#TourismeDurable

La Zona Zero ou la renaissance du Sobrarbe par le vélo

| Publié le 27 juin 2020 • Mis à jour le 27 juin 2020 à 5h42
         

Le Sobrarbe dans le Haut-Aragon fait certainement partie des lieux les plus magiques du versant espagnol des Pyrénées, alliant des paysages sereins de collines boisées et des villages anciens avec en arrière-plan les hauts sommets de la partie centrale de la chaîne pyrénéenne. Depuis quelques années, la création de l’association Zona Zero a donné une impulsion des plus intéressantes au développement de la région à travers le prisme du vélo. Cette dernière est maintenant devenue une référence à l’échelle internationale pour les passionnés de VTT. Alors cap sur l’Espagne pour partir à la découverte de cette zone sauvage du piémont pyrénéen et en savoir un peu plus sur cet engouement unique autour de la pratique du vélo!

La vieille ville d’Ainsa, centre névralgique du Sobrarbe et de la Zona Zero © Vanessa Beucher

Un habitat très dispersé a donné naissance il y a plusieurs siècles à de nombreux chemins, qui sont aujourd’hui les sentiers réhabilités pour le vélo.

Mais avant d’évoquer la Zona Zero, il est important de souligner ce qui fait l’intérêt et la richesse du Sobrarbe, et de montrer pourquoi et à quel point celui-ci se prête parfaitement au développement du vélo. Faisant partie de la province de Huesca, il est bordé au nord par les Hautes-Pyrénées françaises et au sud par la Sierra de Guara, réputée quant à elle pour la pratique du canyoning. Il englobe les splendides Parcs Nationaux d’Ordesa et du Mont-Perdu, classés Patrimoine Mondial de l’UNESCO et Réserves de la Biosphère. Un peu plus au sud-est, la zone d’Ainsa se trouve juste en retrait de la chaîne principale pyrénéenne. Les fleuves Ara et Cinca y ont creusé au fil du temps des vallées aux accents méditerranéens entourées de collines, dominées à l’arrière-plan par l’esthétique silhouette de la Pena Montanesa. Cette dernière a une importance historique toute particulière car elle a été un des lieux de cachette des combattants anti-franquistes pendant la Guerre d’Espagne. La vieille ville d’Ainsa, juchée sur un promontoire rocheux et magnifique mirador sur le Haut-Aragon, est le centre névralgique du Sobrarbe et séduit par sa belle architecture traditionnelle, ses dédales de ruelles pavées et sa place centrale bordée de cafés et restaurants animés où il fait bon prendre un verre en terrasse. La zone est classée Géoparc pour sa richesse géologique et culturelle, abritant également de nombreux villages alentour dont certains sont abandonnés. C’est une autre particularité de l’Aragon: la région a connu un exode rural intense pendant la deuxième moitié du 20ème siècle, les habitants se concentrant dans les villes pour des raisons économiques et suite à de vastes projets hydroélectriques. Certains villages furent même abandonnés dès la fin du Moyen-Age, décimés par de terribles épidémies de peste noire. Cet habitat très dispersé a ainsi donné naissance il y a plusieurs siècles à de nombreuses voies de communication, qui sont aujourd’hui les sentiers réhabilités pour la pratique du vélo. Une véritable mine d’or peut-être sans équivalent, qui permet aux locaux et aux visiteurs de profiter d’une nature préservée et du riche patrimoine culturel et architectural du Sobrarbe.

Les nombreux sentiers demandent un travail d’entretien constant © Zonazero

Toute une chaîne d’économie circulaire locale a ainsi bénéficié de cet essor, impulsant un véritable modèle de développement économique.

A l’époque où les stations de ski connaissaient un certain essor sur le versant espagnol des Pyrénées, la région souhaitait elle aussi se doter de son propre domaine skiable. Un projet fut porté au niveau de la zone de Parzan, située juste avant l’entrée du tunnel de Bielsa côté espagnol, mais ne vit finalement jamais le jour. Trop d’incertitudes quant à la rentabilité de cette entreprise, aux aléas climatiques de ces dernières années, forte dépendance économique sur une trop courte période de l’année… Aujourd’hui, les habitants de la vallée ne regrettent en rien ce dénouement à priori négatif car le vélo a changé la donne et cela pour le meilleur! En 2006, les premières graines sont plantées avec la création de l’Association de Restauration des Sentiers Traditionnels du Sobrarbe par six amis et habitants du coin passionnés de vélo, dont la tête pensante Angel Cheliz. Ces derniers, voyant le potentiel incroyable de cette région sauvage peuplée de moins de 4 habitants au kilomètre carré, décident de se regrouper et d’unir leurs idées et compétences. Plus de mille kilomètres de sentiers commencent ainsi à être réhabilités, un travail titanesque! Une évolution importante a lieu cinq ans plus tard en 2011 avec la création de la Zona Zero, une association regroupant 103 entreprises composée d’hôtels, de restaurants, d’agences locales de tourisme… Mais pourquoi ses fondateurs ont-ils choisi ce nom de Zona Zero? Car cette initiative a été pionnière en la matière au niveau du vélo, une sorte de point zéro, et le méridien de Greenwich passe également au niveau d’Ainsa. L’idée centrale est de promouvoir le Sobrarbe à travers le développement du vélo. Avant, la région bénéficiait surtout d’un type de tourisme familial pendant la saison estivale, notamment grâce à la renommée des Parcs Nationaux d’Ordesa et de Monte-Perdido. Mais avec le vélo, l’idée est d’étendre la saison sur toute l’année grâce à un climat clément et à un ensoleillement généreux, mais aussi d’attirer un spectre de clientèle plus large. Ces dernières années, toute une chaîne d’économie circulaire locale a ainsi bénéficié de cet essor, allant des hôtels, campings et restaurants aux services de guides, transports locaux, ateliers de réparation… Un véritable modèle de développement économique qui met par la même occasion en valeur un patrimoine naturel et culturel unique!

Villages anciens et nature aux accents méditerranéens composent des paysages splendides à découvrir à vélo © Vanessa Beucher

Les répercussions médiatiques de la Coupe du Monde d’Enduro ont placé le Sobrarbe sur le devant de la scène mondiale du vélo.

En presque une décennie d’existence, la Zona Zero a connu un développement progressif. Les premiers secteurs réhabilités furent ceux autour d’Ainsa, de Boltana et d’Araguas, suivis par ceux du Rio Ara et de la Fueva. Dix zones avec cinq niveaux de difficultés techniques permettent de profiter de plusieurs centaines de kilomètres de sentiers, allant de l’enduro au VTT de descente pur et dur. La restauration des sentiers traditionnels du Sobarbe a permis de redonner vie à ce labyrinthe unique pour le plus grand bonheur des cyclistes mais aussi des randonneurs, qui peuvent admirer au fil de leurs balades une multitude d’espèces d’oiseaux et découvrir une riche zone géologique avec de nombreuses espèces de fossiles. En 2015 et 2018, Ainsa a également accueilli la Coupe du Monde d’Enduro. Les deux éditions ont été un succès massif, attirant des compétiteurs et un public des quatre coins du monde. Les répercussions médiatiques furent très importantes dans la presse spécialisée, plaçant le Sobrarbe sur le devant de la scène mondiale du vélo. Aujourd’hui, il n’est pas rare de croiser des visiteurs originaires de Nouvelle-Zélande, du Canada, des Philippines, en plus d’un public européen toujours plus nombreux… Mais le territoire couvert est si vaste et sauvage que l’on a souvent l’impression d’être seul au monde dans ces immensités. Les ambiances sont magiques sur le sentier Bajo Penas en contrebas de la Pena Montanesa ou bien encore sur celui de Pais de Lobos ou ‘Pays des Loups’ au niveau du village abandonné de Morcat, un incroyable mirador sur les hauts sommets du Mont Perdu, les collines autour d’Ainsa et le lac de barrage de Mediano. L’association fourmille de nouveaux projets comme la récente application mobile Z-Trails, un outil innovant montrant les itinéraires du Sobrarbe et rassemblant toutes les activités autour du vélo. Cette dernière indique aussi l’état des sentiers, les zones de chasse, la prudence à adopter à certains endroits et a été pensée selon un mode interactif entre les utilisateurs. L’association Zona Zero souhaite également ouvrir de nouvelles zones autour d’Ainsa en partenariat avec les municipalités d’Abizanda, de Naval et de Barcabo, pleinement conscientes de l’impulsion touristique dont elles peuvent bénéficier grâce au développement du vélo. Un pari sur l’avenir qui semble plein de promesses!

Le vélo peut se pratiquer toute l’année dans le Sobrarbe, pour le plus grand bonheur des passionnés de vélo © Zonazero

En quelques années, la région du Sobrarbe autour d’Ainsa est devenue une destination incontournable pour le vélo grâce à la passion et à la détermination initiales d’un groupe d’amis. Elle se pose aujourd’hui en modèle de développement touristique durable, combinant pratiques sportives non motorisées, mise en valeur d’un patrimoine unique et économie circulaire dont bénéficie toute une chaîne locale. Un exemple hautement positif et encourageant qui peut être source d’inspiration pour d’autres projets. Le dernier défi en date de la Zona Zero est de construire une zone transfrontalière triangulaire avec les vallées d’Aure et du Louron sur le versant français des Pyrénées et ainsi mettre en place des partenariats touristiques afin de créer une identité commune. Une initiative originale qu’il sera intéressant de voir évoluer ces prochaines années…

Merci à Susana Cubells, chargée de communication de la Zona Zero auprès de l’Office du Tourisme d’Ainsa, pour ses précieux renseignements.

Pour vos locations de villas de vacances partout en Espagne pensez espagne vacances

Pour aller plus loin, le site internet de la Zona Zero: https://zonazeropirineos.com/fr/

et celui de la région du Sobrarbe: http://www.turismosobrarbe.com/


La Zona Zero ou la renaissance du Sobrarbe par le vélo | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Vanessa Beucher
Photographe, journaliste & traductrice basée à la Grave dans le massif des Ecrins
Facebook

Partagez cet article

La meilleure façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est encore de partager cet article. Merci d'avance ;)

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres
voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda