#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

1er colloque national sur le tourisme et les changements climatiques en France

| 12 octobre 2010 • Mis à jour le 12.10.2010 à 23h29
         

colloque en baie de sommeLe 1er colloque national sur le tourisme et les changements climatiques a eu lieu en France pour les professionnels et les chercheurs du secteur du tourisme.
Il s’est déroulé à Saint-Valéry-sur-Somme le 8 octobre 2010.

Voyageons-Autrement vous en propose ici une synthèse.
Retrouvez également les interviews des différents intervenants en cliquant sur les liens des personnalités présentes.

colloque en baie de somme

De la prospective à l’action

Les intervenants, qu’ils soient professionnels, scientifiques ou acteurs publics, sont unanimes : le secteur du tourisme doit participer aux efforts collectifs de réduction des émissions de GES et se préparer, à plus ou moins long terme, à subir les effets du changement climatique. Une prise de conscience salutaire, déjà concrétisée par les initiatives de professionnels du tourisme, dont certains avaient fait le déplacement (en train) pour les présenter.

Mais, Frédéric Chomé, expert carbone agréé par l’ADEME, tempère : « Le poids prépondérant du transport dans les bilans carbone du secteur limitent la portée de ces actions qui restent néanmoins indispensables. colloque tourisme et carboneSobriété, efficacité énergétique, promotion du renouvelable, voilà l’ordre des priorités pour espérer inverser la tendance. » Point de vue conforté par les études présentées par Marie Lootvoet, de TEC-conseil, qui indique que « 6 à 8 % des émissions de GES en France sont imputables aux seuls déplacements touristiques, le mode aérien représentant plus de 62 % de ces émissions. »

Quant aux effets du changement climatique sur le secteur, quatre grands types d’impacts sont à prévoir :
– les effets « météo » : sécheresse, inondation, canicule ;
– les effets climatiques indirects : montée des eaux, fonte des neiges ;
– les contraintes liées aux politiques d’atténuation des effets ;
– l’évolution de la société (modes de gouvernance, sécurité).

« Leur réalité à venir est certaine, mais on n’en connait ni l’ampleur, ni la nature exacte. Ce qui est sûr, c’est que les professionnels du tourisme devront s’adapter : la question est de savoir s’ils veulent préparer cette adaptation ou s’ils souhaitent la subir » indique la consultante de TEC conseil.

L’hypermobilité en cause

Pour Jean Viard, directeur de recherche au CNRS, comprendre les fondements de « la nouvelle culture de la mobilité » est essentiel pour cerner les enjeux auxquels doit faire face le secteur du tourisme. La mutation structurelle très profonde de la société, dorénavant basée sur les deux piliers que sont le temps libre et le temps de travail, nécessite une nouvelle régulation : « Un des enjeux réside dans la recherche du délicat équilibre entre le droit fondamental de voyager, de rencontrer, de découvrir, et l’impérative préservation des ressources naturelles, sans pour autant verser dans le totalitarisme. »
Si la remise en cause du droit à voyager n’est certes pas à l’ordre du jour, la fin de « l’hypermobilité » est présentée par tous comme un levier essentiel pour réduire l’impact du tourisme sur les émissions de GES : voyager moins vite, moins loin, moins souvent, bref, voyager autrement, voilà la clé. colloque changement climatique
Dans cette optique, l’offre de tourisme de proximité, « à visage humain », doit permettre d’induire les changements de comportements indispensables. Jean-Philippe Gold, président du Comité régional du tourisme de Picardie, estime que « l’intelligence collective » au service de cette vision du tourisme rendra possible cet équilibre.

Bilan du colloque : premier essai transformé

Le colloque a relevé le défi de réunir chercheurs, acteurs publics et professionnels du secteur du tourisme dans un souci d’hétéroclisme ambitieux : du directeur de recherche au DGA d’Eurodisney, toutes les interventions ont été riches et complémentaires. L’originalité et la réussite du colloque tient sans doute à ce « grand écart » finalement cohérent et pertinent au vu des enjeux. L’ouverture du colloque par un élu local et sa clôture par le directeur régional de l’ADEME apparaît également comme un symbole : politiques publiques locales et nationales doivent constituer un cadre moteur des initiatives du secteur.


1er colloque national sur le tourisme et les changements climatiques en France | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Rédaction Voyageons-Autrement

Facebook

Découvrez nos abonnements

Les commentaires sont fermés.

Gagnez 300€ pour vos prochaines vacances !
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda