grand voyageur. Un voyageur aux poches crevées mais malgré tout un voyageur consommateur. Jusqu’à ces journées de 1995 où je me suis retrouvé à Madagascar, en pleine crise du pays, à me demander ce que je faisais là, au milieu de ce chaos, de ces malgaches désœuvrés, me sentant inutile, me posant 1000 questions sans pouvoir y apporter aucune réponse. Alors, j’ai arrêté de voyager. Je me suis expatrié et ai travaillé plusieurs années à l’étranger comme professionnel de l’image. A mon retour, j’ai découvert Arvel et l’esprit de leurs voyages. Cela a redonné du sens aux miens, m’en a redonné le goût. 20 années durant, (dont huit comme administrateur bénévole), j’ai été accompagnateur Arvel, porteur de cette culture superbe qui bâtit un pont entre les lieux, leurs habitants et les visiteurs. Et je le suis toujours.

VA : Comment est né Arvel voyages ?

SL : A la fin des années 60, une poignée d’enseignants a commencé à accompagner en Ex-Yougoslavie, en logeant chez l’habitant, des gens qui n’avaient pas de moyens pour voyager. Puis la pratique s’est étendue au Chiapas (Mexique) et en Algérie. Arvel est donc issu du tourisme social le plus pur. En chemin, en s’ouvrant aux long-courriers, les enseignants accompagnateurs bénévoles ont rencontré, sur place, des populations qui vivaient des moments difficiles et ont commencé à leur apporter de l’aide, de manière informelle. Ensuite, comme souvent, les choses se sont peu à peu organisées, de telles sortes que l’on est arrivé à proposer des voyages différents dans une dizaine de pays que l’on connaissait bien.

VA : Quelles formes de tourisme social et solidaire pratiquez-vous ?

SL : Il s’agissait donc au départ de permettre à une population, sans culture du voyage ni moyens, de découvrir d’autres pays. Durant ces années pionnières du tourisme social nous avons inventé des grilles de réductions tarifaires T2, T3, T4, etc. et produit de nombreux voyages chez l’habitant en Pologne, Albanie, Russie, etc. Avant de nous recentrer peu à peu sur les voyages itinérants de découverte et la solidarité. Ce qui nous définit avant tout, aujourd’hui, c’est la dimension responsable du tourisme proposé. Arvel, c’est d’abord une petite équipe impliquée qui met en musique des voyages de grande qualité, ouverts à tous et, surtout, ayant du sens. On y découvre bien entendu tout ce qu’il « faut » voir, plus des tas de petits lieux riche d’humanité, favorisant des rencontres spontanées et authentiques. Cela, en nous insérant dans l’économie locale, via de petites structures familiales auxquelles nous restons fidèles. En Indonésie, au Vietnam ou en Ethiopie, nous aidons ainsi depuis des années (des décennies ?) plus d’une centaine d’entreprises familiales sur lesquelles nous ne réalisons jamais d’économie d’échelle.

Arvel au Japon

VA : Et vos voyages labellisés « solidaires » ?

SL : On y est reçus par des ONG qui, sans voyeurisme, nous expliquent les problèmes présents et les solutions amorcées. On découvre cette réalité en partageant un peu du quotidien local ; avec les enfants des rues au Vietnam par exemple ; ou avec ceux d’une école créée dans un bidonville, en Inde. Autant de temps inclus dans le voyage de découverte qui viennent éclairer l’histoire locale et bien d’autres aspects du reste du voyage. Via la compréhension du système des castes pour rester sur le dernier exemple, indien. Depuis peu, pour agir plus efficacement, nous avons créé un fonds de solidarité. 40% du montant de l’adhésion (nous sommes une association 1901 à laquelle il faut adhérer pour voyager), auxquels s’ajoutent une part des résultats de fin d’année et un modeste pourcentage pris sur les voyages « solidaires » sont redistribué à 10 ONG œuvrant au développement local.

VA : Que désigne « l’esprit Arvel », cette expression inventée par les voyageurs qui vous accompagnent ?

SL : Cela recouvre notre manière de faire du tourisme : en ne conservant que les bons côtés du « voyage organisé », une idée définitivement moderne, en vérité. On mutualise les coûts et avec les économies effectuées, on embarque avec soi un accompagnateur qui est force de propositions et de rencontres dans ces voyages immersifs. Nos voyages sont des voyages de découverte classiques, faisant le tour de tout ce qui est essentiel à voir, auquel s’ajoute cette dimension d’intégration dans la vie locale, d’imprégnation et la rencontres d’hommes et de femmes avec lesquels on va parfois passer du temps , tisser des liens, .Chacun demeure d’ailleurs libre d’une partie de son temps, raison pour laquelle les repas ne sont pas inclus. C’est du voyage à hauteur d’homme, et toujours en petit groupe, pour créer une ambiance, une âme.

VA : Si vous deviez évoquer une proposition de voyage emblématique ?…

SL : La Palestine. Un voyage triptyque. En un, le fabuleux patrimoine architectural lié aux trois religions du Livre : vieille ville de Jérusalem, tombeau des Patriarches, etc. En deux, la découverte du Sentier d’Abraham, idée magnifique ayant débouché sur une réalité qui ne l’est pas moins. Au départ, un étudiant d’Harvard a proposé de créer un grand Sentier de la Paix qui serpenterait à travers les divers pays traversés par le patriarche biblique. Un projet qui dû, malheureusement, être abandonné en raison des tensions régnant dans la région. Mais les Palestiniens, eux, ne voulurent pas lâcher l’idée, et décidèrent de financer la création du sentier sur leur territoire. Deux structures françaises spécialistes de l’aménagement du territoire et du tourisme rural les aidèrent à tout réaliser : itinéraire, signalisation, hébergement, etc. Un travail exemplaire. Ce qui fait que vous traversez aujourd’hui la Palestine, dormant dans de petites structures, rencontrant les habitants et aidant l’économie locale au gré d’un parcours superbe dont le moindre mérite n’est pas de vous faire découvrir l’extraordinaire hospitalité locale. Enfin le troisième pilier soutenant ce voyage, ce sont les rencontres organisées permettant de décrypter une situation floutée et bien entendu… les (formidables) rencontres spontanées !

Arvel en Patagonie

VA : A quelles clientèles vous adressez-vous ?

SL : Tous les curieux désireux de découvrir le monde avec des professionnels qui soient encore des artisans, responsables ! Tous ceux qui veulent donner du sens à leur voyage ou que la logistique effraie ou rebute. Ceux qui rêvent d’une découverte d’un lieu aux côtés d’un accompagnateur chevronné, rassurant et partageur qui leur montrera son Iran ou son Chili, les ouvrira à ses coups de cœur, ses contacts et amis. Pour une découverte du pays réel. Tous les amateurs de voyages ayant une grande portée culturelle mais où les 4* sont remplacés par de petites structures, autrement attachantes et au cours desquels sont soigneusement évité les pièges usuels du tourisme de masse. Pour qu’en voyageant, nos adhérents ne se soient pas seulement déplacés, mais qu’ils aient avancés. En passant 3 jours entier à Petra, par exemple, qui les vaut largement (des gens y vivent !) ou encore trois semaines le long de la Nationale 7 de Madagascar que tout le monde propose aujourd’hui en 7 à 9 jours uniquement parce que… l’état des routes le permet désormais ! Alors que les points d’attrait et les rencontres potentiellement passionnantes sont légion.

VA : Quand vos clients témoignent, qu’ont-ils le plus apprécié ?

SL : 92 à 94% des gens qui partent avec nous en sont satisfaits. C’est un bon point de départ. Quant à ce qui marque le plus les gens ?… peut-être tout simplement qu’on les considère comme de vrais voyageurs et non comme des consommateurs. Que la confiance qu’ils nous accordent se trouve toujours justifiée sur place. A commencer par l’énorme valeur ajoutée qu’apporte un accompagnateur investi. On a tous expérimenté combien un bon guide vous ouvrant avec cœur et science à un territoire qu’il aime change tout d’un voyage. Mais nos adhérents apprécient également la démarche responsable dont ils vérifient, sur place, combien elle est précieuse – et efficace – humainement. Puis des tas de détails : que tout ne soit pas chronométré à l’avance de telle sorte que si la lumière est fabuleuse et tout le monde d’accord, eh bien, on puisse décider de rester, pour profiter. Aucun resto de groupe retenu à l’avance ne gâchera ce moment. Imprévus, rencontres, parfum d’aventure, on est vraiment « en voyage »… On fait beaucoup de trek urbain par exemple, bien plus productif et enrichissant que les heures passées dans les encombrements. Et puisqu’on parle temps, certains adorent que l’on propose des voyages de… 31 jours ! Du point de vue de la logique économique (pour nous), de telles propositions n’offrent aucun avantage (au contraire !). Mais pour le voyageur, il en va tout autrement…

Arvel en Ethiopie

VA : Un mot de l’équipe d’Arvel…

SL : En dépit du fait que nous soyons une association 1901 ne dégageant pas de bénéfices, nous employons 10 vrais professionnels dont le métier est de créer des itinéraires de bout en bout.

Une équipe d’artisans du voyage qui s’applique ici, à réunir les meilleures conditions pour que tout soit possible là-bas. Une équipe ne perdant pas de vue au quotidien le sens de son action et l’intérêt qu’il y a à proposer des voyages s’inscrivant dans l’économie locale, porteurs de sens et responsables.

Quelques propositions en passant…

La Palestine : l’héritage d’une ville trois fois sainte, le fabuleux projet de valorisation des territoires et de développement économique des populations riveraines du Sentier d’Abraham et des intervenants qualifiés pour décrypter un contexte compliqué.

L’abyssale Abyssinie : l’étonnante Ethiopie, les autels cosmiques du Tigré, les sidérantes fêtes chrétienne et la randonnée aérienne dans le massif afro-alpin du Simiens. La terre vue du ciel.

L’immensité sauvage des confins australs : côté chilien, les maisons multicolores et les prairies verdoyantes. Côté argentin, les sommets déchiquetés et la pampa aux terres désolées dominées par la cordillère andine. Dans l’entre-deux, la glace intense au cœur d’une nature démesurée. Mythique Patagonie.

Derrière les portes coulissantes : l’Ere d’Edo, la ceinture de feu, pavillons, temples et jardins… un décentrement culturel garanti. A l’ombre du high-tech, les esprits shintos et les mystères d’un archipel longtemps réservés à quelques privilégiés. Devant vous, le raffinement séculaire arrosé de folie ordinaire….

Stéphane Lyonne, l’heure de la transmission…

 


Arvel Voyages : souvent solidaire, toujours responsable ! | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Jerome Bourgine
Ecrire et voyager. Voyager et écrire... Depuis 50 ans.
Facebook

Découvrez nos abonnements

5 réponses à Arvel Voyages : souvent solidaire, toujours responsable !

  1. Gascdav a commenté:

    Ca donne envie de partir avec eux! J’ai plein d’idées pour compléter leur offre surtout en Amérique latine, hors des sentiers battus à la rencontre de ses habitants et patrimoines.

  2. Arvel Voyages a commenté:

    Merci Gascdav de ce sympathique commentaire ! Notre palette d’offre en Amérique Latine est déjà large (Patagonie, Pérou, Colombie, Mexique, Guatemala, Cuba…) et solidement ancré dans les valeurs de partage mais nous sommes, bien sûr, en permanence à la recherche de nouvelles pistes et de nouvelles rencontres pour l’enrichir. Bienvenue à vous sur nos voyages, à toutes suggestions sur contact@arvel-voyages.com

  3. Austin a commenté:

    Une curiosité, un clic, une petite lecture et voilà, pourquoi pas … la piste trouvée pour donner à notre projet de voyage autour du monde en famille toute l’intensité recherchée au travers du lien, des rencontres, du partage, de l’échange, de la prise de conscience, des paysages, de la nature et bien d’autres choses encore si simples mais essentielles Alors à bientôt peut-être …

  4. Arvel Voyages a commenté:

    Bonjour Austin, oui, nous serions très heureux et remplirions pleinement notre mission si nous pouvions vous ouvrir nos ailleurs et nos carnets d’adresses, servir de rampe de lancement à votre projet familial et vous accompagner dans cette sensationnelle aventure humaine. A votre écoute…

  5. Monique Herbert a commenté:

    J’ai pris grand plaisir à lire cet entretien où tout est formulé avec clarté, authenticité et …PASSION ..avec la tête et le COEUR pleins de merveilleux souvenirs…
    en particulier notre dernier séjour-expé au Japon ! MERCI ARVEL et belle continuité ! Meilleurs souvenirs pour Stéphane Lyonne !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

ESTC 2012: Ready to transform the tourism industry ? Du 17 au 19 septembre prochain se déroulera en Californie l'Ecotourism and Sustainable Tourism Conference, ESTC 2012, le grand congrès international de l'écotourisme...

Dans les pas d’Abraham avec Arvel Allier l’expérience de la marche à la découverte d’un sentier qui traverse les terres sacrées des trois grandes religions monothéistes, c’est ce que proposent aujourd’hui plusieurs...

Retour sur l'ESTC 2012, le rdv mondial du Ghota de l'écotourisme L’ESTC12, l’Ecotourism & Sustainable Tourism Conference 2012, organisée chaque année par l’International Ecotourism Society vient de clôturer...

L’Inde au plus près du terrain avec Arvel Afin de donner une tonalité plus engagée aux voyages qu’elle organise, l’association de tourisme social et solidaire ARVEL a fait le choix de soutenir des partenaires...

Dr Kelly Bricker, Présidente de l’International Ecotourism Society A la tête de la plus grande association mondiale d'écotourisme, TIES, The International Ecotourism Society, le Dr Kelly Bricker est impliqué depuis...

Cadeaux et partenaires du jeu-concours "Quel Voyageur êtes-vous?" 1 voyage pour 2 personnes au Viêtnam avec Allibert-Trekking, 1 Week-end Nature, bien-être et art de vivre dans le massif du Haut Forez avec la LPO...

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda