#TourismeDurable
bynativ est la communauté des agences locales pour votre voyage sur mesure

Le Vélo en ville, un mode de vie durable sous les sunlights de Velo-City Nantes !

| 12 juin 2015 • Mis à jour le 15.06.2015 à 12h08
Thèmatique :  Territoire   Vélotourisme 
         

Au-delà des parades, rencontres, ateliers, échanges et autres démonstrations, Velo-City aura été l’occasion de faire le point sur les pratiques cyclables des urbains. Dans l’immense auditorium de la cité des congrès de Nantes, une conférence sur le vélo en ville a notamment permis de mettre en lumière l’émergence d’une véritable culture vélo à l’échelle européenne, et les transformations que cela implique sur nos villes, nos habitudes, voire nos représentations mentales.

Vélo City

Vélo City Nantes.  Barbara Buatois devant la Cité des Congrès. @G.Clastres

Ne jamais perdre le nord

Quand on parle de culture vélo, on regarde forcément vers le nord. Depuis bien longtemps déjà, et bien avant tout le monde, les villes du nord ont compris que le deux roues était la solution pour une ville durable, apaisée, plus lente, plus respirable, plus humaine. La ville post carbone est née au nord il y a 20 ans et peu à peu, l’ensemble des pays d’Europe leurs à leur tour emboîté le pas. A Copenhague, c’est plus de 60% de la population qui se déplace à vélo. Adjoint au maire, Morten Kabell précise : « On a besoin du vélo, c’est notre espace qui veut cela. Dès que l’on fait le moindre aménagement pour le deux roues, les gens répondent au-delà de nos prévisions ». Conseiller municipal de Groningen (Pays-Bas), Paul de Rook explique que le centre de sa cité est intégralement réservée aux vélos. Avec 61% de vélos pour 36 % de voitures, Groningen voit défiler des cyclistes heureux et épanouis, qui trouveront toujours un parking vélo à disposition pour garer leur fidèle destrier. Près d’un vélo et demi par habitant tout de même !

Des vélos pour tous

Des vélos pour tous dans la parade à Vélo. Nantes.@G.Clastres

De Vélo’v à Vélib

En France, c’est Lyon qui a dégainé la première. En 2005, Vélo’v apparait dans la ville de Gérard Collomb. Deux ans plus tard, en 2007, Vélib arrive à son tour dans la capitale. L’introduction des vélos en libre service va changer les mentalités. Aujourd’hui, Paris compte quelques 20 0000 vélos à disposition, 215 000 abonnés « longue durée » (10% de la population parisienne). Le concept est même devenu une marque, on prend un « Velib » comme on prend un vélo. Témoignant d’un nouveau rapport à la politique cyclable, Velib a permis de fusionner le vélo « transport » et le vélo « loisir », en sus, il est aussi devenu un transport en commun nocturne lorsqu’il n’y a plus de métro. Christophe Najdovski, maire adjoint de Paris, en charge des transports : « On n’a plus le choix, 150 millions d’euros ont été investi dans le développement du vélo pour les trois ans à venir. Objectif 2020 : 15% de déplacement à vélo et de 5 à 15% de cyclistes en ville, soit un triplement en 5 ans. C’est peu si on regarde vers le nord, mais pour Paris cela reste malgré tout ambitieux ».

Nantes à vélo

Vélo légo. Parade à Vélo.@G.Clastres

Demain tous à vélo ?

Pierre Serne y croit. Président du Club des villes et territoires cyclables, vice-président de la région Ile-de-France chargé des transports et des mobilités, vice-président du Syndicat des Transports d’Ile-de-France, il est persuadé que la prise de conscience est là, autant chez les habitants que chez les politiques. La France fait sa « Vélorution ». Alors qu’elle s’apprête à accueillir la Cop 21, le vélo est le mode de déplacement alternatif idéal pour éviter le dérèglement climatique. Et de fait, dans l’Hexagone, les actions menées pour soutenir les collectivités dans le développement du tourisme à vélo sont relayées par nombre d’organismes à l’instar de la Fédération française de cyclotourisme ou de France Vélo Tourisme, qui pour cette dernière a largement contribué à la mise en place d’un réseau cyclable de qualité dans toute la France. Ces mêmes collectivités ont ensuite accompagné leurs habitants vers le changement pour le vélo, créant de l’attractivité pour le deux roues et incitant ainsi à des changements de modes de vie et de mentalités. Dans le Calvados, la marque Accueil Vélo permet d’aller au cœur de la Normandie à bicyclette et d’être accueilli chez l’habitant. En Provence, Vélo Loisir en Provence a mis en place un balisage permanent sur près de 400 km de circuits tous niveaux. Pierre Serne : « Le vélo est un acteur du changement. Il est cohérent avec les valeurs écologiques. Les politiques sont à présent convaincus qu’ils doivent faire une politique cyclable et libérer de l’espace pour le deux roues. »

Tous à vélo

Les bricolettes de la parade@GClastres

Quand la roue tourne, le cercle devient vertueux…

Et il n’y a pas qu’en France que les choses bougent. Tous les pays d’Europe sont concernés. Et au-delà bien sûr. A Barcelone, il n’était pas évident de transformer une ville conçue alors pour le tout voiture. Et pourtant… La ville a fait sa mue afin de devenir cyclable. Au début des années 2000, quelques 20 000 vélos sillonnaient ses artères, ils sont près de 136 000 aujourd’hui. Et la cité catalane ne compte pas en rester là. Pere Ferrer i Sastre, Secrétaire général du département des mobilités de la ville, confirme que la mairie s’est engagée pour le vélo, avec nombre d’aides publics et un objectif 2018 visant à réduire la voiture de 21%. Pere Ferrer i Sastre : « Nous faisons face au défi de la qualité de l’air et pour cela, notre grand challenge, c’est que le vélo privé prenne le pas sur le public. On a beaucoup échangé avec d’autres municipalités, il fallait adapter une ville pas facile. Pour cela, on a crée des « cellules urbaines » avec des rues dédiées aux véhicules privés, d’autres réservés en priorité aux vélos. » Barcelone compte également quelques ambassadeurs de choix, à l’image de Vida Bike qui propose des visites insolites de Barcelone en trike et vélo couché pour voir la ville autrement, sûrement un premier pas pour se mettre ensuite au vélo en ville.

Nantes

Vélos couchés dans la parade à vélo de Nantes@GClastres

Des freins que l’on voudrait dépasser….

Il n’en reste pas moins que la route est encore longue et que tout n’est pas toujours facile pour les tenants du vélo en ville. Anthropologue urbaine, fondatrice de bfluid en Suisse, Sonia Lavadinho invite à réfléchir sur la lenteur. Les villes prévoient-t-elles des infrastructures pour les personnes qui veulent aller lentement ? Car, comme le précise Christophe Najdovski, « la rue n’est pas qu’une route, qu’un tube, l’enjeu de la ville 30, c’est aussi la ville partagée ». Et pour cela, il faut prendre conscience que les villes sont aussi des êtres vivants. Des êtres vivants parfois compliqués à contrôler quand pour le vélo, il faut aussi anticiper ce que veulent les gens, le plus souvent demandeurs d’infrastructures pour la vie, la rencontre, le lien social. En outre, il faut penser à sécuriser l’ensemble des réseaux, faire en sorte qu’il y ait une meilleure cohabitation entre voiture et vélo, aider à circuler mais aussi à stationner, sans oublier le stockage des vélos dans des villes comme Paris où les immeubles n’ont souvent pas de local prévu. Les problèmes sont multiples mais il faut aller au-delà. Et comme le dit avec malice Sonia Lavadinho, il faut combattre les raideurs de l’administration et des technocrates qui bloquent systématiquement les initiatives par des « Impossible » pour passer au « Possible », poser un regard différent sur la ville. Paul de Rook a cette image parlante : Aujourd’hui, si l’on dessinait une maison à l’image d’une ville, on aurait une immense porte, une toute petite cuisine coincée au fond contre une minuscule salle de bain… Bref, il faut repenser la ville. Alors, certes, il y a encore du travail mais les choses changent, à l’image des plans d’urbanisme qui, en France, oblige à présent toute nouvelle construction à se doter d’un local à vélo. La chaine est en marche, reste à la rendre incassable !

Vélos couchés

Parade à vélo de Nantes@GClastres

 

Ville durable

Conférence Ville durable à vélo à la Cité des Congrès de Nantes@G.Clastres

—————————-

 


Le Vélo en ville, un mode de vie durable sous les sunlights de Velo-City Nantes ! | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

L'arbre à voyages vous emmène en vélo en Sicile et flaner en Mercantour L'arbre à voyages c'est évidemment un de nos partenaires privilégiés : une belle histoire humaine qui se retranscrit dans des voyages vrais,...

Quelques astuces pour rendre son voyage au Sri Lanka plus responsable Vous songez à vos prochaines vacances au soleil ? Vous avez envie de nature, de dépaysement, de rencontres authentiques et pourquoi pas d’un agréable...

Rencontre avec Fabienne Doering, directrice générale adjointe de Seine-et-Marne Tourisme [caption id="attachment_33767" align="alignleft" width="133"] Fabienne Doering@DR[/caption] Intervenante de la table ronde...

L’été s’annonce serein pour le tourisme responsable L’association ATD et le cabinet d’ingénierie marketing en tourisme durable ID-Tourism viennent de rendre publique une étude portant sur les grandes tendances...

Choisir sa destination Agir pour un tourisme durable : choisir sa destination...

Solidream (le retour) : « Les œuvres du Pamir »… Après ce fabuleux tour du monde à vélo de 3 ans qui nous les avait fait connaître, les trois amis d’enfance devenus globe-trotteurs ont décidé, pour ce second...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Ou comment la petite reine est en train de devenir grande…

bynativ est la communauté des agences locales pour votre voyage sur mesure
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda