logo et baseline voyageons-autrement

Le tourisme culturel à l’honneur au plus haut niveau de l’état

| 6 janvier 2017 • Mis à jour le 06.01.2017 à 10h02
Thèmatique :  Institutionnel 
         

Le 16 décembre dernier, les premières Rencontres du tourisme culturel (RTC) se sont tenues en grande pompe au Centre Pompidou (Paris). Politiques, élus, administrateurs de site, collectivités, musées, voyagistes, universitaires, experts, un grand raout visant à positionner encore et toujours plus la France comme une destination d’exception, l’étendard culturel accolé au tourisme pour imprimer notre « French Touch », celle qui marque les esprits et attire les visiteurs. Au cœur de ces échanges, des débats de fond sur tourisme et culture, l’un ne va-t-il pas sans l’autre ? Mais aussi, des annonces, des débats, et un souhait largement partagé que nous scandons en boucle sur notre portail : favoriser une meilleure répartition et un véritable ancrage territorial du tourisme culturel.

Tourisme Culturel

Le MuCEM, Marseille © Maia Flore – Agence VU – Atout France

Le tourisme culturel nouvel étendard des politiques publics

Ministre de la culture et de la communication, Audrey Azoulay a ouvert les Rencontres par un plaidoyer en faveur du tourisme culturel, inscrit dans une nouvelle stratégie ministérielle et dotée de crédits spécifiques. Le tourisme au secours de la culture ? Ou l’inverse ? Le constat en tout cas que deux mondes tentent enfin de se rapprocher, deux mondes qui souvent n’en font qu’un, car peut-on vraiment dissocier tourisme et culture ? Appelé en renfort pour tenter de le définir voire de le mesurer lors de la première table ronde au titre symptomatique de ce nouveau mariage « Culturel et Tourisme font cause commune », Maria Gravari-Barbas, universitaire capée sur le sujet et directrice de l’IREST a exprimé combien il était difficile d’évaluer un tourisme culturel qui, d’après l’OMT, représenterait autour de 38% du tourisme car : « Le tourisme culturel peut-il constituer un segment spécifique de l’industrie touristique ? Pour moi, visiter une favela est aussi une expérience éminemment culturelle. Et pour un visiteur chinois, un grand magasin parisien le sera aussi… »

Colloque Tourisme Culturel

Le site du Pont du Gard © Maia Flore – Agence VU – Atout France

Ne pas confondre tourisme culturel et tourisme dans les lieux culturels…

Dans les faits, plusieurs chercheurs refusent cette catégorie car pour eux, le tourisme est culturel dans son essence, et donc pas la peine d’y accoler une épithète qui tendrait alors au pléonasme, bien que personne ne soit dupe des messages cachés. Car en accolant culture et tourisme, on permet aussi à deux mondes de se rapprocher, et notamment à de grandes institutions culturelles parfois un peu frileuses vis-à-vis des hordes de touristes de baisser le menton vers des masses qui peuvent effrayer. Philippe Bélaval, Président du Centre des monuments nationaux : « Je fais partie de ceux qui pense que le tourisme est éminemment culturel mais il ne faut pas confondre le tourisme culturel et le tourisme dans les lieux culturels ». Et de fait, de pointer une question fondamentale, la gestion du tourisme de masse dans des sites patrimoniaux pas toujours adaptés. Et d’ajouter : « On ne peut pas être convaincu de la valeur universel des biens si l’on accepte qu’ils soient fréquentés par le monde entier ». Et c’est pourtant bien ce que souhaite de nombreux sites, pour qui le tourisme est aussi synonyme de recettes, d’argent frais, et donc de consolidation de budget au moment où régions et collectivités ont bien du mal à boucler les boucles…

Grotte Chauvet

Grotte ornée de Vallon Pont d’Arc. Lions.@DRAC-Rhône-Alpes. Ministère de la Culture et du Patrimoine.

Des tentatives de solutions

Alors, si la culture est un  nouvel hameçon pour faire venir toujours plus de visiteurs, comment gérer des flux que certains sites ne peuvent absorber lorsqu’ils sont trop à mordre à l’hameçon ? La question classique, la parabole de Versailles, de Venise, du Machu Picchu… Des réponses s’esquissent, des Chauvet bis, des Lascaux 4, avec leur lot d’effets pervers à l’image de ces sociétés qui les gèrent et qui sous-paient des guides souvent mal formés alors que la formation des professionnels est aussi une priorité annoncée par la ministre. Mettre des quotas, des files d’attente, des tarifs prohibitifs ? Pas évident à marier avec la nouvelle stratégie « Tourisme culturel » non plus, qui souhaite également (et c’est tant mieux !) « viser de nouveaux publics, en particulier les plus jeunes et les populations les moins favorisées ». Une autre solution s’esquisse alors, que l’on a plaisir à entendre dans la bouche de la ministre tant on  la répète d’un article à l’autre depuis près de dix ans : viser les territoires, déconcentrer le tourisme et faire en sorte que l’effet d’attraction des grands sites servent ensuite à valoriser des espaces moins connus mais au potentiel tout aussi riche. «Aujourd’hui, 20% du territoire concentre 80% des visiteurs. (…) Il demeure des richesses trop mal connues en région. Pour cela, il faut prendre en compte une diversité de situations entre des initiatives très repérées et d’autres moins connues du grand public ». Et d’annoncer la nomination d’un Référent tourisme dans chaque direction régionale des affaires culturelles. Un premier pas intéressant, un premier pas que l’on ne manquera pas de suivre à la trace…

——- ALLER PLUS LOIN ———

http://rencontres-tourisme-culturel.culturecommunication.gouv.fr/Le-programme

 


Le tourisme culturel à l’honneur au plus haut niveau de l’état | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Informations utiles pour voyager

Le tourisme culturel à l’honneur au plus haut niveau de l’état Le 16 décembre dernier, les premières Rencontres du tourisme culturel (RTC) se sont tenues en grande pompe au Centre Pompidou (Paris). Politiques,...

Marlène Schmitt et Zeid Kassouha, l'université d'Avignon et le tourisme durable en plein coeur! La Licence professionnelle tourisme durable économie solidaire (LPTES) d'Avignon a de nombreuses particularités, notamment...

Les Guides du Tourisme équitable et solidaire Tourisme équitable, à la découverte de l'autre... et de soi...

Les formations pour un tourisme durable Quelle formation et diplome pour quel metier. Formation en tourisme hotellerie, tous les diplomes pour quel debouches, l'emploi dans la filiere tourisme et voyage...

L'essor du Tourisme Mondial Le tourisme durable, ce n'est pas la réduction des voyages, qui serait une immense régression, mais c'est voyager autrement, à un rythme différent", estime Jean Viard....

Présentation de la Coalition Internationale pour un Tourisme Responsable La Coalition Internationale pour un Tourisme Responsable (CITR) regroupe près de 335 ONG réparties dans 90 pays à travers le monde, tous professionnels...

L'actu en continu

Les plus partagés

    Les derniers tweets

    Les catalogues Voyagiste


    Agenda