#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

Territoires et tourisme durable: une série de témoignages (webinaires)

| 25 juin 2019 • Mis à jour le 14.11.2019 à 10h42
Thèmatique :  Ingénierie   Initiative régionale 
         

Certains des territoires candidats aux Palmes du Tourisme Durable 2018 ont accepté de partager leurs expériences! Découvrez cette série de webinaires gratuits et accessibles à tous sur la e-communauté Tourisme du CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale). Cet article présente un condensé de leurs contenus. Destination: le Gers, les Ardennes, les Landes de Gascogne, les Gorges du Gardon, la Vendée, le Massif Central, le parc du Vexin, et même… l’océan Indien!

Visionnez ces webinaires en replay :
Cliquez ici pour consulter le tableau récapitulatif avec les liens de visionnage

Inscrivez-vous pour recevoir les dates des prochains :
http://bit.ly/WebinairesTourismeCNFPT

Slow tourism: Exemple de Terra GERS

par Emmanuelle Boyé Capdet de Tourisme Gers

“Le Comité Départemental du Tourisme (CDT) Destination Gers fait partie des Contrats SPôTT sélectionnés par l’Etat en 2016. L’objectif du contrat “SPôTT TerraGers®, l’expérience Slow Tourisme” est de faire du Gers une destination campagne slow tourisme avec 2 axes forts: le goût et l’itinérance douce. Trois exemples d’actions:

  • Les marchés TerraGers®: Le constat d’Atout France est que la richesse du Gers réside dans le nombre de petits producteurs de qualité “small is beautiful” à capitaliser. Cette opération répond aux besoins des visiteurs et des habitants souhaitant consommer des produits bios et/ou issus des circuits courts et élaborés dans le respect de l’environnement et du consommateur. Cette action portée par le CDT est réalisée en partenariat avec les municipalités et les offices de tourisme (18 communes aujourd’hui) en impliquant les habitants (tourisme participatif).
  • Les Vélos de Pays: Le constat d’Atout France est qu’il existe un réel potentiel de développement de l’offre Vélos à Assistance Electrique sur la destination Gers et qu’il fallait trouver le modèle économique approprié aux caractéristiques du territoire. L’opération Vélos de Pays Destination Gers est développée sur un territoire pilote, le Pays Portes de Gascogne avec 5 stations vélos opérationnelles en 2018 et la volonté de développer ce projet sur l’ensemble du réseau des 15 stations vertes du Gers. De plus, en 2018, la mise en service du 1er tronçon de la Véloroute Vallée de la Baise (V82) permet de connecter le Gers au réseau France et Europe des véloroutes et voies vertes.
  • La mobilité en véhicules électriques: avec la mise en avant de l’offre des bornes de recharge électrique en espace public, la sensibilisation à l’installation de bornes de recharge chez les professionnels du tourisme, l’offre de circuits découverte du Gers en véhicules électriques.
  • La dimension sociale est également abordée aujourd’hui à travers le label Tourisme et Handicaps et fait l’objet d’actions d’accompagnement de prestataires volontaires pour un tourisme solidaire TerraGers®.”

Renforcer l’offre: Exemple d’Ardenne Ecotourism

par Stéphanie Drothier d’Ardenne Ecotourism

“Le projet Ardenne Ecotourism vise Ie développement d’une offre touristique transfrontalière durable. Hébergement, visites, repas et mobilité : toutes les composantes d’un séjour touristique sont inscrites au projet. Deux actions principales s’adressent aux professionnels du tourisme et sont proposés gratuitement, quelle que soit la taille de la structure: la mise en réseau (le Club Ardenne Ecotourism compte à ce jour 80 adhérents) et I‘audit d’éco-gestion. Pour faire connaître les adhérents et leurs engagements, un mini-site leur est dédié: http://ecotourism.visitardenne.com.

Les avantages du réseau Club Ardenne Ecotourism:

  • Grâce à un autodiagnostic en ligne, Ie gestionnaire peut mesurer son engagement, puis, accompagné de son référent écotourisme, étudier les potentielles pistes de progrès lors d’un entretien personnalisé.
  • Des rencontres mensuelles sont proposées autour de thèmes variés. Exemples : visite d’un centre de tri et formation a la reduction des déchets, communiquer son engagement et sensibiliser ses clients, remettre la nature au cœur de son jardin, les piliers de la restauration durable, I’eco-pâturage… Dans la mesure des disponibilités, chaque formation est proposée dans 3 lieux différents afin de toucher Ie plus grand nombre (compte tenu de la superficie du territoire).
  • Une communication spécifique pour promouvoir les acteurs les plus engagés à I’échelle de la destination Ardenne : chaque adhérent est promu par Ie biais d’une « experience » rédigée par un professionnel et mise en ligne sur Ie site www.visitardenne.com.

L’audit d’éco-gestion:

Accompagnés par Ie cabinet Betterfly Tourism, qui a developpé un logiciel d’audit spécifique, les opérateurs du projet proposent des solutions concrètes aux professionnels du tourisme pour les aider à réduire leur impact sur I’environnement. Le caractère unique et innovant de cet outil, est qu’il permet d’auditer non seulement des hébergements mais également des sites de visite, musées, etc…”

Écodestination: Exemple du Parc des Landes de Gascogne

par Caroline Le Roy de l’Écomusée de Marquèze – Parc des Landes de Gascogne

“Le Parc Naturel Régional (PNR) des Landes de Gascogne s’est engagé depuis 2004 à promouvoir et structurer une offre écotouristique à travers des actions de qualification de l’offre (marque Valeurs parc, démarche écotourisme Landes de Gascogne), de valorisation patrimoniale (ornithologie, art contemporain), de communication institutionnelle et grand public. Par ailleurs, il fédère les acteurs de loisirs et activités de pleine nature autour de l’itinérance douce (randonnée, canoë/kayak) et accompagne des démarches collectives de régulations des pratiques d’itinérance.

En complément, le PNR est lauréat depuis 2016 de l’appel à projet Nouvelle Organisation Touristique des Territoires (NOTT) qui vise notamment à accompagner la monter en compétences des offices de tourisme dans les évolutions de leurs missions, dans leur politique d’amélioration de l’accueil des clientèles, dans le suivi de l’observation et dans l’optimisation de leurs ressources.

Ce projet NOTT « pour une écodestination exemplaire » a permis de constater la motivation et l’efficacité de l’équipe projet (OT/EPCI/PNR) mais aussi de pointé des ressources et moyens inégaux. Pour cela, le Parc dès 2017, une gestion prévisionnelle des emplois et compétences territoriale (GPECT).

Cette action s’est déclinée en 3 phases :

  • Diagnostic : une analyse des compétences de chacun
  • Stratégie des ressources humaines : professionnalisation, mutualisation et coopération entre organisations, définition des besoins humaines : recrutements, prestations externalisées,
  • Mise en oeuvre et priorités : organigramme fonctionnel, plan d’actions 2017-2020.

Cette GPEC a utilisé la méthode dite Belbin, analyse des comportements individuels afin de créer des équipes projet complémentaires et construire une cohésion d’équipe pour le développement de projets agiles. Elle a identifié des profils complémentaires et a su motiver l’équipe projet à travers une vision partagée et des objectifs communs. Cette approche managériale innovante repose sur une analyse des comportements et non sur les statuts et compétences techniques de l’équipe. Ce qui a permis de découvrir des profils non attendus qui permettront un équilibre humain et managérial dans le déploiement des actions. Elle contribue à préparer l’équipe au changement et à déterminer des ambitions techniques. Elle a de plus souligné un programme local de professionnalisation davantage orienté vers une culture marketing commune autour des valeurs de l’écotourisme.”

Réseau d’éco-acteurs: Exemple des Gorges du Gardon

par Céline Boulmier, Maison du Grand Site des Gorges du Gardon

“Le Syndicat mixte des gorges du Gardon (SMGG) a été créé en 1993 à l’initiative du Département du Gard et des communes riveraines des gorges pour protéger, valoriser et aménager le site classé des gorges du Gardon (7760 hectares).

L’action présentée s’insère dans l’animation de la Réserve de biosphère des gorges du Gardon, désignée par l’UNESCO en 2015. Elle concerne la création d’un réseau d’éco-acteurs, c’est-à-dire des professionnels qui s’engagent en faveur du développement durable du territoire. Les membres du réseau s’engagent publiquement à faire évoluer leurs pratiques professionnelles et à promouvoir les richesses du territoire auprès de leurs clients, fournisseurs, partenaires. Le SMGG s’engage à animer le réseau, à mettre des outils de communication à disposition des membresdépliants, panneau d’accueil, site web (www.ecoacteur-gorgesdugardon.fr), page Facebook…) et à enrichir leurs connaissances sur le milieu naturel.

Les 11 premières chartes d’adhésion ont été signées en octobre 2017 lors d’une journée festive au Pont du Gard, suivie de l’arrivée, début 2019, de 8 nouveaux adhérents portant le réseau à 19 membres. Dans un premier temps il concernait surtout des acteurs du tourisme, mais il a maintenant pour ambition de s’élargir à d’autres secteurs d’activité afin de créer davantage de synergies. Parmi les actions phare du réseau : la marche des éco-acteurs, une fête annuelle axée sur les circuits courts, les mobilités douces, les bonnes pratiques environnementales, l’écotourisme… ainsi que l’organisation de journées de nettoyage du milieu naturel.”

Accessibilité: Exemple du PNR du Vexin français

“Le Parc Naturel Régional (PNR) du Vexin français porte un projet concerté de développement durable fondé sur la protection et la valorisation des patrimoines. Le développement de balades adaptées s’inscrit dans cette vision globale avec pour objectifs principaux de:

  • Mélanger les publics,
  • Ouvrir certaines balades nature aux personnes ayant des besoins spécifiques en proposant des dispositifs adaptés,
  • Travailler en partenariat avec les acteurs associatifs et professionnels.

Actions proposées dans ce cadre:

  • Balades avec un interprète en langue des signes française (LSF).
  • Balades avec du matériel adapté pour les personnes à mobilité réduite : le Parc fait appel à l’association Escapade Liberté Mobilité qui a mis en place un dispositif permettant de rendre accessibles aux personnes à mobilité réduite les chemins de randonnée par le prêt de matériel et l’accompagnement humain. Ces véhicules électriques adaptés au tout-chemin peuvent être utilisés en restant sur son propre fauteuil roulant électrique ou manuel. Le Parc fait appel à l’association sur certaines balades et évènements et a financé un véhicule adapté pour la mise en accessibilité de la Réserve naturelle régionale de Limay.
  • Balades basées sur le toucher et l’ouïe pour les personnes aveugles et malvoyantes.
  • Pour les personnes ayant un handicap mental ou psychique : identification des guides, des sites de visite et des animations susceptibles d’accueillir ces publics, communication auprès des structures accompagnant ces publics (speed-meeting du CD95, mailings, rencontres, eductours…) et accompagnement pour le montage de sorties sur-mesure.”

Zéro Déchet: Exemple dans des campings vendéens

par Romaric Lesaint chargé de projet ADEME sur le littoral vendéen (Syndicat de traitement des déchets Trivalis)

“Depuis mai 2016, 5 collectivités du littoral vendéen se sont réunies pour travailler sur la prévention des déchets issus des activités touristiques. Le programme de prévention des déchets « Territoires Zéro Déchet, Zéro Gaspillage » lancé par l’Ademe, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, est le support des actions des collectivités.

Un exemple de pratique mise en place: les collectivités partenaires équipent les campings volontaires de « boîtes à dons ». À l’image d’étagères, les boîtes à dons sont destinées à accueillir des objets déposés par les vacanciers. Objectif principal : Donner une seconde vie à des objets en bon état en invitant les clients à les déposer dans les boîtes à dons plutôt que de les jeter dans les poubelles des campings.

Impacts et bénéfices de l’action: au terme de la saison 2017, les 25 campings partenaires ont établi un bilan du fonctionnement de leur boîte à dons. Ainsi, grâce aux 50 pesées et comptages estivaux et à l’analyse des retours terrain, un portrait-robot de la boîte à dons « type » a pu être dressé :

  • 54 objets par semaine dont près de 50% de livres et magazines ;
  • Un renouvellement (à plus de 80 %) des objets en 1 semaine ;
  • 12,8 kg d’objets par semaine soit 115 kg sur 2 mois.

Ainsi, au sein du réseau, près de 3 tonnes d’objets ont ainsi été écartées des poubelles des hébergeurs pendant les mois de juillet et août 2017 ! Cette initiative constitue une véritable porte d’entrée vers la prévention et la meilleure gestion des déchets. Au-delà de la contrainte et des couperets réglementaires, les gestionnaires de campings, par l’expérimentation, s’ouvrent à d’autres démarches environnementales.”

Tourisme itinérant: Exemple d’IPAMAC (Massif Central)

par Laura Léotoing d’IPAMAC (association des Parcs naturels du Massif Central)

“Depuis 1998, les Parcs naturels du Massif central réunis au sein de l’IPAMAC concourent au développement du Massif central par la mise en oeuvre de projets concrets et innovants pour que le Massif central reste une montagne habitée, préservée, dynamique, capable d’attirer et de maintenir des entreprises et des actifs. L’IPAMAC regroupe 12 parcs naturels : 11 Parcs Naturelles Régionaux (PNR) et 1 Parc National (Les Cévennes).

Le réseau travaille sur 3 axes opérationnels pour contribuer au développement durable du Massif central :

  • La préservation et la valorisation des ressources naturelles dans un contexte de changement climatique,
  • L’accueil et les solidarités comme sources d’attractivité et de développement territorial,
  • Le tourisme durable pour le développement d’une offre touristique emblématique du Massif central.

Un exemple de projet concret mené récemment: l’expérimentation pour créer des aires de bivouac écologiques. Le Massif central est maillé par des grands itinéraires (à vélo, de randonnée pédestre, etc.). Sur ces itinérances, il peut exister un manque d’hébergements. De plus, les pratiquants de l’itinérance sont aujourd’hui à la recherche d’hébergements insolites ou innovants. C’est pourquoi, l’IPAMAC a lancé en 2017 un concours d’architectes pour concevoir des aires de bivouac écologiques. Après une sélection sur 64 candidatures, deux équipes d’architectes et d’artistes ont été retenues. Les aires de bivouac ont été conçus pour avoir une relation harmonieuse avec leur environnement immédiat et valoriser les ressources locales. C’est une nouvelle opportunité pour les territoires pour diversifier leur offre touristique ! C’est une nouvelle expérience insolite et innovante proposée aux itinérants !”

Tourisme insulaire: Exemple des îles Vanille

par Pascal Viroleau des îles Vanille (Océan Indien)

Les Îles Vanille souhaitent créer des combinés inter-îles et services mettant en avant l’écotourisme.

La première phase a débuté en 2017. Après la sélection d’un consultant et d’une assistance pour la mise en oeuvre du projet pour recenser les offres durables, un appel à manifestation d’intérêt d’agences réceptives sur chaque île a été lancé. Plusieurs ateliers de travail ont ensuite eu lieu à Rodrigues, La Réunion et Madagascar afin de favoriser la rencontre entre les agences, créer une émulation collective, et un sentiment d’appartenance à une entité. Durant ces ateliers, 10 agences réceptives ont élaboré des packages touristiques combinant au moins deux îles : 23 combinés couvrant chacun 2 à 3 îles ont été créés. Véritable point d’étape de la démarche, cette rencontre a préparé un éductour de 30 tour-opérateurs, de blogueurs et de médias à Madagascar pour expérimenter les combinés au mois de mai 2018.

Pour Pascal Viroleau, Directeur des Îles Vanille : «  Ce projet fait essentiellement travailler les petites structures des îles et privilégie le respect des traditions locales. Nous proposons des activités, en préservant les processus écologiques mais aussi en contribuant à la conservation et reforestation des ressources naturelles et de la biodiversité : activité de reforestation, de ponte des tortues marines, etc. Toutes les retombées sont directement attribuées aux destinations qui ont encore du mal à faire reconnaître leur légitimité géographique. »

———— EN SAVOIR PLUS ————

Retrouvez sur la e-communauté tourisme du CNFPT (qui est accessible à tous gratuitement) les vidéos et présentations des webinaires passés.

  • Cliquez ici pour consulter le tableau récapitulatif des webinaires passés et leurs liens de visionnage,
  • Cliquez ici pour vous inscrire afin de recevoir les dates et thématiques des prochains webinaires.

Connaissez-vous un territoire aux initiatives particulièrement intéressantes?
Recommandez-les pour que le CNFPT les invite à animer un webinaire:
cliquez ici!


Territoires et tourisme durable: une série de témoignages (webinaires) | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Florie Thielin
Florie Thielin fait partie du collectif de voyageurs-rédacteurs-journalistes de Voyageons-Autrement. Elle accompagne aussi des professionnels du tourisme dans leur stratégie marketing et digitale. Originaire d'un petit village dans la vallée de la Loire, elle vit aujourd'hui à Lyon. Elle a aussi vécu en Russie, Allemagne, Nouvelle Zélande et Espagne. Mais sa plus grande aventure fut en Amérique Latine où elle a sillonné les routes de 16 pays, de Cancun au Cap Horn, pendant près de deux ans. Elle troquait alors ses compétences en marketing pour le gite et le couvert, tout en réalisant des interviews-vidéos sur le tourisme plus responsable avec ses amis d'Hopineo. Elle a aussi mis à jour le guide de voyage du Petit Futé Nicaragua-Honduras-Salvador.
FacebookTwitter

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda