#TourismeDurable
bynativ est la communauté des agences locales pour votre voyage sur mesure

Un mouvement de fond qui concerne également le tourisme en France.

| 5 juin 2010 • Mis à jour le 05.06.2010 à 17h35
         

Les ressorts sur lesquels se sont appuyés l’émergence de cette offre de voyages responsables, solidaire, équitable, sont les mêmes qui motivent actuellement les consom-acteurs de tourisme en France, qui se trouvent débarrassés ici – et ce n’est pas la moindre des choses – des barrières de la langue d’une part mais aussi des déplacements aériens – forcément polluant et donc d’une certaine faon antinomique avec l’écoresponsabilité ; :je veux parler des ressorts de la recherche de Lien et de Sens.

Nos contemporains sont en effet mus par un très fort besoin de se nourrir de moments émotionnels forts, de partages, de rencontres et d’expériences authentiques”, ces attentes qui auront été les moteurs de l’émergence de cette offre de voyages responsables précurseur de ce nouveau tourisme.

Les mêmes causes produisent les mêmes effets : tout comme les mouvements altermondialistes ont favorisé le développement du commerce équitable avec les producteurs du Sud qui trouve son prolongement actuellement en France avec le développement des filières courtes, comme l’expérience des AMAP, l’approche responsable, équitable, solidaire, etc. des voyages prônés par quelques voyagistes en phase avec ces mouvements d’opinions trouve son prolongement en France par le développement d’une offre de tourisme responsable expérimentée par de « petits » opérateurs, relayés le plus souvent par des territoires engagés dans des stratégies de développement durable.

Les consommateurs les plus sensibilisés à cette éco responsabilité

commencent à réfléchir pour voir comment ils peuvent consommer du loisir et des vacances de manière plus responsable :

– en allant plus loin moins souvent pour privilégier les vacances en France afin de limiter leur impact CO2, tout en commençant à s’intéresser à des modes de transports et de découvertes moins polluants, ainsi « la Loire en Vélo » ouvert en 2007 a doublé cette année sa fréquentation, posant d’ailleurs des problèmes d‘organisation des flux (hébergements, circuits adaptés, etc.) ;

– en s’intéressant aux formules d’éco-hébergements,, avec la multiplication des initiatives dans ce sens et des écolabels

– en recherchant des produits « bio » pour leurs restauration et leurs achats du terroir ,

– en s’intéressant aux acteurs et initiatives allant dans ce sens, sans oublier celles liées à la culture et au patrimoine

Bien sûr, la crise est aussi passée par là, qui réduit les budgets, mais cette prise de conscience de consommer du loisir et des vacances de manière plus responsable et valorisante semble bien être un vrai mouvement de fond qui ira en se développant, alimentée et encouragée pour cela par Internet et maintenant les réseaux sociaux.

Les consommateurs essayent d’harmoniser leur consommation avec leur envie de faire bouger les choses, pour préserver notre Planète bien sûr mais aussi se faire du bien entre soi, en resserrant les liens sociaux, en encourageant les « bonnes pratiques » tout en profitant de l’apport intellectuel et pratique de ceux qui les animent ; avec l’envie d’agir de manière plus « responsable » durant le temps des vacances, pour évoluer vers ce qui leur semble plus difficile de faire au quotidien :

manger « bio »,
voyager « écolo »,
dormir « HQE »,
faire la fête « avec 0 impact « (voir l’essor des événements durables : festivals, mariages, ….), s’ouvrir à d’autres cultures et modes de vie, notamment dans une relation retrouvée entre urbains et ruraux, notamment les agriculteurs (voir le succès des AMAP), etc, etc.


Un mouvement de fond qui concerne également le tourisme en France. | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Rédaction Voyageons-Autrement

Facebook

Découvrez nos abonnements

Les commentaires sont fermés.

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :

Enjeux des territoires ruraux

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda