#TourismeDurable
Aventure Écotourisme Québec

Rencontre avec Camille Perretta, chargée de coordination La Méditerranée à Vélo

Camille Perretta est chargée de mission de l’association Vélo Loisir Provence qui travaille avec la Région Provence Alpes Côte d’Azur sur le projet La Méditerranée à Vélo. Passionnée par son job de promotion du cyclisme, elle explique La Méditerranée à Vélo, un itinéraire qui joint l’Espagne à l’Italie en passant par Perpignan, Narbonne, Bézier, Montpellier, Sète, Tarascon, Manosque, Draguignan, Nice et Menton sur 850 km. Tout un parcours et tout un programme.

© Vélo Loisir Provence

La Méditerranée à Vélo, c’est quoi ?

« Il s’agit de la portion française d’un projet européen beaucoup plus vaste, EuroVelo, composé de 70 000 km d’itinéraires cyclables dans toute l’Europe, dont EuroVelo 8 qui relie Cadix à Chypre et traverse 11 pays », explique Camille. Par itinéraires cyclables, elle entend véloroutes et voies vertes. Des termes qui nécessitent à nouveau des définitions : Les véloroutes sont des itinéraires cyclable à moyenne ou longue distance, linéaires, continus, jalonnés, sécurisés et incitatifs.

© Vélo Loisir Provence

Elles sont vouées à une utilisation touristique, mais aussi à des déplacements utilitaires, sur site propre ou sur des petites routes sélectionnées pour être agréables et pour éviter les dénivelés trop importants. Les voies vertes, elles, sont réservées à la circulation non motorisée – cyclistes, piétons, personnes à mobilité réduite, rollers – . La voie verte prône le respect de chaque type d’usagers et peut exister en milieu rural comme urbain. Elle peut emprunter différents types de voies : chemin de halage, ancienne voie ferrée, parcs, sentiers forestiers ou littoraux… 

© Vélo Loisir Provence

Armés de ces pré-requis, Camille nous révèle ce que le cycliste peut aujourd’hui se mettre sous la roue : « des sections de véloroutes déjà réalisées dont 1 de 300 km entre Montpellier et Manosque, une tranche qui permet d’alterner bords de mer, étangs, coteaux, villages et arrière-pays provençal. La portion Argelès-Manosque se fait par exemple sans soucis malgré ses mini-cols », dévoile Camille. Elle insiste sur le fait que l’itinéraire se connecte aux Canal des Deux-Mers à vélo sur le Canal du Midi et à la ViaRhôna entre Sète et Beaucaire, « une portion qui attire beaucoup la clientèle Rhône-Alpes », précise-t-elle.

© Vélo Loisir Provence

La Méditerranée à vélo, pour qui ?

D’ailleurs, qui sont les cyclistes concernés ? « La dernière étude de fréquentation date de 2017, révèle Camille, indique que 1 080 000 cyclistes ont parcouru un bout de l’itinéraire dont 44 % de touristes et parmi eux environ 20 % d’étrangers, la fréquentation a augmenté de 7 % depuis 2015 ». C’est le littoral languedocien qui a le plus de succès et le type de cyclisme largement dominant reste le vélo loisirs, pratiqué par 64% de l’ensemble des cyclistes. L’étude présentée par Camille montre aussi que la pratique sportive est également significative avec 30%, notamment sur les petites routes rétro-littorales. L’usage utilitaire reste faible, à 5%, mais loin d’être marginal, qu’il soit touristique ou résident. Quant à l’itinérance, elle ne représente que 1,6% de la fréquentation mais 8% sur la section entre Beaucaire et Manosque.

© Vélo Loisir Provence

Répercussions sur l’économie et la santé

L’augmentation de la fréquentation va de pair avec celle des dépenses des cyclistes en route. Et ce sont les itinérants qui sont les plus dépensiers : 83 € par personne et par jour, puis viennent les touristes (62 €) puis les excursionnistes (17,50 €). Les bienfaits de l’augmentation de la fréquentation ne se font pas seulement ressentir dans les porte-monnaies des commerces, cafés, hôtels et autres établissements sur l’itinéraire mais aussi sur la santé des cyclistes. Il est en effet reconnu que le temps passé à vélo par les usagers se traduit par la diminution importante du diabète, des pathologies cardio-vasculaires, de certaines formes de cancer et de la dépression… Alors qu’attendez-vous tous pour vous y mettre ?

© Vélo Loisir Provence

Comment attirer plus de cyclistes ?

Justement, Vélo Loisir Provence, la région et bien d’autres partenaires du projet La Méditerranée à Vélo espèrent encore plus de cyclistes sur ses itinéraires et travaillent notamment sur un nouveau programme 2019-2021. « A partir des résultats de l’enquête de 2017, nous nous sommes rendus compte qu’il fallait travailler sur l’amélioration du tracé, sur la communication grand public, sur les services apportés mais aussi sur leur continuité le long de l’itinéraire : plus de réparateurs vélos, de loueurs, de choix de restauration et d’hébergement, plus de travail avec les locaux… », résume-t-elle avant d’affirmer qu’il reste du pain sur la planche : « Il serait intéressant de développer par exemple la pratique itinérante qui rapporte le plus, d’augmenter la présence de réparateurs ambulants, de travailler plus avec des associations locales qui pourraient prendre le relais, d’étaler aussi la saison de mars-avril à septembre-octobre, de développer les activités culturelles et gastronomiques sur le chemin… ».  Bref, il reste encore beaucoup à faire pour développer ce qu’elle appelle « la culture vélo ».

© Vélo Loisir Provence

Plus belle la voie !

En attendant, préparez-vous à une chouette fête du vélo du 8 au 22 septembre : Celle de la Méditerranée à Vélo, Plus Belle La Voie, une fête itinérante de vélo-randonneurs avec des animations tous les jours, de belles étapes, le tout en partenariat avec l’AF3V – l’Association Française pour le développement des Véloroutes et des Voies Vertes – , et dans le but aussi d’améliorer encore l’itinéraire.

Quelques articles Vélo inspirants

Le vélotourisme passe le grand braquet !

– … territoires francais considerent desormais le velotourisme comme un puissant facteur d …

Vélotourisme : Ensemble, c’est tout…

– … itineraires nationaux sachant que le velotourisme represente un apport economique cle …

Les must de la rando à vélo…

– … mais plus orientee clubs de velotourisme pratique du velo performances techniques …


Rencontre avec Camille Perretta, chargée de coordination La Méditerranée à Vélo | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Elisabeth Blanchet

Facebook

Les 5 derniers articles de Elisabeth Blanchet

    Voir tous les articles de

    Découvrez nos abonnements

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Informations utiles pour voyager

    Cyclotourisme en vélo couché : plaisir, confort et commodité en plus Pédaler comme dans un fauteuil Pédaler comme dans un fauteuil : La proposition parait utopique, mais l'essai des vélos couchés vous confirme...

    Vers une Europe du tourisme durable? Saviez-vous que l’Union Européenne soutient depuis quelques années déjà le tourisme durable ? Avez-vous constaté au niveau local le développement de projets concrets financés...

    EuroVélo6 propose une aventure à vélo "côté fleuves" - de l'Atlantique à la Mer Noire Eurovélo6 est la première Véloroute européenne qui, traversant 10 pays, relie l'Atlantique à la Mer Noire en longeant les...

    Les 10 articles les plus lus sur Voyageons-Autrement en 2014 JANVIER 2014 : Séjours neige en pays ardéchois 1730 visites Séjours neige en pays ardéchois, ou comment découvrir l’Ardèche blanche...

    La Région Bretagne, laboratoire innovant du tourisme durable En 2013, 9 millions de touristes ont visité la Bretagne, 93 millions de nuitées concentrées pour plus de la moitié d’entre elles (54 %) entre juillet...

    Traverser l'Europe à vélo, c’est maintenant possible avec EuroVelo Vous avez toujours rêvé de traverser un continent entier, l'Europe en vélo, bicyclette, tricycle ou même trottinette? EuroVelo, le projet de...

    10 ANS DE TOURISME DURABLE
    L'actu en continu
    Les derniers tweets
    Les catalogues Voyagiste

    Agenda