#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

Amy Carter, Guludo ou le rêve d’une “social entrepreneur” au Mozambique

| 20 décembre 2012 • Mis à jour le 20.12.2012 à 16h33
         

Amy Carter-James fait partie de ces social entrepreneurs dont les yeux brillent quand ils évoquent leur projet pour changer le monde.

Amy Carter-James, fondatrice de Guludo Beach Lodge, Mozambique

“Agir rend heureux” a coutume de dire Yann Arthus-Bertrand, le célèbre photographe environnementaliste.  Un adage qui illustre à merveille le  caractère enjoué d’Amy Carter.  A l’ESTC12, le ghota de l’écotourisme mondial était sous le charme de cette pétillante anglaise lors de sa conférence magistrale Guludo, The Power of a Dream.  Si la jeune Amy s’est fixée très tôt des objectifs hautement humanistes, elle n’en garde pas moins les pieds sur terre.

Une “social entrepreneur” de haut vol au grand coeur

Internationalement reconnue pour le modèle social de son écolodge  Guludo au Mozambique et  de sa fondation NEMA, elle prouve que le tourisme responsable peut être un outil redoutablement efficace pour combattre la pauvreté et responsabiliser les communautés des pays les plus pauvres. Son palmarès est éloquent: Young Social Entrepreneur of the Year 2006, 2007 Women in Ethical Business Awards, 30 Under 30 London Talent 2010 Awards, 2009 Virgin

Holidays Responsible Tourism Award, 2011 Tourism for Tommorrow Award, 3 Conde Nast Traveler World Savers Awards 2011, 2010 Travel & Leisure Global Vision Award,  2010 TODO ! Award for Socially Responsible Tourism…Excusez du peu.

I had a dream…

A 18 ans, elle partit un été comme volontaire au Kenya enseigner l’anglais dans une école publique.  Ce fut le choc: « J’ai réalisé le privilège que j’avais comme occidentale et cette expérience a semé les graines de mon futur projet ». Au début était un rêve : utiliser le tourisme comme un outil de développement pour combattre la pauvreté.

Guludo, un petit coin de paradis au Mozambique

Après avoir terminé ses études en biologie marine, elle convainc son mari, footballeur professionnel, de se lancer aussi dans l’aventure.  Première étape: trouver un pays. Elle tombe sur le Mozambique en faisant des recherches sur Internet. En septembre 2002, elle se rend sur place et découvre un petit village côtier, Guludo. L’emplacement est paradisiaque et les habitants adorables.  C’est bon signe. 6 mois plus tard, elle part s’y installer.  Le constat est sévère dans ce pays, l’un des plus pauvres de la planète : 1 enfant sur 3 n’atteint pas l’âge de 5 ans pour cause de maladies et de manque d’eau potable, chaque jour 102 enfants sont atteints du virus du sida, chaque jour 125 enfants meurent de la malaria et peu d’enfants vont à l’école.

Objectif: Combattre la malnutrition infantile au Mozambique

Guludo Beach Lodge, presque les pieds dans l’eau…

Une fois obtenue la concession touristique auprès du gouvernement, ils se mettent à l’œuvre. Avec un cabinet d’architectes renommés, il font construire par les locaux Guludo Beach Lodge, un écolodge situé en bord de mer. Parallèlement,  ils créent la NEMA Foundation destinée à recevoir des fonds pour gérer les nombreux projets sociaux auxquels ils s’attèlent.

Un impact social impressionant sur le terrain

NEMA Foundation travaille aujourd’hui dans une quinzaine de villages en partenariat étroit avec leurs habitants utilisant une méthode de développement holistique autour de l’éducation, de l’eau, de la santé, de l’environnement, de la micro-entreprise. Ce processus a permis de développer les compétences des villageois par le transfert de techniques et de savoir-faire professionnels.

Près de 25,000 habitants ont été impactés par ces programmes à ce jour. 800 enfants reçoivent quotidiennement un repas, 20 000 personnes ont  désormais accès à l’eau potable, 200 enfants reçoivent une bourse scolaire, des formations à la santé et des programmes de lutte contre le SIDA ont été mis en place, une clinique et des écoles sont en construction.

Nema Foundation : l’école pour le plus grand nombre

A Guludu Beach Lodge, le tourisme responsable est appliqué à la lettre: 50 locaux employés, approvisionnement en vivres dans un rayon de 5 kms, vente directe d’artisanat local aux touristes, versement de 5% des bénéfices de l’écolodge à la fondation NEMA, donation des clients en temps et en argent, financement d’infrastructures locales pour améliorer les conditions de vie (puits, écoles, centre d’artisanat…), évaluation rigoureuse de l’impact des programmes sur des critères sociaux et environnementaux.

Crédits Photos Nema Foundation

Cap sur Guludo !

Destination recommandée pour la relaxation, Guludo Beach Lodge offre également un beau panel d’activités variées sur place : plongée sous-marine, observation des baleines à bosse, expéditions vers les îles Rolas et Ibo, virées dans la savane du Quirimbas National Park, excursions dans les villages, parties de football avec les locaux, tir à l’arc, sorties en mer sur les traditionnelles barques dhwo… Amy caresse un espoir: Que ce projet soit un jour géré par les habitants eux-mêmes..
Et s’il fallait 3 bonnes raisons pour se  rendre à Guludo: Pour l’emplacement, pour le cœur de ses habitants et surtout pour s’inspirer de leur comportement. Une leçon de bonheur sous d’autres latitudes ?

En savoir plus:

www.guludo.com

www.nemafoundation.org

Arvel partenaire de la couverture de l’ESTC 2012


Amy Carter, Guludo ou le rêve d’une “social entrepreneur” au Mozambique | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Manuel Miroglio
Consultant-Formateur Spécialiste en Tourisme Responsable et Solidaire Co-fondateur du Cabinet conseil SPE Tourism Co-organisateur du 1er Forum National du Tourisme Responsable 2010 Co-organisateur du 1er Festival Partir Autrement 2008 Coproducteur et coréalisateur du documentaire "La Caravane solidaire en Afrique, sur la piste dun tourisme responsable" 2008 Membre du comité de sélection des Trophées du Tourisme Responsable de voyages-sncf.com 2009-2010 Membre associé de l'Association pour le Tourisme Equitable & Solidaire Membre du réseau Ecoturismogenuino.ning.com Membre du Réseau Archimède, acteurs du tourisme solidaire en Ile-de-France
Facebook

Découvrez nos abonnements

Une réponse à Amy Carter, Guludo ou le rêve d’une “social entrepreneur” au Mozambique

  1. Christiane Miroglio a commenté:

    Hello Manuel,
    Super article sur Amy Carter. Incroyable ce que les personnes motivées peuvent accccomplir avec quelques fonds.
    Beau travail admiralble! J’aimerais bien aller à Guludo, mais impossible sans pesetas ou $$$$…
    KEEP UP THE GOOD WORK!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
ESTC 2012 - Ecotourism and Sustainable Conference

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda