#TourismeDurable

Les campings Huttopia : responsables mais pas labélisés !

| 1 décembre 2011 • Mis à jour le 01.12.2011 à 11h55
         

Fanny Kaufman, responsable des études pour Huttopia, présente des campings qui contrairement à bien des hébergeurs, ont fait le choix de s’engager dans le tourisme responsable sans label mais avec une forte volonté de visibilité.

 

Huttopia. Camping Indigo de Noirmoutier.@R.Etienne-Item

 

Interview réalisée lors du festival Icare 2011

VA : Fanny Kaufman, pouvez-vous nous présenter les campings Huttopia, le système Huttopia et sa représentativité en France car vous êtes déjà bien présent au Québec et au Canada.

FK : Huttopia est une société qui conçoit et exploite des campings avec une volonté de moindre impact sur l’environnement et de faire découvrir la nature aux vacanciers. Notre rôle est de concevoir les campings, de les exploiter en essayant d’avoir un moindre impact sur la nature et en faisant attention à la gestion des ressources. Nous avons aussi une démarche pour encourager les personnes à sortir des campings pour découvrir l’environnement avec un grand E, c’est-à-dire à la fois l’environnement local et les grands enjeux environnementaux. Les personnes qui viennent chez nous veulent découvrir une nouvelle façon de se loger dans des hébergements respectueux de l’environnement, une nouvelle façon de se nourrir en découvrant ce que peut être une pizza bio, une nouvelle façon de se divertir en découvrant  à pied une région, en allant voir les artisans. Aussi une nouvelle façon de se déplacer, on prête des vélos par exemple.

VA : Vous avez expliqué que vous n’étiez pas labélisé, c’est un choix volontaire ou était-ce aussi compliqué de trouver un label qui rassemble les différents campings que comprend le réseau ?

FK : C’est effectivement un vrai problème. Les labels sont souvent ciblés sur soit une image verte dans la conception, soit sur une image plus technique comme « je prends tel type d’équipement plutôt qu’un autre », « je vais utiliser des robinets avec des mitigeurs »… En ce qui nous concerne, on observe les labels de très près, on les a beaucoup analysés et on s’est rendu compte que notre démarche allait souvent plus loin. Alors, plutôt que de se labéliser, on a préféré investir dans des moyens pour se faire connaitre, puisque finalement le label est un moyen de se faire connaitre. On a donc plutôt essayé de travailler sur une cohérence du style, une cohérence des démarches, qui fait que l’on est connu et reconnu et pas forcément assimilé à un label, qui ferait que l’on soit juste connu pour avoir mis en place certains systèmes techniques mais qui, en revanche, concernant certaines démarches paysagères, n’aurait pas fait les démarches que l’on peut faire.

VA / Et de fait, pour communiquer, vous utilisez les grands médias ? Quels sont les moyens pour vous connaitre aujourd’hui, savoir que vous exister en France.

FK : Il est intéressant de savoir que l’on a zéro budget publicité. Vous ne verrez jamais une pancarte Huttopia ou un encart dans un magazine. On ne fonctionne que par le bouche à oreille ou par la presse, qui fait le relais des nouveaux types d’hébergement que l’on peut mettre en place comme la cahute l’année dernière, un nouvel hébergement innovant que l’on a lancé et qui a fait parler de nous. C’est donc plutôt par l’innovation, la presse et internet, que l’on se fait connaitre. On a aussi un système de réservation en direct sur internet, ce que d’autres opérateurs n’avaient pas, même si cela commence à se développer. Ce système a permis de faire 95% de nos réservations en direct, avec internet en priorité, et une centrale de réservation.

VA / Dernière petite question, la clientèle française cela représente quelle part du marché pour vous ?

On a 19 sites en France. Si on lisse, ça fait 50%.

Huttopia. Cabane-paysage de Senonches. @R.Etienne-Item

En savoir plus

Huttopia, c’est 19 campings en France (aussi au Québec et au Canada), 14 bivouacs, et près de 50 000 séjours en 2010. Un cadre naturel privilégié. Une autre façon de se loger.

Tout est pensé dans un ensemble, les sanitaires souvent isolés. Les gens marchent et Huttopia n’a pas peur de les faire marcher.

Exemple concret : Sur le site de Rambouillet, pas de voitures. Elles doivent être laissées à l’entrée du camping. Des habitudes qui changent donc du campeur le nez dans sa voiture. Mais qui fonctionnent peu à peu.

Autre engagement : Pousser les clients à sortir du camping pour consommer local et si possible bio. Ainsi, si les clients dépensent 1 € à l’intérieur d’Huttopia, ils dépenseront 3 € à l’extérieur.

Huttopia en quelques points

  • des campings en pleine nature
  • des emplacements immenses et souvent intégrés au site
  • Des constructions en durs sur pilotis avec du bois non traités, des isolants naturels, etc. (aussi des tentes, prône le retour à la « toile de tente »)
  • Des hébergements testés, confortables (litterie)

 

Ex : Une des offres d’Huttopia : La Cahute – « La cabane sous la tente » Tout le confort mais sous la tente. Hébergement démontable en quelques heures.  Pour cela, Huttopia a déposé un brevet. Il est aussi fabricant.

Au cœur du « camp », le centre de vie qui regroupe tous les services (sur pilotis). La restauration y est simple et conviviale. C’est aussi un lieu de vie et de divertissement. (avec jeux en bois non traité…)

—————————————————————————————

http://www.huttopia.com/


Les campings Huttopia : responsables mais pas labélisés ! | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La feuille de chou du tourisme durable
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda