#TourismeDurable
La feuille de chou est là

Quelles avancées sont nécessaires en matière d’environnement pour que le tourisme devienne durable ?

| Publié le 21 juillet 2009 • Mis à jour le 22 juillet 2009 à 11h18
         

Jean-Pierre Lamic : En matière d’environnement, les avancées sont à ce jour très rares. Tourisme et ressource en eau

Les touristes dans leur très large majorité continuent à opérer une forte pression sur l’environnement, notamment en consommant beaucoup plus d’eau par jour et par personne (350 litres en moyenne) qu’un comportement responsable le suggérerait ou en émettant de grosses quantités de CO2 pour leurs déplacements.

Les tendances sociétales alimentées par le marketing, notamment celui diffusé par nombre des voyagistes, d’Offices de Tourisme, de stations de sport d’hiver, de chaînes hôtelières, de guides de voyages, en sont le principal responsable.
Pour passer de bonnes vacances, nul ne pourrait se passer de spas (développement exponentiel partout), de piscines ; il conviendrait d’assurer l’enneigement au moyen de neige de culture, d’aller au bout de la planète, de tout voir et tout faire en un seul voyage, si possible, payé au rabais en dernière minute !
Mais on ne parle pas assez non plus d’une tendance qui se vérifie partout : l’achat par des intérêts privés des plus beaux espaces littoraux ou de montagne pour les transformer en lieux de villégiature.
Les offres des voyagistes
Elles sont en phase avec ces diverses tendances contribuent aux atteintes quotidiennes à l’environnement. Peu en ont pris conscience. Certains tentent de le masquer derrière des arguments marketing. Rares sont ceux qui modifient leur offre afin de diminuer leur empreinte sur l’environnement. Il n’y a pourtant pas d’autre alternative pour un tourisme durable. Il est à noter que plusieurs des voyagistes adhérant à V.V.E modifient actuellement leurs catalogues.

Le voyageur individuelune montagne à préserver
Il a rarement conscience du fait que la multiplicité des comportements proches du sien conduit à de graves dégradations environnementales.
Depuis l’ouverture des cols alpins en juin par exemple, nous assistons à une déferlante de motos, camping cars, véhicules particuliers qui exercent un tourisme routier de plus en plus en vogue.
L’enjeu pour un tourisme durable est une gageure. Comment inverser ces tendances ?


Quelles avancées sont nécessaires en matière d’environnement pour que le tourisme devienne durable ? | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Rédaction Voyageons-Autrement

Facebook

Partagez cet article

La meilleure façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est encore de partager cet article. Merci d'avance ;)

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :

Jean-Pierre Lamic

voir la carte
La Feuille de Chou, l'aventure continue
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda