#TourismeDurable
10 ANS DE TOURISME DURABLE

Les séjours vacances pour enfants : des lueurs d’espoir malgré tout

| 16 novembre 2017 • Mis à jour le 20.11.2017 à 18h37
Thèmatique :  Acteur associatif   Acteur privé   Initiative régionale 
         

En fin d’année sonne l’heure des bilans pour les différents acteurs du tourisme. Qu’en est-il du côté de l’animation, des séjours enfants et adolescents? Il parait loin le temps des colos d’après guerre qui ont pourtant permis à des millions d’entre nous de découvrir la France, voire plus loin. Au delà des clichés que l’on entend ici où là, nous nous sommes rapprochés d’un organisme qui a fait ses preuves dans le monde des vacances pour jeunes : la ligue de l’enseignement et plus particulièrement une de ses antennes départementales : la Fédération des œuvres laïques de la Drôme. État des lieux, évolutions, avenir : un discours sans ambiguïté qui éclaire sur un pan de notre histoire et son avenir.

Une association historique et toujours dynamique

La F.O.L.26, dans la Drôme qui ne connait pas cette abréviation dans la région? Combien d’enfants sont partis en colonies, en classes découvertes à l’océan où en montagne avec cet organisme reconnu. Que de souvenirs, d’émotions mais aussi de découvertes pour toutes ces générations confondues. En plus des activités, il s’agit encore et toujours d’un apprentissage d’une certaine autonomie, de la découverte de la vie en collectivité, du respect, de la citoyenneté… et de la joie d’être ensemble, évidemment.

un des centres de la FOL 26, celui de Lus la Croix Haute

un des centres de la FOL 26, celui de Lus la Croix Haute

La FOL dépend de la ligue de l’enseignement qui a fêté ses 150 ans en 2016, celle-ci a été créée pour éduquer les gens à la démocratie, ses rôles ont énormément évolué au cours des années (éducation populaire, accès à la culture…) et elle est maintenant une entité incontournable en France. Elle délègue dans les département aux fédérations d’œuvres laïques, qui elles s’organisent autour de pôles services vacances, service culture, sports scolaires notamment. La FOL 26 a 90 ans et rassurez vous toutes ses dents! Une vitalité et un dynamisme qui lui permet de sortir la tête de l’eau, et ce malgré toutes les difficultés, elle lutte toujours contre l’obscurantisme, pour une véritable laïcité et pour le vivre et le faire ensemble.

Une évolution nécessaire, patinée de valeurs fortes

Ici pas de thèmes sonnant quelque peu faux (motos par exemple) ou dénués de sens pédagogique. Les salariés et bénévoles de la fédération des œuvres laïques valorisent le travail et l’imaginaire des animateurs, dont le rôle est central. Si activité hors du commun il y a, celle-ci s’inscrit pleinement dans une découverte d’un milieu (par exemple la pêche à pied en Vendée, la visite d’une criée, l’escalade en montagne Drômoise…) et celle-ci n’est jamais une fin en soi.

Découverte sportive de l'océan à Jard sur mer

Découverte sportive de l’océan à Jard sur mer

Les séjours quels qu’ils soient, sont façonnés via un projet pédagogique suivi par les animateurs. Ce qui fait, que, comme bons nombres d’organismes du même genre en France, les séjours made in FOL sont vivants, ambitieux, portés par un socle solide. Ils peuvent être innovants (séjours scientifique, nature, Robinson) mais tous sans exception reposent sur des règles inamovibles : un animateur pour 8/10 enfants, un assistant sanitaire par séjour et des activités pensées et réfléchies en amont. Les centres sont labellisés citoyenneté environnement développement durable (pour les centres de Lus la Croix Haute et Buis les Baronnies en Drôme Provençale, celui-ci est en plus agréé pour l’accueil de publics en situations de handicaps). Celui de Jard sur Mer en Vendée : ce site est d’une beauté à couper le souffle et même s’il n’est pas certifié propose néanmoins une politique engagée sur la nourriture, la protection de l’environnement (le centre se situe dans une pinède sensible) et la connaissance du milieu océanique. Ces centres fonctionnent aussi avec des scolaires pour les classes de découvertes, celles-ci sont organisées grâce à la motivation sans faille de certains enseignants, et ce malgré de nombreuses embûches que nous allons découvrir.

La vie au grand air, un des pans de la vie en centre de vacances

La vie au grand air, un des pans de la vie en centre de vacances

Des difficultés certes, mais aucun fléchissement

Les enfants et les ados d’abord, serait-on tenter de dire, une motivation sans faille pour que tous y trouvent leurs comptes. Pourtant le secteur de l’animation pâtit d’une actualité parfois rude (accident, problèmes de pédophilie notamment), mais finalement sont-ils plus nombreux qu’avant ou simplement plus mis en avant? A cela, il faut aussi tenir compte de la baisse de pouvoir d’achats des ménages “les classes moyennes sont les grandes perdantes des vacances , ils n’ont plus les moyens de faire partir les enfants, et leurs aides sont plus que réduites” se désole Eric Sillam qui déplore ainsi une mixité sociale qui n’en est plus tout à fait une. Ensuite la durée des séjours a énormément baissé durant les dernières décennies (il est loin le temps où après guerre, les enfant partaient 3 semaines voir un mois en colos). “On est sur des séjours plus courts, une semaine, 10 jours maximum. Ainsi en 2017 le nombre des journées “séjours” a diminué d’1%. Le séjour moyen est passé de 11.4 jours à 10.25 jours. Pour les classes découvertes, c’est encore moins puisque on est sur du lundi au vendredi avec malheureusement des conséquences pour les apports pédagogiques, l’appropriation d’un lieu, d’un milieu. C’est frustrant pour tout le monde”.

Les copains, l’amitié, ici à Jard sur mer en Vendée

Les copains, l’amitié, ici à Jard sur mer en Vendée

A cela rajoutons les baisses de subventions de beaucoup de collectivités (surtout pour les classes découvertes), qui vont impacter jusqu’à la survie des centres et des professionnels sur place (boulanger, animateur nature, intervenants). “C’est tout un pan économique qu’on sacrifie directement et indirectement” s’indigne Eric Sillam, (responsable classes à la FOL). Mais attention aucune sinistrose : déjà car la motivation ce sont les enfants et leurs sourires, et des bonnes nouvelles il y en a : “nous avons pu, grâce a un partenariat avec la piscine municipale de Valence nous faire prêter une mise à l’eau pour enfants handicapés, ainsi tout le monde à Lus a pu se baigner ces derniers étés. D’autre part, l’excellent investissement de la jeunesse au plein air Drôme a permis à de nombreux chérubins de partir pour la 1ère ou la seconde fois grâce a un système d’aide très intéressante (les JPA effectuent de nombreuses campagnes de dons tout au long de l’année lien au bas de l’article). Les aides de la caisse d’allocations familiales fonctionnent aussi bien pour les revenus plus modestes(quelques mairies de villes importantes, voir occasionnellement le conseil départemental peuvent aussi aider aux départs en colos.  Enfin dernière bonne nouvelle, peut être la meilleure : le bilan de l’été est bon : 621 enfants en séjours durant l’été 2015 en 2016 ils étaient 757, et pour l’été dernier un record de 842 enfants (un tel nombre n’a jamais été atteint depuis plus de 10 ans) “on a de gros succès avec le séjour Robinson en montagne qui mixe de l’autonomie, des cabanes, de la pêche, une nuit à la belle étoile, de même le centre de Jard sur mer et ses richesses ne désemplit pas, ça fait chaud au cœur et ça nous donne de l’énergie pour continuer de plus belle.”

Le secteur des séjours a subi, et subit encore de profonds bouleversements sociétaux, malgré tout, quand on interroge d’anciens colons, animateurs, directeurs, on sent un profond attachement à ce monde. Survivra-t-il à des baisses drastiques d’aides? Verra-t-il de nouvelles formes apparaître (séjours plus courts, plus “conso”? En tout cas sans nostalgie aucune, on se rend compte du sérieux et du professionnalisme de nombreuses associations militantes, et sans nostalgie aucune (quoique…), on se dit que ce serait dommage que tout s’arrête ici.

Retrouvez ici le site de la fédération des œuvres laïques de la Drôme (les centres de la FOL peuvent aussi recevoir des séjours familles, des week-ends et des séjours en gestion libre (je vous recommande encore une fois le centre la Porte océane à Jard sur mer tout chauvinisme mis de côté évidemment…)

http://www.vpt-fol26.com/

Le site de la jeunesse au plein air :

http://www.jpa.asso.fr/

et notamment l’intéressant sondage sur la perception des Français sur les colonies de vacances :

http://www.jpa.asso.fr/les-francais-et-le-colonies-de-vacances-notre-sondage-exclusif-ifop/

 

 

Un grand merci à Eric Sillam, responsable classes de découvertes à la FOL 26 et à Jacques Malsert (mon ancien instituteur de CM2) pour leurs aides précieuses.


Les séjours vacances pour enfants : des lueurs d’espoir malgré tout | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Guillaume Chassagnon
Amoureux des montagnes, des hommes y vivant. j'aime les parcourir, les photographier, les découvrir et donner envie de les fréquenter. Sac à dos, livres et appareil photos sont mes outils quotidiens. Je travaille aussi pour de la presse quotidienne pour notamment montrer le dynamisme culturel et associatif de mon territoire. A bientôt sur les sentiers, autour d'un bon verre de vin, d'un plateau de fromage ou dans une librairie! Et à la fac d'Avignon of course
Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda