#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

Vous avez fait de l’écovolontariat avant même que le terme ne soit connu du grand public. Dans quel contexte étiez-vous ?

| 20 juillet 2009 • Mis à jour le 20.07.2009 à 15h50
         

Tourisme des régions polaireLaurence Girard : J’ai fait des études dans le tourisme. A la fin de mon cursus, j’ai choisi d’étudier l’impact du tourisme sur l’environnement dans les régions polaires. J’ai participé à plusieurs expéditions, notamment avec le CIFFEN. A l’époque, nous parlions de voyage naturaliste. C’est là que, sans le savoir, j’ai fait de l’écovolontariat.  En tant que non spécialiste, j’ai pu travailler auprès de scientifiques. J’étais leur petite main. Ce fut une grande expérience lors de laquelle un pont reliait les sciences pures et humaines.

Cette expérience polaire auprès de scientifiques a-t-elle été un événement déclencheur ?

Laurence Girard : Oui, pouvoir approcher de cette façon le monde de la recherche et participer à des projets était la concrétisation d’un rêve. Après la fermeture du CIFFEN, nous étions une petite équipe de quatre personnes à vouloir continuer à vivre de telles expériences et surtout, nous souhaitions donner la possibilité à un large public d’apporter également leur aide aux chercheurs. C’est ainsi qu’est née l’association Saïga, et A Pas de Loup.

LES AUTRES ARTICLES DE CE DOSSIER


Vous avez fait de l’écovolontariat avant même que le terme ne soit connu du grand public. Dans quel contexte étiez-vous ? | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Rédaction Voyageons-Autrement

Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :

Laurence Girard

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda