#TourismeDurable
10 ANS DE TOURISME DURABLE

Retour sur le FITS Maroc 2012 – Volet 2

| 1 novembre 2012 • Mis à jour le 07.12.2012 à 12h29
         

Le FITS Maroc 2012 s’est tenu entre le 15 et le 23 octobre. V.A était présent et afin de mieux vous faire sentir l’ambiance tout à fait particulière de cet évènement, vous amène à travers un « road récit » à la rencontre des acteurs et des temps forts qui ont marqué ces quelques jours.

FITS MAROC

Sur les hauteurs d’Aouerst @G.Clastres

Entre ciel et terre

Samedi 20 octobre. Les kilomètres défilent. La région du Sous Massa-Drâa (« Les Trois Rivières ») aussi, des terres sèches, arides. « D’ici dix ans, il n’y aura plus de terres agricoles ici. Les précipitations sont trop inégales, on passe de périodes de sécheresse à des pluies violentes qui emportent tout. De nombreux villages de la vallée sont appelés à disparaitre ». Jean-Marie Collombon connait par cœur ces terres qu’il a tant parcourues. Il dénonce le surpâturage et ce climat devenu fou sous l’action des hommes. Ici, les dieux sont en veilleuse, sauf peut être quand il s’agit de les amadouer, et de s’amuser de ces entrées de ville impeccables, soignées, car ce sera par là qu’arrivera le roi. Pour l’heure, on traverse la ville d’Ouled Berhil, un important carrefour où se retrouvent tous les villages de la vallée les jours de marché. A l’horizon, une immense arganeraie dessine les contours d’un sud du Maroc rattrapé par une forme de pragmatisme économique. L’arganier, à l’image de ces exploitations d’orangeraies que l’on a croisé un peu plus tôt – toutes dédiées à l’exportation (les oranges  locales sont immangeables) – est l’un des poumons économiques de la vallée. L’arbre, digne et majestueux, fait ici figure d’ancêtre puisqu’il est né sur ces terres.

FITS MAROC

Arganier sur la route de Tafraout @G.Clastres

Au pays de l’argan

Toutefois, sur ces terres pauvres à la pluviométrie faible, l’arganier est obligé d’étendre au maximum ses racines pour aller chercher l’eau. Cela explique l’étonnante régularité des espaces plantés mais aussi, l’impossibilité de densifier les plantations. L’arbre reste toutefois La plante de ce sud marocain. Grâce à lui, des centaines de coopératives de femmes se sont montées, toutes centrées sur les différentes utilisations de son huile, qu’elle soit cosmétique ou alimentaire, sur quelques produits dérivés aussi, tel l’amlou (pâte à tartiner composée d’arachide, d’amandes, de miels et à base d’argan) ou le slilou (granulés d’argan à croquer). Ces coopératives sont souvent sur les chemins du tourisme solidaire, façon de valoriser les ressources locales. Toutefois, il y a aujourd’hui les vraies et les fausses “vendeuses d’huile d’argan”, la poule aux œufs d’or ayant aussi produit quelques leurres, tels ces industriels qui s’accaparent les noix en les achetant massivement, les font traiter à Agadir, et revendent le tout à prix d’or avec des coopératives mues en faire-valoir. Compagnon de route, Guillaume Cromer précise que des Marocains ont essayé de monter un label IGP (Indication Géographique protégée) pour protéger l’huile d’argan au Maroc. Un propos complété par Jean-Marie Collombon qui explique qu’une des particularités de l’arganier, est de s’adapter et de s’appuyer sur des champignons souterrains pour croitre. Récemment, des travaux de recherche ont été menés par des Israéliens qui auraient réussi à mettre au point des semences d’arganier et à les transposer chez eux. Une nouvelle concurrence pour ces régions…

FITS MAROC

Concassage des noix d’argan dans la coopérative d’Aoumerkt @G.Clastres

La guerre de l’eau

L’autre danger qui menace les arganiers est une fois de plus le manque d’eau. A Aoulouz, un barrage alimente la vallée en eau. Officiellement, cette eau est pour tout le monde. En réalité, elle est souvent détournée au profit des immenses propriétés qui en pompent la majeure partie. Conséquence : les arbres sèchent. Et classiquement, seuls 3% des agriculteurs en profitent. L’après-midi même, nous ne le savons pas encore, mais nous visiterons le projet d’irrigation d’Amkrra du village d’Aourest(Taliouine). Là, les villageois ont creusé deux puits et crée un réservoir.. Notre guide d’un jour, Omar, nous dira : « Avant, ici, il y avait plein d’arbres, puis, dans les années 1980, une terrible sécheresse a épuisé la terre. La nappe descend, l’eau est partie ». Depuis, l’association Migration et Développement a initié en 2003 un projet de réservoirs d’eau (creusement de deux puits et leur équipement en motopompes, construction d’un réservoir et restauration de l’ancien, canalisations…) Des puits et des khettara (système d’irrigation souterrain) ont donc été creusés et l’association villageoise s’occupe de la gestion et distribue les heures d’eau, entre 18 et 25 dirhams l’heure. Un beau projet et un système démocratique de gestion basé sur le consommateur payeur (alors que l’ancien système se basait sur le droit de l’eau pour une minorité des familles), donné à voir aux touristes solidaires qui viennent dans la région….

 

FITS Maroc 2012

Projet d’irrigation d’Amkrra avec Omar et Ahmed @GC

 


Retour sur le FITS Maroc 2012 – Volet 2 | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Mohammed Hamrouni - la valorisation du patrimoine berbère Mohammed Hamrouni  est webmaster pour un réceptif local en Tunisie. Il est intervenu lors des dernières JMTR. Une semaine avant le Forum International du...

Tarek Nefzi, opérateur touristique en Tunisie Tarek Nefzi est opérateur en écotourisme en Tunisie. Il est intervenu lors des dernières JMTR. Un mois avant le Forum International du Tourisme Solidaire (FITS) qui...

Cap sur le Forum International du Tourisme Solidaire (FITS) ! Organisé à l’initiative de la société civile et avec l’appui des autorités marocaines, le FITS Maroc 2012 a pour thème : « Rôle du tourisme dans le développement...

Jean Chapoutot appelle au développement national du tourisme tunisien Jean Chapoutot est consultant et expert sur le tourisme durable en Tunisie. Il est intervenu lors des dernières JMTR sur la table ronde consacrée...

Retour sur le FITS Maroc 2012 - Volet 3 - Suite de notre « road récit » sur les traces du FITS Maroc 2012. Après Agadir, Taroudant et le pays de l’argan, nous arrivons enfin à la Maison de Développement de Taliouine...

Le programme Take The M.E.D: promotion du tourisme VERTueux en méditerranée et NTIC Des projets innovants et ambitieux fleurissent presque tous les jours, mais très peu d'entre eux ont la capacité de fédérer des...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Forum International du Tourisme Solidaire - FITS 2012

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda