#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

Rencontre avec Liubov, guide à Santiago de Cuba

| 8 septembre 2016 • Mis à jour le 08.09.2016 à 8h56
Thèmatique :  Monde   Portrait 
         

Une guide cubaine avec un prénom russe, c’est surprenant certes, mais à Cuba, dans le fond, tout est possible, et tout s’explique. Liubov, « l’amour », un prénom donné par une maman passionnée par la Russie et sa littérature. A Santiago, c’est la littérature et la culture cubaine que Liubov, à son tour, a choisi d’enseigner. Et pour arrondir ses fins de mois, régulièrement, elle parcourt sa ville avec des touristes du monde entier, expliquant combien Santiago de Cuba est une ville attachante et prenante.

Guide touristique

Liubov@GClastres

VA/ Peux-tu te présenter pour nos lecteurs ?

Je m’appelle Liubov. Je suis une cubaine de 38 ans et j’habite à Santiago de Cuba, la deuxième plus grande ville du pays. Je suis professeur de culture et littérature Cubaine à l’Université Orient, un des centres universitaires les plus connus de Cuba. J’ai aussi un deuxième métier, je suis guide pour Cuba Autrement, une agence privée de voyages qui existe à Cuba depuis déjà 21 ans, et qui joue le rôle de réceptif avec d’autres agences dans le monde comme VDM, Terres d’AV, Indalo SPACE, et d’autres encore. J’ai commencé mon travail de guide il y a 4/5 ans.

VA/ Qu’est-ce qui est le plus difficile aujourd’hui pour un guide touristique à Cuba ? Y-a-t-il du travail pour tous ?

Parler de mon travail dans le tourisme est toujours compliqué, il y a plusieurs petits sujets que chacun cherche à valoriser mais ça dépend de chaque guide, de sa région, de sa ville. C’est toujours difficile pour un guide touristique de faire un lien entre les différences culturelles de Cuba et le pays d’origine du touriste, et d’arriver à montrer la vérité de notre réalité sans faire de politique, sans ennuyer les clients… Et même si Cuba est aujourd’hui « à la mode », il reste très difficile d’effacer les clichés et les à-priori simplistes que certains medias ont mis dans la tête de nombreux touristes. Comment faire en sorte pour que les  touristes comprennent la vérité d’une île qui a passé tellement du temps isolée ? Et comment faire pour aider les touristes à tomber amoureux de notre pays quand on trouve soi-même qu’il y a de terribles irrégularités dans notre histoire, notre culture, notre vie ? Difficile d’avoir la réponse juste, surtout la réponse responsable face à toutes les questions qu’un guide peut aujourd’hui recevoir des nombreux touristes venus à Cuba.

Liubov

Conciliabules à Santiago@GClastres

VA/ Que viennent chercher à Santiago les touristes français ?

Le tourisme français est très intéressant. D’abord, il faut les remercier de venir dans les villes et de ne pas uniquement choisir de passer par les plages de notre pays. Les Français particulièrement viennent pour essayer de connaître et comprendre une culture sur laquelle ils n’ont eu que l’écho des médias. Ils s’intéressent à tout : l’histoire, la musique, la peinture, la politique, la société actuelle, etc.

VA/ Quel monument ou site de Santiago as-tu le plus de plaisir à faire découvrir ?

Là c’est vraiment une question très difficile pour moi. Je suis tellement amoureuse de ma ville et tellement fière de la faire découvrir que j’essaie toujours de trouver quelle est la passion de chaque touriste afin de l’intéresser à ma ville. En premier lieu,  je fais ce qui est habituellement compris dans la visite Santiago Autrement, où ils découvriront l’histoire (L’orient du pays est le berceau de notre nationalité), les endroits liés aux différents moments de la ville pendant la guerre pour l’indépendance et la Révolution (escalier de Padre Pico, Gendarmerie, Caserne Moncada, Forteresse du Morro “San Pedro de la Roca”).

Santiago de Cuba

Santa Ifigenia@GClastres

Incontournable également le mausolée avec la tombe de José Martí, notre héro national ; mais aussi l’architecture éclectique de Santiago, qui va de la maison la plus ancienne de Cuba (Musée Maison de Diego Velázquez) jusqu’au quartier Tívoli avec toute l’influence française à Santiago, en passant par le quartier “chic” de Santiago, Vista Alegre, où se trouvaient les maisons de vacance de la bourgeoisie des années 30/40 du 20e siècle, la place de la Révolution et le Cimetière Santa Ifigenia, deux autres sites déclarés Patrimoine mondial par l’Unesco ; et aussi la baie de Stago, l’île Cayo Granma, les anciens entrepôts du rhum Bacardi, le rhum Santiago qui est le meilleur rhum léger de Cuba, la maison de la Trova avec tous les anciens musiciens, la Grande Pierre, l’église de la Vierge du Cuivre, la patronne de Cuba…

Danse des esclaves

La tumba francesa@GClastres

VA/Le tourisme ou les touristes peuvent-ils être un plus pour ta ville ?

Le tourisme est positif pour nous, surtout le tourisme français que s’intéresse à notre culture, et qui nous apporte son regard sur le monde. Le tourisme représente l’ouverture contre la censure. Au niveau économique, chaque ville récupère l’argent du tourisme et l’envoie à La Havane, où le pouvoir centralisé de l’Etat décide alors comment et où l’utiliser…

VA/ Quel est ton meilleur souvenir avec tes clients ?

Autre question difficile… J’ai eu des clients difficiles et des clients merveilleux, mais c’est toujours un grand plaisir de voir comment, à la fin du séjour, ils ont compris l’esprit véritable de mon pays, et tous ont un avis particulier.

————–

Si vous souhaitez faire appel aux services de Liubov – vous pouvez la contacter par mail

Contact de Liubov à Santiago : liubov78@nauta.cu

Santiago de Cuba

Carnaval de la ville@GClastres


Rencontre avec Liubov, guide à Santiago de Cuba | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Rencontre avec l’association « Con amor y esperanza» à Piñar del Rio Crée en 2002, le projet « Con amor y esperanza » est un lieu d’échange et de créativité qui vise à enseigner à des personnes trisomiques...

10 raisons de découvrir Cuba à vélo 10 raisons de découvrir Cuba à vélo...

Tourisme à Cuba : dans l'ombre de Janus... Canadiens, Américains, Français, Allemands, ils sont chaque année plus nombreux à se rendre à Cuba. Toutefois, si pour nombre de ces touristes, l’ile reste une enclave...

Terra Incognita, des voyages culturels et des circuits naturels "sur mesure" Terra Incognita ets un Tour-opérateur engagé dans l'écotourisme spécialisé dans le voyage culturel et scientifique de découverte de la...

Las Terrazas, un projet d’écotourisme au cœur de Cuba Dans les années 1970, Cuba entreprend la reforestation de la zone montagneuse de la Sierra del Rosario, au cœur de la cordillère Guaniguanico, à quelques...

6e édition du Manuel du voyage à vélo L'association Cyclo-Camping International vient de publier l'édition 2017 du Manuel du voyage à vélo. Elle vise celles et ceux qui veulent s'informer sur la préparation d'un...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Cuba Autrement, au-delà des clichés

Gagnez 300€ pour vos prochaines vacances !
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda