logo et baseline voyageons-autrement
séjours et de loisirs dans le domaine du tourisme responsable et durable

Oléron : la sagesse naturelle de l’île aux trésors

| 7 juillet 2017 • Mis à jour le 11.07.2017 à 17h20
Thèmatique :  Acteur associatif   Acteur privé   Conseils   Espaces protégés   Portrait 
         

A l’exemple de Jean-Baptiste Bonnin qui à la tête de l’association IODDE* a accompli en dix ans des prodiges, l’ile d’Oléron est aujourd’hui un acteur exemplaire en matière de développement durable et de transition énergétique. Petite virée inspirante en Charentes Maritimes…

Quand après avoir dirigé dix années durant une structure liée au développement durable dans le Vercors, Jean-Baptiste Bonnin est rentré à Oléron, ce n’est pas, dans un premier temps, par souci de pédagogie qu’il s’est mis à fréquenter les estrans (parties du littoral découvertes par la marée) de la Côtinière, Chaucre ou Chassiron. Mais pour se nourrir !

Jean-Baptiste Bonnin (à gauche) expliquant inlassablement l’art de la pêche à pied

Revenu dans les Charentes Maritimes sur un coup de tête parce que la mer et son ile lui manquaient trop, il lui a fallu un certain temps avant d’inventer son métier suivant et… d’en vivre. Mais en partant de sa grande passion d’enfant : la pêche à pied, il y est arrivé et, au regard de ce qui s’est passé depuis, on peut considérer ce retour au bercail de l’enfant du pays comme providentiel. Non seulement pour Oléron mais également, comme on va le voir, pour les 20.000 km de côtes de notre pays…

Car ramasser des étrilles, bigorneaux, coques et autres oursins, Jean-Baptiste n’est pas le seul à aimer cela. Les pêcheurs à pied sont en France plus de 2 millions (plus nombreux que les chasseurs !), sans personne pour s’en soucier, mesurer, constater, réglementer… le vide total. 2 millions de prédateurs effectuant chaque année six sorties en moyenne. Sur Oléron seule, on estime les pêcheurs à 50.000 visiteurs différents chaque année, pour 350.000 sorties en tout. Résultat : plus de 4 milliards (!) de rochers soulevés, dont près de la moitié laissée à l’envers. Avec pour conséquence la mort de 30 à 70% des organismes attachés à la pierre selon les cas. Un vrai massacre.

70% des pêcheurs connaissent désormais les règles contre 15% il y a 10 ans

C’est Jean-Baptiste qui, il y a dix ans maintenant, a engagé un étudiant thésard pour mener cette étude à bien. Celle-là et plusieurs autres. A la création d’IODDE, en 2006, 40% des pierres retournées n’étaient pas remises en place ; elles ne sont plus que 4% dix ans plus tard. Il faut dire que Jean-Marie et ses équipes s’entretiennent chaque année avec plus de 100.000 personnes (!) lors de leurs « maraudages pédagogiques » : ils se promènent dans les rochers, pêchent, montrent, conseillent, expliquent. (Et recrutent ! plus de 500 bénévoles déjà pour collecter et répertorier les œufs de raies parmi les algues et prendre ainsi la température locale de l’empoissonnement).

Car IODDE compte à présent 100 adhérents et 5 salariés dont 2 et demi dédiés à la seule pêche à pied. Les études, les méthodes, les plans d’action, la pédagogie, IODDE a tout inventé et propose aujourd’hui son expertise à tous ceux que cela intéresse ; l’Ifremer et le Conservatoire du Littoral en premier chef. Il y a quelque semaines, fort des résultats obtenus sur l’île (plus de 70% des pêcheurs interrogés connaissent aujourd’hui les règles de pêche contre 15% en 2006 entre autres progrès), Jean-Baptiste a proposé un transfert de compétences à 400 structures importantes (communes, associations, etc.) du littoral français. Combien ont-elles été à finalement dire « oui » ?… 400 ! Pas une n’a refusé l’offre. C’est dire le degré de sensibilité (d’urgence ?) acquis par la problématique en question. On ne peut donc que se réjouir de la portée qu’atteindra au final, ce mouvement, une fois de plus initié par un seul. Colibri s’il en est…

Ramassage collectif des déchets avec… des ânes !

Mais il faut dire également qu’Oléron est une terre où l’on ne prêche pas dans le vide en matière d’environnement et de Développement Durable… Car ce n’est pas un hasard si l’île fait partie cette année des lauréats du concours : « Territoires à énergie positive pour la croissance verte ». Désireuse de devenir à terme une Destination Nature, l’île d’Oléron multiplie les initiatives innovantes et s’est constitué un agenda 21 extrêmement ambitieux en matière énergétique : diminution de la consommation, installation d’un vaste parc éolien marin, généralisation du solaire, mobilité bas-carbone (vélos, bus électriques, bateaux collectifs, etc.), plate-forme de rénovation énergétique, Défi Famille et participation de tous les habitants comme des hébergeurs (eau chaude solaire, étiquette environnementale, etc.)…

Tandis que l’île fait ses premiers pas dans l’économie circulaire avec l’ouverture d’une déchetterie-recyclerie, elle multiplie côté environnement les initiatives originales. En dehors même de l’association IODDE de Jean-Marie Bonnin déjà récompensée par de nombreux trophées nationaux, les iliens récupèrent depuis dix ans toutes leurs huiles de friture (opération : « Roule, ma frire ! ») tandis que des bacs à marée ont été installé sur les plages pour récupérer les déchets de mer – également collectés depuis 5 ans par… des ânes ! – et que le bio ne cesse de monter en puissance (27% des repas scolaires), jardins collectifs et sentiers pédagogiques ouvrant ici et là… Bref, un grand cercle vertueux est en train de se mettre en place au pays des Marennes qui donnera, espérons-le, des idées à d’autres spots de forte villégiature…

Déjà dix ans de recyclage des huiles de friture sur l’ile !

 

*Ile d’Oléron Développement Durable Environnement


Oléron : la sagesse naturelle de l’île aux trésors | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Jerome Bourgine
Ecrire et voyager. Voyager et écrire... Depuis 50 ans.
Facebook

Découvrez nos abonnements

Informations utiles pour voyager

Oléron : la sagesse naturelle de l’île aux trésors A l’exemple de Jean-Baptiste Bonnin qui à la tête de l’association IODDE* a accompli en dix ans des prodiges, l’ile d’Oléron est aujourd’hui un acteur exemplaire...

IODDE (Ile d'Oléron Développement Durable Environnement) IODDE (Ile d'Oléron Développement Durable Environnement) est une association loi 1901 créée en octobre 2004 pour mener à bien des projets concrets de développement...

Entre île de Ré, île d’Oléron et La Rochelle: le paradis du vélo Que ce soit pour 3 ou 7 jours, la Charente-Maritime est une terre d’accueil pour tout voyageur à vélo. La région littorale est plate. Vous longez...

Interview Jean-Michel Coëffé, directeur général de Cap France. Cap France est aujourd’hui le premier réseau de villages de vacances du tourisme associatif en France. Il s’agit d’une fédération qui regroupe 77...

L'ecotourisme en Poitou Charentes Le CRT Poitou-Charentes* a lancé en 2010 un site internet thématique régional entièrement consacré à l’écotourisme www.ecotourisme-poitou-charentes.com. Il propose des offres...

Cyclotourisme en Poitou-Charentes La région Poitou-Charentes regorge de bonnes idées pour passer ses vacances au vert et profiter pleinement de la nature. Engagée dans l'écotourisme, la région a mis l'accent sur...

Le RDV du voyage sur mesure au coeur de Paris

L'actu en continu

Les plus partagés

    Les derniers tweets

    Les catalogues Voyagiste


    Agenda