#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

Lyon: ville exemplaire pour un tourisme durable ?

| 19 février 2019 • Mis à jour le 03.04.2019 à 20h02
Thèmatique :  Initiative régionale 
         

Pour cette 1ère édition des “capitales européennes du tourisme durable”, Lyon ouvre le bal aux côtés d’Helsinki. Quelles sont donc les bonnes pratiques déjà mises en place ? Les leviers de progression identifiés par l’office de tourisme et la métropole ? Habitant à Lyon, j’ai fait quelques recherches, interrogé des professionnels du tourisme et rencontré l’équipe marketing d’ONLYLYON Tourisme & Congrès. Je vous présente une synthèse de mes apprentissages et réflexions sur le sujet. (Êtes-vous un professionnel du tourisme qui aimerait rejoindre le mouvement? Lisez bien tout en bas de l’article: boîte à outils et dates des prochains MeetUps)

Capitale du “Tourisme Durable” ?

À l’instar du titre de “Capitale européenne de la culture”, l’Union Européenne a choisi de récompenser le potentiel d’un territoire en matière de “tourisme intelligent” (Smart tourism en anglais). L’office de tourisme et la métropole de Lyon ont choisi de traduire en français par capitale du “tourisme durable” car ils trouvaient le terme de tourisme “intelligent”  pas assez parlant et un peu trop pompeux (les autres formes de tourisme seraient-elles en comparaison “idiotes”?). Trois des quatre critères distingués par ce titre sont d’ailleurs en lien direct avec cet aspect de durabilité : héritage culturel & créativité, développement durable, accessibilité. Concernant le 4ème volet, la numérisation de l’offre touristique, la ville a choisi de mettre en avant les fonctionnalités qui pourront permettre de mieux distribuer le flux de visiteurs dans la ville, et ainsi participer à anticiper/atténuer la sur-fréquentation touristique.

1. Accessibilité et mobilité

1er Prix 2018 des villes les plus accessibles

Tous les habitants et visiteurs de la métropole lyonnaise peuvent profiter d’un vaste réseau de transports en commun, cela inclut aussi les personnes malvoyantes ou à mobilité réduite. Lyon a d’ailleurs reçu la distinction « Access City Award » : 1er Prix 2018 des villes les plus accessibles en France.

Lyon City Card, offre culturelle et éco-mobilité

La Lyon City Card coûte entre 12€ et 25€ par jour. Elle permet aux visiteurs d’avoir accès durant un à quatre jours à tous les musées gratuitement (vraiment tous les musées, même les plus petits, ce qui n’est pas le cas dans toutes les villes). Elle donne aussi accès à tous les transports en commun, dont les parking relais pour laisser sa voiture garée gratuitement en-dehors du centre ville (mais seulement le jour, pas possible d’y laisser la voiture pour la nuit!), et aussi pour 4€ de plus à la location de Vélo’v (avec 1h de vélo par session, au lieu de 30 min).

Mobilités douces

Une politique de développement des trames vertes et bleues, des passerelles piétonnes et des pistes cyclables est toujours en progrès dans la métropole. Il y a d’ailleurs déjà 540 km de pistes cyclables et 4000 Vélo’v accessibles 24h/24h dans 347 stations ! Les cyclotouristes peuvent aussi profiter des 815 km de ViaRhôna, cette piste cyclables qui longe le Rhône de la Méditerranée à Genève en passant par Lyon et Miribel. Aussi, le vaporetto et les Bâteaux lyonnais offrent la possibilité de découvrir la ville différemment, à un rythme plus doux. Certains bateaux sont d’ailleurs à propulsion électrique. Peut-être cela sera-t-il le cas de tous dans l’avenir ?

Tourisme local

Le tourisme local dans 58 communes voisines est encouragé via la carte “Mon week-end à Lyon”. Les options pour s’y rendre en transports en commun sont d’ailleurs mises en avant. Retrouvez les info sur la page Facebook et tout en bas de la page du site Internet:

La carte “Mon week-end à Lyon” promeut les activités à Lyon et ses environs.

2. Développement Durable

Limiter les consommations énergétiques

Deux éléments mis en avant par la ville de Lyon :

  • Depuis 2017, l’aéroport St Exupéry fait partie des 25 aéroports à travers 9 pays qui sont accrédités neutre en carbone.
  • Les installations de la Fête des Lumières sont à basse consommation.

Aménagement de la ville

La ville a une gestion des parcs et espaces verts zéro phyto depuis 2008. Plusieurs fontaines d’eau potables sont disponibles dans l’espace publique pour pouvoir remplir sa gourde facilement (voir la carte des lieux frais). De nombreuses questions restent cependant encore en suspens comme par exemple : toilettes publiques, poubelles de tri sélectif, collecte des mégots ?

Label LVED “Lyon Ville Équitable et Durable”

Le label LVED référence les entreprises, boutiques et lieux de consommation responsable à Lyon. On compte pour l’instant 10 labellisés dans la catégorie “tourisme et hôtellerie”, ainsi que 26 autres dans la catégorie “restaurants”. L’office de tourisme pourrait créer des incentives afin jouer le jeu pour encourager de nouveaux acteurs du tourisme à se joindre au mouvement? Et les valoriser d’autant plus dans leur communication? Aussi encourager le partage de bonnes pratiques?

Liste des 10 labellisés LVED dans la catégorie “tourisme et hôtellerie”.

Soutenir et encourager les entrepreneurs locaux

Des réflexions à mener:

  • Nécessité de mettre en place une réglementation pour mieux gérer le type de commerces que l’on pourra trouver dans des quartiers très touristiques comme le Vieux Lyon (surtout rue St Jean) pour éviter notamment le déploiement en masse de franchises qui ne valorisent pas le savoir-faire local?
  • Ne pas encourager la construction de grosses structures, tel le projet d’une auberge de jeunesse de chaîne avec 580 lits? Privilégier plutôt des initiatives à taille humaine à travers un incubateur, ou au moins une cellule dédiée, à l’innovation éco-responsable dans le secteur du tourisme aussi?

3. Héritage culturel & créativité

Label “Bouchon lyonnais”

Ce label est géré par une association créée en 2012 à l’initiative de la CCI Lyon Métropole en partenariat avec ONLYLYON Tourisme et Congrès. Le terme “bouchon lyonnais” n’étant pas une marque déposée, n’importe quel restaurant peut légalement l’utiliser. Depuis quelques années, de nombreux restaurants ont d’ailleurs surfé sur la vague sans pour autant respecter les fondements de cette spécificité lyonnaise. Le label est un outil qui permet alors de valoriser les “vrais” bouchons lyonnais.  Les restaurants volontaires s’acquittent d’une cotisation annuelle et sont ensuite audités tous les deux ans. Les critères du référentiel intègrent d’ailleurs des notions de circuits courts et de durabilité, par exemple :

  • Cuisine familiale et de saison, faite sur place. Ne pas recourir aux plats préparés.
  • Travailler avec des produits frais à 80%.
  • Privilégier majoritairement les fournisseurs et producteurs locaux et artisanaux.
  • Préserver le savoir faire et culture : 80 % des entrées et plats doivent être de spécialités lyonnaises.

Les bouchons certifiés sont alors les seuls à apparaître dans la rubrique “bouchons” du site internet de l’office de tourisme et sont valorisés dans la communication officielle de la ville.

Classement UNESCO

10% de la ville de Lyon est classée UNESCO depuis 1998. L’office de tourisme est en contact constant avec la Mairie du 5ème arrondissement où se trouve les quartiers les plus touristiques (Vieux Lyon) pour dialoguer sur les problématiques pouvant être rencontrées :

  • La “Convention Traboules” permet aux visiteurs d’accéder à ces petites ruelles, privatisées au fil du temps, tout en garantissant aux propriétaires et aux locataires l’entretien de leur patrimoine.
  • L’office de tourisme a créé une charte des bonnes pratiques qui s’adresse aux tour opérateurs et guides touristiques organisant des visites dans la vieille ville. Ces bonnes pratiques sont transmises informellement au fil des rendez-vous mensuels animés auprès des adhérents (plus de 730 professionnels du tourisme) et en particulier lors des rassemblements annuels auxquels sont conviés tous les guides (adhérents ou non à l’office de tourisme).

La satisfaction des visiteurs, la gestion des réclamations et le respect de la norme AFNOR sont déjà suivis de près, mais l’office de tourisme réfléchit à d’additionnels indicateurs de performance touristique et de durabilité : tel que le ressenti des habitants quant à la sur-fréquentation touristique? Lyon fait d’ailleurs partie de l’association European Cities Marketing  ce qui lui permet d’apprendre des expériences d’autres villes souffrant déjà des phénomènes de surtourisme / tourisme de masse et tourismophobie : afin de pouvoir anticiper et éviter que Lyon ne suive le même chemin qu’Amsterdam, Paris ou Barcelone ?

Périmètre UNESCO à Lyon (tracé rouge) et sa zone tampon (tracé vert)

Anticiper la sur-fréquentation touristique ?

Outil numérique ONLYLYON Experience

ONLYLYON Experience est le premier outil de relation “client” développé à l’échelle d’une métropole. À l’initiative d’ONLYLYON Tourisme & Congrès, ce projet numérique s’appuie sur un partenariat public-privé unique et vise à mieux connaître l’ensemble des visiteurs de la métropole afin de mieux leur parler avant, pendant et après leur séjour. Derrière cette innovation se cache une volonté de mieux répartir les flux sur l’ensemble des sites de la ville et mieux fidéliser la clientèle.

Législation Airbnb et plateformes de location

Les restrictions sont pour le moment encore assez faibles à Lyon. Il suffit de remplir un formulaire en ligne pour pouvoir obtenir en quelques clics son numéro “d’enregistrement”. La limite est pour l’instant de 160 nuits de location par an pour un particulier louant son appartement principal de manière ponctuelle. Si on dépasse ce quota, le cadre législatif diffère alors. Airbnb collecte et reverse la taxe de séjour à la ville.

Fête des Lumières

Avec 1,8 millions de visiteurs sur 4 jours en 2018, y-a-t-il encore besoin de continuer à promouvoir toujours plus la fête des lumières ? Qu’en pensent les habitants de Lyon ?

Dans le cadre de cette année 2019 “Lyon capitale du tourisme durable”, des actions communes avec Helsinki devraient être mises en place et pourraient prendre la forme, par exemple, d’un Forum sur le tourisme durable réunissant toutes les villes participantes à ce concours. Peut-être que ce titre symbolique servira de catalyseur pour encourager la ville de Lyon, l’office de tourisme et ses acteurs du tourisme à aller plus loin dans la démarche? Comme par exemple multiplier et valoriser les labellisés LVED (Lyon Ville Équitable et Durable) dans le secteur du tourisme?

Vous pouvez lire les commentaires, participer et commenter vous-mêmes cet article via le post Facebook publié pour l’occasion !

———— PRO DU TOURISME, PASSEZ À L’ACTION ————

Travaillez-vous dans le tourisme à Lyon?

Vous êtes adhérent à ONLYLYON Tourisme et Congrès ?
Faites remonter vos actions “smart” à l’équipe par ici: https://pro.lyon-france.com/Evenement/smart-sculpture-pour-smart-capitale

———— EN SAVOIR PLUS ————

Lyon, Capitale Européenne du Tourisme Intelligent, plus d’informations par ici:


Lyon: ville exemplaire pour un tourisme durable ? | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Florie Thielin
Florie Thielin fait partie du collectif de voyageurs-rédacteurs-journalistes de Voyageons-Autrement. Elle accompagne aussi des professionnels du tourisme dans leur stratégie marketing et digitale. Originaire d'un petit village dans la vallée de la Loire, elle vit aujourd'hui à Lyon. Elle a aussi vécu en Russie, Allemagne, Nouvelle Zélande et Espagne. Mais sa plus grande aventure fut en Amérique Latine où elle a sillonné les routes de 16 pays, de Cancun au Cap Horn, pendant près de deux ans. Elle troquait alors ses compétences en marketing pour le gite et le couvert, tout en réalisant des interviews-vidéos sur le tourisme plus responsable avec ses amis d'Hopineo. Elle a aussi mis à jour le guide de voyage du Petit Futé Nicaragua-Honduras-Salvador.
FacebookTwitter

Découvrez nos abonnements

Une réponse à Lyon: ville exemplaire pour un tourisme durable ?

  1. Jerôme a commenté:

    Dans le cadre du tourisme durable, et plus globalement, Lyon manque de quartiers 100% mobilité douce. Je pense tout particulièrement au “bouclage” de la presqu’ile, par exemple, qui pourrait être interdite à la circulation automobile le Weekend (pour commencer)…cela favoriserait le commerce, la fréquentation touristique ainsi que celle des restaurants et bars. Libérés du bruit et de la pollution, le centre-ville serait bien plus agréable.
    Paradoxalement, lors de la manifestation des Gilets Jaunes, il était agréable de se promener dans les quartiers interdits à la circulation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Les Habitants - Nouveaux ambassadeurs du territoire l'habitant est un véritable ambassadeur chargé de vanter les mérites du territoire,...

La randonnée sous toutes ses formes se dévoile fin mars à Lyon 3 jours à Lyon pour tout savoir sur la randonnée et ses acteurs...

Tao m'a dit, voyage à Paris : Pour manger sain et bon Tao m'a dit Voyage à Paris : manger sain et bon. Pour concilier gastronomie, santé et respect de la planète : des restos bios ou terroirs qui servent des produits...

Rencontre avec Laurent Burget, directeur de Mountain Riders L’association Mountain Riders existe depuis 2001. Elle est née avec le ramassage des déchets au printemps, après la fonte des neiges. Elle a pour objectif...

Le Green Charity Challenge, challenge sportif, écologique et solidaire ! Vous avez l’esprit aventurier et envie de découvrir le Maroc tout en vous rendant utile ? Si la réponse est « oui » alors le Green Charity...

Les hôtels et autres structures labellisés Green Globe en France Green Globe est représenté, en France, par les auditeurs François Tourisme Consultant et Mirabelle. Voir les hôtels certifiés Green Globe en France...

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda