#TourismeDurable
Slow Tourisme Catalogne

Berlin, la ville qui voulait être libre

| Publié le 25 juillet 2023
Thèmatique :  Insolite   Territoire 
             

La capitale allemande fait aujourd’hui partie de ces villes où le passé s’écrit sur chaque brique, chaque bâtiment, chaque rue. Berlin respire son passé, partout, tout le temps, volontairement ou inconsciemment. Et pourtant, cette ville est une ode à la liberté. A travers ses bars, ses lieux de rencontre, ses habitants, ses oeuvres de rue… Berlin appelle à l’ouverture d’esprit, à l’indépendance, à la liberté d’expression. Tour d’horizon (choisi) de cette capitale à part.

Graff Berlin Tempelhof
Berlin, ville d’art aux multiples visages…

Assumer son passé

Difficile de se rendre à Berlin sans visiter au moins un musée : ils sont légion et ceux consacrés à l’histoire de la ville, très nombreux. Musée juif de Berlin, Musée de la RDA, Topographie des Terrors, Musée de la Stasi, Musée historique allemand, Mémorial de l’Holocauste, Musée Anne Franck… Les amateurs de Seconde Guerre Mondiale seront comblés : toutes les périodes marquantes du XXème siècle sont archivées et exposées, thème par thème.
Celles et ceux qui préfèrent l’extérieur ne pourront que sentir le pouls du vécu berlinois, de l’arrivée d’Hitler jusqu’à la chute du Mur… Le passé de la ville s’inscrit partout – sur les murs, dans des lieux mémoriaux à ciel ouvert, ou encore grâce aux oeuvres de street art.

Mémorial Holocauste Berlin
Le Mémorial de l’Holocauste, un lieu perturbant.

Un incontournable ? Le Mémorial de l’Holocauste (ou Mémorial aux Juifs assassinés d’Europe), situé au pied de la célèbre Porte de Brandebourg. Cette oeuvre architecturale unique est libre d’accès car située en extérieur. Composée de 2711 stèles de béton de tailles différentes, elle forme un labyrinthe d’allées dans lesquelles le visiteur se plonge, puis se perd… De premier abord « juste » originale, elle se révèle glaçante et marquante une fois parcourue. Perdez-vous dans les allées, laissez-vous dépasser par ces stèles anonymes, grises et froides, regardez le soleil disparaître… Impossible de ne pas être parcouru d’un frisson et de se souvenir que, non loin de là, des millions d’innocents ont été arbitrairement assassinés, il y a seulement quelques décennies de cela. Une claque !
Même pour celles et ceux qui n’affectionnent pas les musées, le passé de Berlin s’affiche partout. Difficile de passer à côté du Check-point Charlie, mémoire du passé Est-Ouest, ou de l’East Side Gallery, peintures-témoins à ciel ouvert ; et ce ne sont là que des exemples.
Berlin transpire et assume son passé. Montrer l’horreur, afficher l’indicible, exposer les failles de l’Histoire… Pour ne jamais plus recommencer.

Porte de Brandebourg Berlin
La porte de Brandebourg est l’un des monuments les plus visités de la ville.

Berlin l’alternative

Il existe à Berlin de nombreux quartiers qualifiés « d’alternatifs » : Kreuzberg, Friedrichshain, Neukölln… Sauf qu’à Berlin, le farfelu, l’étrange et l’anti-conformiste sont partout.
Chaque quartier réserve son lot de surprises et de lieux cachés, étonnants, insolites.

De l’art… de casser les codes

C’est par exemple en plein centre (quartier Mitte), au milieu d’une rue commerçante, que l’on tombe sur le musée Anne Franck et sa cour à faire rêver tout amateur d’art urbain. Un déluge de peintures, graffs et stickers en tous genres ont pris place dans ce lieu hautement symbolique. Une boutique et une galerie d’art contemporain et alternatif se trouve également sur place, mêlant ainsi culture contestataire et souvenir d’une vie volée par le totalitarisme. A ne pas manquer ! 

East side gallery Berlin
Les murs de l’East Side Gallery témoignent du 
douloureux passé de la ville.

Coté est, difficile de passer à côté de l’East Side Gallery. Un nom de musée contemporain pour ce qui est en réalité une succession d’oeuvres d’art peintes sur l’ancien Mur de Berlin. Des fresques parfois vieillissantes mais qu’il faut replacer dans leur contexte, à savoir le tout début des années 1990. L’ensemble demeure un beau témoignage de jeunes (et moins jeunes) artistes marqués par la séparation de la ville, le communisme, les privations et la capacité d’ajouter du mal au Mal.

Réhabiliter les bâtiments désaffectés

A quelques rues de là se trouve un autre lieu emblématique du Berlin alternatif, le Raw. Installé sur une ancienne friche industrielle, on y trouve pêle-mêle : un skate park, des boîtes de nuit (dont une avec piscine extérieure), des bars et petits restaurants, un magasin de musique avec studios de répétition et scène, des murs d’escalade… Le tout installé dans d’anciens hangars recouverts de graffs. Un sacré melting-pot !

Bar Raw Berlin
L’un des bars du Raw, à l’est de la ville


Allez, tant qu’on y est, un dernier lieu à ne pas manquer… Promener son chien ou faire du vélo sur d’anciennes pistes d’aéroport ? C’est possible. Hé oui, c’est Berlin ! Rendez-vous au Tempelhof, au sud de la capitale. Les amateurs de sports de glisse peuvent s’y donner à coeur joie. Des kilomètres de pistes goudronnées sont prêtes à être foulées par cyclistes et skateurs, tandis que les autres peuvent flâner sur les pelouses, y prendre un verre, faire un tour de manège ou lancer la balle au chien. Insolite, génial, et ancré dans l’âme de la ville !

Tempelhof aéroport Berlin
Faire du vélo ou du roller sur une ancienne piste d’aéroport ? C’est possible :) 

Bars et restaurants « underground », boutiques punks, galeries d’art intimistes et rebelles, parcs installés sur d’anciennes lignes de chemins de fer… A Berlin, tout peut étonner, mais tout semble normal. Et c’est ce qui donne à la ville ce charme fou. Il y souffle un vent de liberté que beaucoup de capitales peuvent lui envier. Ici, personne n’est forcé d’être dans la « norme » – justement parce qu’il ne semble pas y avoir de définition de norme. On s’habille comme on veut, consomme comme on veut, aime comme on veut, se déplace comme on veut. N’en déplaise aux réacs !

Vélo, street art et véganisme

Quand on allait sur les chemins, quand on visitait Berlin… A bicyclette…

A l’instar des pays du Nord, l’Allemagne est très portée sur la Petite Reine. Souvent peu vallonnées, les villes germaniques font la part belle au vélo, au point parfois d’interdire certains quartiers du centre-ville aux voitures (c’est le cas de Bonn, par exemple). Ici, le vélo est roi. 

Vélo cargo Berlin
Ici, le vélo est roi !

Les Berlinois emmènent leurs enfants à l’école ou font leurs courses à vélo. Remorques et vélos cargo sont fréquents, encouragés par des pistes cyclables adaptées et omniprésentes. La ville étant très peu vallonnée, circuler à vélo dans Berlin devient rapidement une évidence. Cela nous rappelle au passage la vraie fibre écologique des Allemands, bien plus ancienne et ancrée que chez nous…

Le paradis du street art

Les amoureux d’art urbain seront ici comblés. Les rues, murs, cages d’escaliers, façades ou parcs berlinois sont très fréquemment marqués de fresques, signatures ou touches de peinture, offrant de nouveau le sentiment que la ville et ses habitants ont une besoin irrésistible de s’exprimer ! A Berlin, le street art est une religion. Chaque quartier recèle des oeuvres impressionnantes, des façades d’immeuble fascinantes, des collages, des murs de stickers « sauvages ». On ne sait plus ce qui est légal ou pas, et on s’en fiche tant cet amoncellement de couleurs apporte à la ville un vrai souffle de liberté.

Tempelhof Berlin
Teufelsberg, temple du street art à ciel ouvert

L’une des apothéoses de ce paradis d’art urbain se trouve légèrement à l’extérieur de la ville, sur la colline artificielle de Teufelsberg. Située à l’ouest de Berlin, cette ancienne station d’écoute américaine, conçue pendant la Guerre Froide, n’est longtemps restée qu’une simple friche, avant de se transformer petit à petit en musée à ciel ouvert. Aujourd’hui, l’entrée est payante – ce qui peut semble contradictoire pour un lieu qui se veut hors système – mais les 8€ demandés valent le détour. Sur place, ce sont plus de 400 œuvres qui ornent les murs de ce lieu unique en son genre. Fresques monumentales côtoient pochoirs et collages, mêlant ainsi de célèbres artistes et collectifs (Bustart, 1up, Fabifa, El Bocho…) comme d’illustres inconnus. 
Un haut lieu de l’art urbain, qu’il serait bien dommage de rater.

Berlin, capitale du véganisme !

Pourtant grands amateurs de Currywurst et autres saucisses plus ou moins épicées, les Allemands sont aussi parmi les précurseurs du végétarisme en Europe. On estime le nombre de végétariens à environ 12%, soit 6 fois plus qu’en nos frontières – les chiffres concernant les véganes étant plus difficiles à évaluer.

En ce sens, Berlin fait office de véritable référence en matière d’alimentation végétale et végétarienne. On peut y errer sans crainte de ne pas trouver d’offre sans chair animale. Ici, le végétarisme est parfaitement ancré dans les mœurs et la culture gastronomique.
Rares sont les établissements qui ne sont pas «vegan-friendly» : l’offre végétarienne est quasi- systématique, et celle végétale très fréquente. Pas besoin de chercher en amont un établissement qui proposerait des plats végés car ils sont à chaque coin de rue. Burgers, pizzas, spécialités locales ou internationales… tout est décliné en version a minima végétarienne, au mieux végétale. Les kebabs proposent même des alternatives à base de seitan, une protéine issue du blé !

Même les kebabs possèdent une offre végane !

Il en va de même pour les supermarchés et autres magasins alimentaires : même les plus petits établissements possèdent un rayon frais végane, dans lequel les alternatives au fromage ou à la viande sont nombreux. Un vrai bonheur pour celles et ceux qui ne mangent pas d’animaux ou de sous-produits animaux.

Une capitale hors-norme, profondément touchante et attachante.

La capitale allemande a donc appris à vivre avec son lourd passé, à l’assumer et à l’afficher. Elle peut se targuer aujourd’hui d’être une ville libérée, et libre, à l’instar de ses habitants qui prônent l’ouverture d’esprit dans leurs modes de vie, leurs tenues vestimentaires ou encore leurs modes de consommation.
Ville qui se ne démarque pas toujours par son esthétisme – malgré quelques somptueux bâtiments et ensembles architecturaux – Berlin se dévoile par sa beauté intérieure. 


Berlin, la ville qui voulait être libre | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Mélusine Lau

Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

   

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Voyager en Ukraine Autrement avec Trident Voyages Découvrez l'Ukraine comme vous ne l'avez jamais imaginée ~ par Rédaction Voyageons-Autrement...

Voyager végé, tome 4 : l'Allemagne Comme tout pays anglo-saxon qui se respecte, l'Allemagne se trouve en tête des pays les plus "végé-friendly". ~ par Mélusine Lau...

Bruxelles greet the world… Les représentants de ces réseaux de bénévoles seront accueillis par l’asbl Tourisme autrement, initiatrice du réseau Greeters.be et les Greeters de Bruxelles. ~ par Tourisme autrement...

2021 : Année européenne du rail ! Reconnu comme le transport motorisé le moins polluant, le train sera à l’honneur tout au long de cette année. ~ par Romain Vallon...

Joseph Kessel, l’ogre qui croquait la vie ! Quel bonheur de redécouvrir l’incroyable épopée que fut la vie de Joseph Kessel sous la plume de Marc Alaux. Page après page, on réalise combien l’homme de lettres fut...

Quel peut être le rôle du tourisme dans le patrimoine de mémoire ? Et pourtant, faut-il tout rejeter en bloc, nier le rôle et la place du tourisme sur les sites mémoriels ? Évidemment, on pourra toujours arguer...

carte de toutes les partenaires de voyageons-autrement voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste