#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

23. Toilette seche

| 23 novembre 2009 • Mis à jour le
         

Toilettes sèches


La station possède des toilettes sèches

Les toilettes classiques sont une source importante de gaspillage et de
pollution de l’eau potable. Chaque fois qu’une chasse d’eau est tirée c’est
entre 10 à 12 litres d’eau potable qui sont utilisées et souillées.
Cette consommation représente 35 % de notre facture !


Le principe des toilettes sèches est simple, le WC à eau courante est
remplacé par une toilette avec une litière en sciure ou copeaux de bois.
Pas d’odeurs et pas d’eau gaspillée !
Le compost issu de ces « oua-terre » est capable de supprimer tout
résidus de médicaments, toutes sources d’éléments pathogènes. Bien sur
un bon compost prend une année voir deux pour être sain et propre sans
éléments polluants pour l’environnement.
Pour la somme de 26 Euros un système de toilettes sèches permet
d’économiser 1500 litres d’eau potable par personne et par mois.

(onpeutlefaire.com)
36 % des stations françaises dans le guide valident ce critère et possèdent au moins
une toilette sèche sur la station ou sur le domaine skiable

La pollution engendrée par les WC et le gaspillage d’eau potable sont les
deux raisons qui ont poussé bon nombre de personnes en France à utiliser
les toilettes sèches. Mais malgré les bienfaits reconnus, la répugnance à
l’égard des déjections et la généralisation des toilettes à chasse d’eau
freinent l’adoption de ce procédé simple et respectueux de
l’environnement.
Si 685 foyers n’utilisent pas de toilettes à eau, soit environ 2200
utilisateurs qui ne tirent pas la chasse soit 30L/jour/personne économisés.
Au final l’économie faite se monte à près de 24 millions de litres d’eau
potable !

Les toilettes sèches permettent de boucler le cycle de la matière
organique pour faire retourner à la terre la matière que nous lui
empruntons et éviter d’épuiser les sols avec des engrais chimiques.


Comment ça marche ?

Le principe est simple ! Utiliser une litière pour ses excréments est un
principe animal bien connu. Les toilettes sèches demandent des matériaux
simples et faciles à trouver. Le WC à eau que l’on connaît est remplacé
par un bac qui reçoit les fèces et urines sur un lit de sciures de bois.

Pour démarrer, il faut disposer une litière de copeaux de bois ou de sciure
dans le fond du réceptacle, sur une couche de 7 à 10 centimètres environ.
Après chaque passage il faut verser deux louches de copeaux de bois ou

de sciures (source : passerelleco.info)
Trouvez les copeaux ou la sciure très facilement en allant demander à la
scierie la plus proche. Gratuitement ou pour un prix modique aux environs
d’un euros le mètre cube il est possible de se fournir régulièrement. En
chargeant bien votre coffre vous pouvez tenir 6 à 8 semaines
À quels types d’habitations se destine vraiment une toilette sèche?
Quelles sont les limites ?

Pour des raisons techniques, il est difficile de faire des toilettes sèches en
immeuble sans devoir descendre le réceptacle de chaque appartement.
– En Chine, une agglomération de 200 000 personne s’est équipée
entièrement
en
toilettes
sèches

titre
expérimental)
construire sans toilettes sèches !
– À Brest, un réseau de ramassage des réceptacles s’est remis en
place en 2007 (quelques foyers une fois par semaine).
La solution est de connaître des jardins ouvriers ou familiaux
et d’y verser les litières à composter.

Il y a tout à développer !
Doit-on séparer l’urine et les fèces ?
Séparer permet de sécher les fèces mais c’est tout. Le problème avec les
excréments c’est qu’ils sont composés de milliards de bactéries et de
centaines de virus!
Pourquoi? Par ce que notre corps est un écosystème composé de cent fois
plus de parasites que de cellules propres (à nous) et donc on retrouve tout
ce beau monde à la sortie!
Si on sépare l’urine y a t-il un apport en eau pour la réutiliser ?
Quel volume ?
Effectivement, pour utiliser l’urine il faut la diluer au dixième, c’est à dire
avec dix fois plus d’eau. Mais alors, où est l’économie de l’eau potable ? Il
faut l’incorporer à l’eau d’arrosage qui aurait été utilisée de toute façon…
En Suède, une petite ville réunissait les urines dans des citernes par pâté
de maisons, et une fois par an, un agriculteur vient charger la citerne et
arrose directement ses champs avec. Le mélange des urines avait
fermenté pendant un an.
La sciure de bois est-elle vraiment efficace contre les odeurs ?
Oui. Il suffit de garder une couche de copeaux secs sur le dessus, et ça ne
sent que le bois!
Si on ne maîtrise pas bien l’odeur, il faut secouer le réceptacle pour
mélanger et aplanir, ensuite on remet une petite couche de copeaux et
c’est parfait!
Dans un bâtiment collectif, faut-il utiliser un ventilateur
électrique?
Il existe des systèmes avec des citerne, sorte de fosses sèches, qui ne se
vide quasiment jamais, selon le fabricant, et qui sont dotées d’un
ventilateur qui aspire donc l’air qui entre par le siège du toilette pour le

Le compost est une fermentation aérobie, c’est-à-dire que ce sont les
bactéries qui se développent avec l’air qui vont transformer le tas. On a
besoin d’un peu d’humidité pour permettre le développement de cette
vie.Ces bactéries aérobies ont une action thermogène: le tas chauffe tout
seul, naturellement, jusqu’à 70° en moyenne!
C’est pour ça qu’il faut le mettre au sol et pas dans un trou! (Sinon il y a
une décomposition odorante comme les feuillets d’antan…)Pour les
litières, il vaut mieux faire deux phases de compostage: au bout de la
première période (cela chauffe pendant trois mois, puis reste chaud
encore trois mois, ça fait six mois, alors les autres vies du sol vont
transformer, les vers de terre vont venir…) on brasse le tas pour mettre
au coeur ce qui était en périphérie et qui a moins chauffé, et on repart
pour une deuxième période!Le plus sûr est deux fois un an, mais on peut
raccourcir à deux fois six mois si on a un train à prendre…Attention aux
risques pathogènes!Car ce compost est le traitement hygiénique des
agents pathogènes des excréments, 70°; c’est une pasteurisation!Donc
toujours grillager un compost de litières!Les chiens raffolent des
déjections humaines pour lutter contre une maladie à eux,et ils peuvent
ramener ça dans des maisons où vivent des bébés… DANGER!
(source : éco-toilettes)
Tout sur la récupération des eaux usées et les toilettes sèches, le compost
et la phyto-épuration! www.eautarcie.com
Données
• Exemple de budget pour transformer ses toilettes en toilettes
sèches :
Matériau
Coût
Contre plaqué 16 Euros
Poubelle
6 Euros
Bouchon
4 Euros
Copeaux 3m3 Gratuit
Sciure 2m3 gratuit
Total
26 Euros
(Source http://www.passerelleco.info/article.php3?id_article=101)
• Les déjections ne sont 100% biodégradables que si l’on mène une
vie saine.
Attribution du logo du guide


Critères :La station possède des toilettes sèches


• ET : Au moins une toilette sèche est présente et en fonctionnement
dans un restaurant d’altitude, un refuge ou un bâtiment de la mairie
ou des remontées mécaniques
• ET : Les matières sont récupérées et compostées convenablement
Questions :
Y a-t-il dans la station des toilettes sèches à la disposition du public
? A quels endroits ? Combien ?
Que deviennent les fèces et urines ? Numéro de téléphone de
l’organisme qui les traite ?
Quelles autres actions en faveur de la préservation de la ressource
en eau ?
À qui est posée la question ?
– Mairie

– Remontées Mécaniques

Liens Internet
 http://www.passerelleco.info/article.php3?id_article=101
 http://www.eautarcie.com
 http://www.eco-bio.info/ouaterre.html
 http://www.habitat-ecologique.org/enquete.php


23. Toilette seche | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Rédaction Voyageons-Autrement

Facebook

Découvrez nos abonnements

Les commentaires sont fermés.

Informations utiles pour voyager

23. Toilette seche Comment évaluer l'engagement de développement durable des stations de montagne ? Comment évaluer Toilette seche (EAU) ?...

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda