#TourismeDurable
Aventure Écotourisme Québec

Flânerie le long de la baie de Fundy

| 17 septembre 2018 • Mis à jour le 21.09.2018 à 15h19
Thèmatique :  Monde   Routes du Monde 
         

Longue langue océanique qui sépare la Nouvelle Ecosse du Nouveau Brunswick, la baie de Fundy est une mer semi-fermée dont les immenses marées sont les plus fortes au monde. On peut en prendre toute la mesure en parcourant sa rive nord côté canadien (Nouveau Brunswick), un magnifique itinéraire qui combine rochers torturés par le va-et-vient des eaux, panoramas entre ciel et mer, villages de pêcheurs et quelques étapes incontournable pour découvrir le Parc National de Fundy et la petite ville de St Andrew, point de départ de l’observation des baleines en pleine mer.

Nouveau Brunswick

Face à la baie@GClastres

Le jour où Glooscap décida de prendre un bain…

Imaginez cent milliards de tonnes d’eau entrant et sortant deux fois par jour le long d’une baie étroite, soit le débit moyen de toutes les rivières du monde en 24 heures, hé bien c’est là, au cœur de la baie de Fundy, que Glooscap, le puissant dieu Mi’kmaq, décida de prendre un bain. Depuis, ce peuple autochtone du Nouveau Brunswick a compris pourquoi des milliers de touristes viennent chaque année admirer les marées les plus puissantes au monde. « Un jour, Glooscap, le puissant dieu autochtone, voulut prendre un bain. Il demanda à son ami le castor de lui construire un immense barrage à l’embouchure de la baie. Le castor acquiesça et le projet fut réalisé. Mais, un jour, une baleine vint demander ce qui avait interrompu l’écoulement de l’eau. Glooscap ne voulant pas attiser la colère de la baleine, décida d’abandonner le projet. La baleine se mit quand même à battre le barrage de sa queue, tant et si bien que toute l’eau de la baie se mit à ballotter dans un mouvement de va-et-vient. Le mouvement fut si puissant qu’il n’a jamais cessé depuis ce jour. » 

Nouveau Brunswick

Rochers Hopewell. Baie de Fundy@GClastres

Ces fascinantes « Demoiselles » de pierre

 Pour observer ce va-et-vient impressionnant, le site le plus emblématique est sûrement celui des rochers Hopewell, bassin sédimentaire né de l’érosion des Appalaches. Outre les marées, il découvre ces impressionnants rocs de pierres et de grès que les Acadiens nommaient alors « Demoiselles ». A pied ou en kayak, en fonction du flux et reflux des marées, on vient prendre la mesure de ces vertigineux « pots de fleurs » creusés par les flots, dont la tête est souvent garnie d’une couronne de végétation. Ici, la marée peut atteindre jusqu’à 11 mètres et demi d’amplitude, de quoi drainer bien des fonds marins. Protégée par l’Unesco, la vasière attenante est un sanctuaire naturel, petites crevettes et micro organismes s’y complaisent dans l’ombre des centaines de milliers de touristes qui viennent chaque année patauger allègrement dans la boue du fond marin. Bien aménagé, le site permet aussi l’observation des oiseaux migrateurs qui, tels les fous de Bassan, viennent s’y poser en saison.

Baie de Fundy

Homard d’Alma@GClastres

Alma, porte d’entrée du Parc National de Fundy

En poursuivant la route vers le sud, baie de Fundy à bâbord, poussés par les brumes du cap Enragé, on arrive à Alma, village de pêcheur où les homards n’ont qu’à bien se tenir.  Dans cette petite ville iodée, outre la découverte du Parc, un immense terrain de jeu de près de 200 km², il ne faut pas omettre d’aller taquiner le crustacé. Et fini le snobisme du homard 4 étoiles ! A Alma, il est accessible, hégémonique et presque envahissant. Evidemment, le must est de le déguster entier quitte à vous battre un peu avec pinces et carapaces, mais les plus paresseux le trouveront aussi haché ou déjà décortiqué, idéal pour agrémenter les pates ou fourrer les sandwichs. Et pour les jusqu’auboutistes, il y a aussi toute la panoplie des souvenirs estampillés du bellâtre écarlate. Homard à part, on vous conseille d’aller passer au moins une journée dans le Parc sur le chemin Laberty, trois heures de randonnée facile au cœur d’une forêt d’épinette, d’érable et de bouleau, ponctuées de cascades où vous pourrez vous baigner. Divin. Mille autres possibilités pour ceux qui ont la décence de prendre le temps : les Chutes Dickson, les marécages de la plaine Caribou ou la plage Anse Herring sur le littoral…

Nouveau Brunswick

Parc National de Fundy@GClastres

Sur la route de Saint-Andrews

 On nous avait vivement engagés à faire un petit saut sur le Sentier Fundy, qui longe la baie en une mosaïque de vues panoramiques plus belles les unes que les autres, malheureusement, la météo était un peu boudeuse et le ciel un peu bas. Toutefois, cette « voie-promenade » de 30 km, qui se parcourt en voiture, semble hantées de véritables succubes qui incitent à s’arrêter régulièrement pour jouir des sentiers pédestres, plages, chutes, zones humides et autres cadeaux de la nature. Plus au sud, on atteint Saint John, la plus grande ville de la province, outre le pittoresque marché du centre qui permet de gouter quelques dulse, ces algues séchées au savoureux goût iodé qui se picorent en apéritif,  le musée de Nouveau-Brunswick aide à se remettre les idées en place et entre autres, présente un impressionnant fanon de baleine, extraordinaire bouclier fait de lames de kératine qui, bien planté dans la mâchoire des cétacés, lui permettent de filtrer l’eau et d’en extraire ses proies. Où l’on comprend enfin que les baleines de parapluie et de soutien-gorge n’ont jamais rien eu de misogyne puisque la langue française s’est juste permis de reprendre le nom de l’animal qui prêtait gentiment ses lames de kératines pour leur fabrication, cqfd !

Baie de Fundy

Jardins de Kingsbrae à Saint Andrew@GClastres

Une baleine peut en cacher une autre

 Mais une baleine peut en cacher une autre, et à Saint-Andrews, cela sonne comme une évidence puisque ce charmant centre de villégiature offre, outre de magnifiques jardins, la possibilité de filer en mer observer les cétacés. Quand on sait qu’au moins 17 espèces migrent dans la baie de Fundy, on se dit qu’il n’y a pas de raison pour ne pas croiser l’une ou l’autre de ces dames. Baleines à fanons, à bosse, petit rorqual, baleine franche, marsouin, les possibilités sont multiple et les départs quotidien depuis le quai du marché (Market Wharf). En pleine mer, l’équipage vous aidera à discerner les cétacés et à vous repérer parmi ces dos luisants qui fraient à  l’horizon sous le regard placide des phoques. Enfin, si vous souhaitez faire un dernier clin d’œil à la baie de Fundy, vous pourrez toujours faire un grand écart et achever votre périple sur l’une des îles qui font face à Saint-Andrew, le trio Deer, Grand Manan et White Head.

Sortie en mer

En route pour les baleines@GClastres

 —————–

Petit supplément pratique Pratique

 

Petit rappel important, avant tout voyage au Canada, et donc au Nouveau-Brunswick, il ne faut surtout pas oublier de faire une demande d’AVE en ligne sur ce lien canadavisaave.com, cette Autorisation de Voyage Electronique est indispensable pour entrer au Canada (prix 7$ et durée 5 ans – une demande par personne).

Trois sites pour découvrir le Nouveau-Brunswick

tourismenouveaubrunswick.fr 

facebook/nouveaubrunswick   

ExplorezLAcadie

Quelques incontournables :

 

La meilleure bière d’Alma : la Holy Whale Brewery

Des chalets pour dormir en famille au Parc National de Fundy : Fundy Higland Chalet.

Les Jardins de Saint-Andrew : Kingsbrae Garden

The place to be à Saint-Andrew : Algonquin Resort

 

 


Flânerie le long de la baie de Fundy | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Le Québec maritime inaugure le GR-A1, le 1er sentier de Grande Randonnée d’Amérique du Nord Le Sentier International des Appalaches (SIA-QC) et la Fédération Française de la Randonnée Pédestre (FFRandonnée)...

Flânerie le long de la baie de Fundy Longue langue océanique qui sépare la Nouvelle Ecosse du Nouveau Brunswick, la baie de Fundy est une mer semi-fermée dont les immenses marées sont les plus fortes au monde. On...

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda