#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

Rencontre avec Sylvie Pellegrin, présidente des Gîtes de France

| 6 juin 2019 • Mis à jour le 07.06.2019 à 11h22
Thèmatique :  Acteur associatif 
         

Depuis l’ouverture du premier gîte rural en 1951 dans les Alpes de Haute Provence, les Gîtes de France ont fait un sacré bout de chemin et proposent, en 2019, 56 000 hébergements sur tout le territoire français. Comment se positionnent-ils dans un secteur de plus en plus compétitif dans lequel des plateformes telles qu’Air BnB gagnent du terrain même en milieu rural ? Quelles sont les perspectives d’avenir des Gîtes de France ? Rencontre avec Sylvie Pellegrin, la dynamique nouvelle présidente de la fédération.

Sylvie Pellegrin dans son domaine viticole de Lambesc © Elisabeth Blanchet

Une nouvelle présidente impliquée depuis 1997

C’est dans son superbe domaine vinicole de Lambesc dans les Bouches-du-Rhône, où elle a aussi deux écogîtes que Sylvie Pellegrin aime se retirer de ses obligations parisiennes. Car depuis février 2019, elle est la première femme à être devenue présidente de la Fédération Nationale de Gîtes de France. “Je suis entrée au conseil d’administration de l’association des Gîtes de France des Bouches-du-Rhône en 1997, je suis devenue présidente en 2012 puis j’ai été élue au CA à Paris en 2014″, résume-t-elle de sa carrière. Sur son chemin, elle a bien fait avancer les choses dans le domaine du tourisme durable en créant notamment le label Ecogîte en 2003, une démarche environnementale incluant la préservation des ressources naturelles, l’exploitation des énergies renouvelables et l’usage de matériaux naturels, locaux, recyclables et sans effet néfaste sur la santé. Des Bouches-du-Rhône, le label est devenu national et 232 hébergements des Gîtes de France sont qualifiés d’écogîtes aujourd’hui.

LES AIRES PASSAGÈRES – écogîte © Gîtes de France

Sécurité et humanité

Sylvie Pellegrin poursuit la conversation en rappelant les valeurs et les principes de la maison. “Les gens réservent chez nous car ils savent que ce qu’on leur propose est vrai. Une des forces des Gîtes de France, c’est la sécurité. Ce sont de “vrais gens” qui vous répondent et ils connaissent tous les propriétaires”, explique Sylvie. Elle revient ensuite sur le début des années internet, “qui ont fait un trou dans la raquette. Tout d’un coup, on pouvait tout faire sur internet ou plutôt on croyait que l’on pouvait tout réserver sur internet mais les gens ont réalisé que ça ne marchait pas toujours”. Elle insiste sur le contact humain : “Nos hébergements répondent à ce que veulent les gens. C’est vous qui décidez avec le propriétaire jusqu’où vous voulez aller, de rien à tout ! Il peut vous arranger des visites ou vous laisser tranquille, vous montrer les activités ou spécificités de son gîte s’il en a… En tout cas, il est toujours présent sur place”, ajoute Sylvie.

LA POLONIE – gîte © Gîtes de France

Cultiver sa différence

En 2018, Sylvie invite Jean Viard à une Assemblée Générale pour qu’il développe ses idées sur la prospective touristique. “Avec ses mots et son humour, il a mis le doigt sur nos valeurs pour nous rappeler qu’il ne fallait pas perdre de vue l’humain et que les propriétaires de gîtes devaient continuer à cultiver leurs différences“, résume-t-elle. Des propriétaires – 42 000 aujourd’hui – qui sont de plus en plus nombreux à demander le label “Gîtes de France”. “On assure un accompagnement quel que soit l’avancement du projet. Cela peut partir d’un terrain nu jusqu’à la labellisation, ou ne concerner que l’aménagement d’une maison. On accompagne du début à la fin, tout au long de la vie du propriétaire, en fonction de ce qu’il veut mais en encourageant le plus possible l’option écogîte”, poursuit-elle. Et dans cet accompagnement, l’accent est mis sur les différences des hébergeurs. “Nous organisons par exemple des événements “Nos propriétaires ont du talent” pour mettre en valeur les passions de nos propriétaires”, explique Sylvie.

MANOIR DES LOGES – chambre d’hôtes © Gîtes de France

Concurrence contre valeurs

Mais quid de la concurrence ? Air BnB a récemment lancé une campagne de séduction des maires des petites communes de France mais Sylvie ne considère pas cette stratégie comme une menace aux Gîtes de France. “C’est un effet de manche, lâche-t-elle, de part leur fonctionnement, ça ne marchera pas car ils sont exclusivement sur internet”. Elle ajoute qu’ils veulent changer leur image en se rapprochant du milieu rural “car ils sont dans le collimateur”. Et puis, les Gîtes de France n’ont pas du tout le même état d’esprit, “on n’est pas dans l’esprit “je veux faire du fric, je m’en fous du client » mais dans plutôt « je veux que mon client soit heureux » », poursuit Sylvie. Aux Gîtes de France, on a envie d’accueillir les gens”. “Les GDF sont nés avec les valeurs humaines de partage, de coeur et d’accueil, avec ces valeurs-là, on est là pour longtemps, on reste et on restera modernes tout en restant tous différents”, conclut Sylvie.

LA PETITE MAISON – insolite © Gîtes de France


Rencontre avec Sylvie Pellegrin, présidente des Gîtes de France | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Elisabeth Blanchet
Ancienne prof de maths, je me suis reconvertie dans le photo journalisme en 2003 à Londres où je vivais. J’ai travaillé pour différents magazines dont Time Out London et j’ai développé des projets à longs termes dont un sujet les préfabriqués d’après-guerre, une véritable obsession qui perdure, les Irish Travellers -nomades Irlandais- dans le monde, les orphelins de Ceausescu - je suis des jeunes qui ont grandi dans les orphelinats du dictateur depuis 25 ans -. Je voyage beaucoup et j’adore raconter des histoires en photo, avec des mots, en filmant, en enregistrant… Des histoires de lieux, de découvertes mais surtout de gens. Destinations de cœur : Royaume-Uni, Irlande, Laponie, Russie, Etats-Unis, Balkans, Irlande, Lewis & Harris Coup de cœur tourisme responsable : Caravan, le Tiny House Hotel de Portland, Oregon – Mon livre de voyage : L’Usage du Monde de Nicolas Bouvier – Le livre que je ne prends jamais en voyage : L’oeuvre complète de Proust à cause du poids – Une petite phrase qui parle à mon cœur de voyageur : « Home is where you park it »
FacebookGoogleTwitter

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda