#TourismeDurable
Demande d'envoi de la feuille de chou et inscription Newsletters

Une communauté renforcée

| Publié le 23 avril 2022 • Mis à jour le 26 avril 2022 à 8h04
Thèmatique :  Acteur associatif   Initiative privée   Innovation   Territoire 
         

Les Oiseaux de passage, une interface de voyage qui porte bien son nom ! Un nom proposé par Ruedi et Vera Baur en 2014 aux communautés d’hospitalité qui se sont agrégées autour d’un désir commun : proposer une autre forme de voyage, une autre façon d’habiter, de découvrir et de faire découvrir le territoire où ils vivent.

Les Oiseaux de passage, une interface de voyage qui porte bien son nom !

La coopérative s’est étoffée, elle regroupe des professionnels du tourisme, de l’économie sociale et solidaire, mais aussi des chercheurs et des citoyens engagés. En ce début d’année 2022, Prosper Wanner et Clément Simonneau (deux des fondateurs historiques) sont à l’initiative d’un séminaire de recherche et développement où ils ont invités à réfléchir collectivement l’ensemble des coopérateurs et membres du réseau élargi. Un premier a eu lieu, en février, à l’auberge de jeunesse Yves Robert dans le 18ième arr. de Paris, et un deuxième, en mars dernier, à l’auberge de jeunesse de La Rochelle. Nous sommes plus de 80 à avoir participé. Entre ces deux moments, Prosper et Clément ont accepté de répondre à quelques unes de nos questions, aussi, ce texte est une façon de partager le fil de nos réflexions, comme des oiseaux en cours de migration.

L’objectif de  Clément, avec ce séminaire,  était « de partager le mieux possible ce qui (leur) a permis de prendre des décisions, donner à voir un maximum de retour sur ce que l’on a essayé, les observations que l’on a pu faire, les analyses que l’on a pu en tirer pour que les participants puissent aussi être en capacité de faire des analyses, qui allaient peut être aller dans un autre sens que les nôtres. C’est quand même très riche, et cela ouvre la possibilité qu’après on soit capable de donner des orientations ensemble». Profiter de la pluralité d’acteurs pour se recentrer sur « ce qui fait commun entre nous, comment chacun l’aborde, le dit, le fait vivre ». Cela pourrait se résumer ainsi : « Qu’est ce qui nous nourrit en soi ? »

Pour Prosper,  il s’est agi de partager les résultats de sa recherche de thèse : Comment le droit au voyage s’est structuré ? Comment la chambre blanche est apparue… nous avons, avec lui, décortiqué doucement cette histoire récente du tourisme. Puis nous sommes revenus à nos concepts fondateurs – communautés, hospitalité, récit – au sens que nous leur donnons, au sens que d’autres leur donne à travers le constat d’une généralisation de leur usage.

Par exemple, dans la langue française, l’hospitalité confère une réciprocité que l’on ne trouve pas dans son homonyme anglais. En effet, le mot « hôte » désigne à la fois celui qui accueille et celui qui est accueilli, ce qui sous entend aussi l’accueil de l’autre, c’est-à-dire une disponibilité à la rencontre avec ce qu’elle peut apporter d’imprévisible.

A travers le terme de « passagers », « d’oiseaux de passage », pour nommer les personnes que nous accueillons, nous sortons du vocable touristique et des catégories sous-jacente. Et si le temps du voyage était une parenthèse que nous nous offrons comme ces passagers traversant l’atlantique, dans un temps suspendu rendant disponible à la rencontre quelque soit le motif de notre voyage.

Michel Serres dans l’Art des Ponts, Homo pontifex, « Parmi les belles disparues, je compte des traversées en paquebot, où le lien social, entrait en récréation exceptionnelle et brève. J’ai la nostalgie d’une culture dont les passagers inventaient les délices en ces isolats où ils s’entassaient les uns sur les autres, ponts sur les ponts : à bord du Provence au XIXième siècle

Une hospitalité plurielle

Un des grands enjeux de ce séminaire était la prise en compte de cette « pluri-hospitalité » visant à dépasser le cloisonnement entre le « touriste » (défini par sa capacité à dépenser) et  les autres voyageurs (réfugiés, aidants, jeunes travailleurs, saisonniers, étudiants, …). 

Comment répondre aux besoins d’hospitalité plurielle, en particulier dans des territoires sous pression ? « Le pari, c’est de ne pas faire l’un ou l’autre, mais de reconstruire un équilibre ou la question de l’accueil et des mobilités est centrale ». En effet, pour Prosper Wanner, l’enjeu est de changer nos perceptions, de s’ouvrir à l’altérité : «  on peut voyager loin, ici ! ».

Les associations Migrantour et ça se visite, nous ont embarqués dans les XVIII et XIXème arrondissements de Paris. Dans une ambiance de fin de journée, accompagnés dans les rues de la Goutte d’Or, pour une balade Fashion mode, notre « passeur de culture » nous ouvre les portes des couturiers de Barbès. Nous découvrons leur pluralité, leurs savoirs-faire, leur mise en organisation interne et où même les tissus nous révèlent leurs messages. Derrière la spontanéité de ces rencontres, se cache un fin travail de tissage de la part de notre guide entre ses liens avec la communauté sénégalaise enrichi par ses interactions avec les étudiants de l’Université Paris V Descartes.

Balade Migrantour. Paris. Photo Odile Jacquemin (Maltae).

Comment, à la fin d’une autre balade, d’une  histoire d’un enfant pas gâté, nous nous retrouvons, après foison de plats culinaires locaux, à  danser dans le restaurant en pleine après-midi. Moment imprévisible que nous ne sommes pas prêt.e.s d’oublier.

Loin  de ce qui est du, dans les prestations d’un voyage organisé, ce qui est offert ici n’est pas quantifiable. Comment quantifier l’envie de partager ? Comment relater le plaisir de la relation directe à l’autre ? Comment faire sentir cette énergie, ce moteur pour l’action ? 

Ces expériences de balades urbaines ont contribué à travers cette mise en situation a nous inciter à approfondir la narration de ces lieux, de nos interactions, de nos entrecroisements. Comment écrire des récits à plusieurs voix, entre accueillant  et accueilli ? Comment parler de l’histoire, avec un grand S ou se mêlent des histoires plus singulières, avec un petit s ? Quels supports de diffusion seraient adaptés à des matériaux de l’ordre du sensible ?

Repas soudanais. Paris. Photo Odile Jacquemin.

Que de soucis en effet pour faire rentrer « nos ronds dans des carrés » dans une plateforme dont « le rôle n’est plus d’être un intermédiaire mais un facilitateur de rencontre d’humains à humains ». Une plateforme web qui devient une interface d’hospitalité, entre des personnes de passage et des habitants, des destinations, des histoires, etc.

L’appropriation de la composante de recherche et développement permet d’enrichir nos pratiques professionnelles  d’une capacité de voir les choses autrement, de sortir du formatage inhérent à nos milieux professionnels.  Ce fut un beau moment d’accélération pour faire de la coopérative Les oiseaux de passage, plus qu’une plateforme outil web, une véritable communauté.

Balade Ça se visite. Paris. Photo Prosper Wanner

Comment vous embarquer dans nos traversées nourries de récits et d’envie d’écouter le monde ? Une proposition de l’Agence pour le Tourisme Équitable Solidaire est arrivé à point nommé pour poursuivre nos échanges et la dynamique e engagée avec un rendez-vous dans la Drôme au 1er festival du Tourisme équitable qui aura lieu du 26 mai au 29 mai 2022. Rendez-vous à Sainte Croix !

Article rédigé par Odile Jacquemin (association Maltae), de la communauté d’hospitalité « Traits de côtes, arpents de Méditerranée », et Stéphanie Mousserin (coopérative Hôtel du Nord), de la communauté d’hospitalité « Marseille coopérative ».

Séminaire à Paris, 2, 3 et 4 février 2022. Auberge de jeunesse Yves Robert.

Séminaire à La Rochelle, 9, 10 et 11 mars 2022. Auberge de jeunesse La Rochelle.


Une communauté renforcée | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Prosper Wanner
Salarié doctorant de la SCIC Les oiseaux de passage
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda