#TourismeDurable

Quelles perspectives pour le tourisme hivernal de moyenne montagne face aux impacts du changement climatique?

| 7 février 2018 • Mis à jour le 13.02.2018 à 16h31
Thèmatique :  Acteur privé   Conseils   Espaces protégés   Initiative privée   Initiative régionale 
         

Cet hiver particulièrement enneigé ne doit pas faire oublier que les Alpes se réchauffent. Et en moyenne deux fois plus vite que le reste de la planète. C’est ce que révèlent les recueils de températures effectués depuis 1900 sur l’ensemble du massif. Plus 1,5°C à + 2°C constatés dans les Alpes contre +0.8°C à l’échelle planétaire. Les différents modèles climatiques projettent pour les Alpes, une augmentation de la température de +2°C à +5°C d’ici 2100, une baisse des précipitations en été et une réduction de l’enneigement hivernal. Ces changements auront des impacts, notamment dans le domaine touristique, auxquels les professionnels du secteur devront s’adapter. Pendant trois ans, de 2015 à 2017, le projet de recherche ADAMONT, piloté par l’Irstea ( Institut national de recherches en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture) et Météo-France s’est intéressé aux impacts du changement climatique en moyenne montagne et aux adaptations possibles dans ces territoires, privilégiant une approche globale et intégrée. L’étude s’est déroulée en étroite collaboration avec le Parc Naturel Régional du Vercors. C’est donc tout naturellement au cœur de ce massif, à Autrans, lors du dernier festival international du film de montagne, que les scientifiques ont fait part de leurs conclusions au public.

Vers un tourisme hivernal sans flocons ?

 

En dessous de 2000 mètres, l’enneigement a déjà diminué de 20 à 40% depuis la fin des années 1980. Or, moins de neige, c’est un impact direct sur l’économie touristique alpine, fortement dépendante du ski. Les sports d’hiver représentent pour la France, une manne économique non négligeable et 120 000 emplois y sont directement liés. Les projections fines réalisées par Météo-France à l’échelle du Vercors lors de l’étude ADAMONT sont formelles: l’enneigement va se réduire en durée et en quantité. A 1800 mètres, il pourrait y avoir 1 mois de neige en moins en 2040 et 2 mois et demi en 2080. ” Les variabilités inter-anuelles pourront néanmoins être importantes, il y aura toujours certains hivers avec un fort enneigement, mais la tendance générale sera à la baisse de la quantité de neige en montagne ” explique Déborah Verfaillie, ingénieure en météorologie au centre d’étude de la neige de Météo-France.  Cette diminution des précipitations neigeuses constitue une menace forte pour la fréquentation des stations de moyenne montagne qui seront davantage impactées que celles de haute altitude. Pour faire face à ces changements, élus et professionnels du tourisme vont devoir repenser l’économie de leurs territoires touristiques. La perte de l’atout neige les oblige à revoir la manière dont ils valorisent leur territoire auprès d’une clientèle toujours plus exigeante et aux comportements évolutifs.

Les crêtes enneigées du Vercors en hiver, bientôt un lointain souvenir ?

Repenser les usages touristiques de la montagne hivernale

 

Vendre un territoire et ses spécificités plutôt qu’une activité, diversifier les activités, voici des exemples d’adaptations possibles pour les stations de moyenne montagne. Ces stratégies d’adaptation, dont le maitre mot reste la diversification sont déjà éprouvées dans les massifs préalpins et notamment le Vercors. Elles ont été répertoriées et mises en avant lors des ateliers participatifs ayant réuni plus de 150 participants pendant le projet ADAMONT. L’élargissement de l’offre touristique à tout un territoire et non plus seulement à la station a pour effet d‘impliquer tout un réseau d’acteurs économiques qui n’étaient pas forcément dynamiques dans le domaine touristique au départ (agriculteurs, sylviculteurs, artisans). Les stations de moyenne montagne peuvent également jouer la carte de la labellisation afin de séduire un type de clientèle bien ciblé. Corrençon-en-Vercors est par exemple labellisé “Famille plus” depuis 2007. Danielle Fantin, directrice de l’office de tourisme témoigne : “Corrençon n’est plus seulement une station de ski mais une station pour les familles et les enfants à qui on propose une vraie expérience de séjour. Aujourd’hui, même sans neige, les clients sont contents et veulent revenir.” Qui dit diversification des activités, dit diversification des professionnels et donc partage des espaces et des viviers de clientèle. Difficile parfois pour le visiteur de s’y retrouver et pour le professionnel d’exister à l’échelle d’un territoire comme le Vercors.  Avec sa plate-forme “Inspiration Vercors”, le parc s’est doté d’un outil qui fédère les différents professionnels autour d’une identité forte, celle du territoire Vercors. Les activités ainsi regroupées ne constituent plus en elles-mêmes le principal motif du déplacement touristique, comme le ski a pu l’être, mais cèdent véritablement le pas à l’attractivité territoriale.

Quid de la neige de culture dans tout ça ?

 

Évoquée comme une adaptation possible aux impacts du changement climatique, l’utilisation de la neige de culture fait débat au sein de la communauté montagnarde. Depuis son élection à la présidence de la Région Auvergne Rhône Alpes, Laurent Wauquiez a déjà alloué plus de 15 millions d’euros d’aide aux stations pour qu’elles s’équipent en canons à neige. Des choix politiques pas toujours compris par les acteurs locaux – et de nombreux citoyens- qui mettent en avant les limites de cette réponse face au changement climatique. D’un côté l’utilisation de cette neige peut être décisive pour l’ouverture d’un domaine skiable, mais de l’autre les conditions de sa production vont devenir de plus en plus complexes quand on sait que les conditions idéales pour former de la neige à partir des canons sont une température de -10°C et 20% d’humidité de l’air. De plus cette production est dépendante de la disponibilité de la ressource en eau et les étés vont devenir de plus en plus secs en montagne. L’inadéquation entre les besoins et les disponibilités de cette ressource engendre des conflits d’usage notamment aux périodes critiques de forte fréquentation touristique, sans parler des impacts environnementaux, notamment sur les régimes hydriques des cours d’eau.  Pour Emmanuel Heyrman, responsable mission tourisme au PNR de Chartreuse: ” Les investissements dans la neige de culture doivent être raisonnés et laisser place à des stratégies de diversification pour une meilleure résilience des stations et territoires de moyenne montagne”

Le domaine skiable de Villard-Corrençon est équipé de nombreux canons à neige

L’évolution du climat, bien que problématique et inquiétante au niveau écologique pourrait laisser entrevoir de nouvelles sources d’opportunités touristiques pour la moyenne montagne. A condition, pour les acteurs du secteur, de s’adapter, d’innover tout en veillant à ne pas aggraver les impacts déjà présents. De nombreux professionnels du tourisme ont déjà bien intégré ces enjeux et c’est pourquoi, depuis dix ans, Voyageons-autrement s’attache à mettre en valeur leurs actions et leurs réussites.

 


Quelles perspectives pour le tourisme hivernal de moyenne montagne face aux impacts du changement climatique? | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Caroline Dudziak

Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Thailande Autrement - Une agence de voyages qui compense toutes les émissions de CO2 des vols domestiques de ses clients Le tour-opérateur THAILANDE AUTREMENT lance son partenariat avec CO2 Solidaire pour réduire...

Wikipédia Voyage Wikipédia - la plus grande agence de voyages du monde est un moteur de recherche !...

Salon Primevere 2010 à Lyon - 26 au 28 février 2010 Salon Primevere 2010 à Lyon - 26 au 28 février 2010 : Le réseau DéPart au sein du CADR propose 1 conférence à Lyon sur le tourisme solidaire : : "Le tourisme...

La Vallée de Chamonix Mont-Blanc labellisée Flocon Vert Après les Rousses dans le Jura et Villars au cœur des Alpes Vaudoises (Suisse), c’est au tour de la vallée de Chamonix Mont-Blanc de décrocher un Flocon...

6ème édition de la Journée Mondiale pour un Tourisme Responsable - Communiqué Communiqué de presse du 23/12/2011 Le sixième rendez-vous des acteurs du tourisme responsable aura lieu le 1er juin 2012 avec pour...

Bilan de la 1ère JMTDR avec Nada Roudies, secrétaire générale du ministère du Tourisme marocain Nous sommes allés à la rencontre de Nada Roudies, Secrétaire Générale du ministère du tourisme pour dresser le...

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda