#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

Eric Raulet, président de Défismed, un engagement pour une Méditerranée plus VERTueuse

| 5 août 2013 • Mis à jour le 20.08.2013 à 15h38
Thèmatique :  Acteur privé   Initiative régionale   Portrait 
         

Voyageons-autrement est allé à la rencontre d’Éric Raulet, l’initiateur du projet Take The Med. Il nous raconte son parcours professionnel, nous parle de ses ambitions pour la Méditerranée et des objectifs de son projet.

La méditerranée et lui c’est une longue histoire. Habitant Nice, Eric Raulet est un passionné de cette mer et des patrimoines culturels des pays qui la borde. Diplômé de Paris Ier (maîtrise en droit public et sciences politiques), il a exercé pendant 14 ans la fonction de cadre dans une commune.

Alerte sur les questions sociétales soulevées par les avancées de la Recherche, il s’attache à proposer avec le concours des collectivités locales ou des associations des événementiels dans lesquels des chercheurs viennent partager leurs questionnements avec un public profane. Depuis 2002, il dirige l’entreprise d’événementiels Inexens, spécialisée dans les rencontres « sciences et société ».

Il est également le président de l’association Defismed, qui porte l’opération Take the MED. Ses missions sont de développer les échanges culturels et scientifiques entre les pays méditerranéens et créer une collaboration efficace pour relever les défis environnementaux et sociétaux de notre époque.

Lancement de Defismed à L'Unesco @ER

Lancement de Defismed à L’Unesco @ER

VA/ quels sont ces défis et challenges que les pays méditerranéens doivent relever ?

 

Le changement climatique est certainement le plus important, auquel s’ajoutent la croissance démographique et notre empreinte négative sur le plan environnemental. L’ampleur et la complexité de ces problématiques ne peuvent être résolues que par la mise en place entre les rives d’une intelligence collective. Cette intelligence doit associer étroitement les sociétés civiles et exploiter les nouvelles technologies collaboratives. Bien des patrimoines locaux jouent leur devenir dans cette équation. Toutes les initiatives locales préservant et valorisant ces patrimoines doivent être révélées et mutualisées. L’économie sociale et solidaire conjuguée au tourisme solidaire et responsable sont des moteurs dont il est nécessaire d’augmenter l’efficacité sur le pourtour méditerranéen.

VA/ En ce qui concerne le tourisme en Méditerranée, comment se présente-il ? et comment le qualifieriez-vous ?

 

Le tourisme « soleil, mer » est en train de s’effriter, dans une conjoncture qui ne lui est pas favorable actuellement, et même si la Méditerranée demeure une destination privilégiée dans le monde. Ce tourisme « de masse » impacte négativement l’environnement et délaisse de nombreux patrimoines dans les terres.

Parallèlement à cette conjoncture de crise, une demande croissante de ce tourisme cible des séjours « authentiques », des projets de vie à partager, et la volonté de contribuer directement par ses ressources à développer ces projets. Là est le grand défi du tourisme d’aujourd’hui, savoir s’adapter à ces nouvelles conditions pour optimiser ses richesses et préserver ses patrimoines, en se munissant des technologies mobiles.

Eric Raulet réunit H Reeves et B Cyrulnik pour la première fois en 2005 @ER

Eric Raulet réunit H Reeves et B Cyrulnik pour la première fois en 2005 @ER

VA/ A votre avis, comment peut –on remédier aux faiblesses du tourisme méditerranéen ?

 

En sensibilisant les acteurs du tourisme, les pouvoirs publics et les éco-acteurs locaux sur les réelles opportunités de l’économie sociale et solidaire à l’échelle locale. C’est tout l’objectif de l’opération « Take the MED » en commençant par mettre en place une plateforme TIC collaborative permettant de révéler cette économie et le tourisme solidaire qui peut devenir un moteur essentiel à ses développements.

VA/ Le tourisme durable et responsable peuvent-ils apparaître comme une solution aux problèmes du tourisme méditerranéen? et comment?

 

Il se présente plutôt comme une des solutions pour de nombreux territoires cherchant à valoriser leurs patrimoines naturels et culturels. Il représente une opportunité pour le tourisme actuel de s’ouvrir à de nouveaux champs et d’exploiter de nouvelles formes de séjours plus proches des aspirations environnementales des touristes, et plus proches des populations accueillantes.

Le tourisme durable doit travailler de paire avec le tourisme classique, conjuguer son essor en s’appuyant sur ce tourisme balnéaire tout en se démarquant des offres « mer, soleil ». Il doit également se focaliser sur un tourisme de proximité, associant les populations du pays sur des séjours courts. Il doit se penser comme moteur d’une économie locale sociale et solidaire. Enfin, il doit saisir l’opportunité de l’essor du financement participatif pour appuyer de nombreuses expériences. Ce type de financement par les internautes (crowdfunding) ouvre des perspectives intéressantes de solidarité entre les rives et de suivi de projets remarquables. Tous ces éléments sont dans l’opération Take the M.E.D.

Informations pratiques

 


Eric Raulet, président de Défismed, un engagement pour une Méditerranée plus VERTueuse | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Alphée Edwige Adimi

FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Le programme Take The M.E.D: promotion du tourisme VERTueux en méditerranée et NTIC Des projets innovants et ambitieux fleurissent presque tous les jours, mais très peu d'entre eux ont la capacité de fédérer des...

Tourisme et Développement Durable : universités d’automne en vue ! Les 29 et 30 novembre prochains, l’ISTHIA* et Défisméd organisent sur le campus de Foix les Premières Universités d‘Automne de la Transition...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Take The M.E.D

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda