#TourismeDurable
10 ANS DE TOURISME DURABLE

Larguez les amarres avec Sandrine Mercier et Michel Fonovich !

| 16 novembre 2012 • Mis à jour le 16.11.2012 à 10h06
         

Ils ont fait le Tour du MondePourquoi ne pas partir autour du monde ? Impossible ? Pas forcément. Ils sont 32 à l’avoir fait et à vous le raconter grâce à la plume habile de deux spécialistes du voyage, Sandrine et Michel. L’une est déjà un peu connue de nos lecteurs et a l’habitude d’écouter les aventuriers voyageurs puisqu’elle a officié pendant plus de 15 ans sur les ondes de France Inter en guise d’oreille du monde. L’autre se cache souvent entre les lignes des guides de voyage et des reportages au bout de la planète. Tous deux sont à présent aux mannettes d’A/R, un magazine sur le voyage pas comme les autres. Retour avec Sandrine sur un ouvrage qui donne l’envie et l’élan de se lancer à son tour dans l’aventure…

VA/ Avez-vous déjà fait un tour du monde ?

Oui, c’était il y a vingt ans, en 1992. Je travaillais alors chez Danone et n’étais pas toujours heureuse à la perspective de fermer des usines. Ce n’était pas vraiment mon choix de vie et peu à peu, je mettais de l’argent de côté. Un jour, j’en ai eu ma claque. J’ai démissionné et je suis partie faire le tour du monde. J’avais besoin d’être seule, loin de ma famille, de tout poser, mon mec, mon travail,  je voulais « voir clair en moi », être libre pour décider ensuite de ce que j’allais vivre après. J’avais 27 ans. Une forme de crise d’adolescence.

St Jean dee Monts

Sandrine Mercier @G.Clastres

VA/ Quel pays as-tu alors traversé ?

Je suis d’abord allée à New York. Je rêvais des USA. J’avais lu Kérouac… J’ai traversé le pays en bus, en stop. J’ai loué une voiture. Je suis restée un moment dans le Colorado, à Los Angeles. Puis, je suis partie à Tahiti. Je rêvais de faire de la voile et j’ai cherché un voilier. J’ai alors mis le cap pour Hawaï mais en route, mon compagnon de voile a eu une hernie et nous avons du nous arrêter aux Marquises. J’ai passé douze jours de pleine mer et suis finalement rentrée en cargo’s stop sur Tahiti. Ensuite, j’ai viré vers la Nouvelle-Zélande où je suis restée six mois. J’ai adoré ce pays. C’est d’ailleurs à ce moment là que l’idée de travailler pour la radio est née. J’avais amené un enregistreur pour capter les sons, forme de carnet sonore. J’ai ensuite retrouvé Michel (Fonovich) à Jakarta. Nous avons continué à deux pour un tour d’Asie qui nous a fait passer par la Malaisie, le Vietnam, le Laos et retour !

VA / Dans le livre que vous venez d’écrire à quatre mains, as-tu retrouvé des images ou impressions de ton propre tour du monde ?

Oui et non. Quand je suis partie. L’idée était vraiment de me déconnecter, me retrouver seule avec moi-même, que personne ne sache où je suis. Aujourd’hui, quand les gens partent, ils ont besoin d’être proches. Et, de fait, par internet, les blogs, ils sont loin mais restent proches.

VA / C’est le cas de vos 32 blog-trotters ?

Seuls deux/trois n’ont pas tenus de blogs. Les autres en ont tous crée un pour rester en lien mais aussi, pour rassurer les proches restés sur place. Aujourd’hui, il faut une mentalité d’acier pour ne pas être raccordé. Il est tellement facile d’aller dans un cybercafé. En outre, de nombreux blogs ont une dimension créative et laissent à voir des moments de vie. Ainsi, les gens se sentent un peu reporters, mettent à disposition leur journal intime.

VA/ Comment avez-vous fait pour sélectionner ces 32 portraits ?

On ne voulait pas d’aventuriers professionnels. L’idée était d’ouvrir au maximum, des bébés jusqu’aux personnes de 80 ans. Des personnes qui, à un moment, ont fait le choix de partir pour échapper à la routine, sortir de la société de consommation, se remettre d’une maladie, se fabriquer des souvenirs de couple, trouver un sens dans une aventure… Tous sont revenus. Il ne s’agit que d’histoires récentes qui ont moins de cinq ans. On a ainsi des fanas de skis qui sont allés tester toutes les neiges du monde, du Japon en passant par Chypre ou les USA. Ils ont failli mourir de froid en route… D’autres ont fait le tour des fermes du monde en woofing. En rentrant, ils ont construits une maison bioclimatique à énergie passive. Au fil de leur voyage, du Japon au Canada, ils avaient glané des techniques et des idées. On a aussi eu des tours du monde en famille à vélo, un tour de Chine à cheval, certains se sont concentrés sur un continent, des jeunes à la sortie de leur étude en ont profité pour partir une année…

Alize St Reine

La feuille retombe toujours auprès de l’arbre @G.Clastres

 

VA / Quel serait celui que tu qualifierais de plus original ?

Un pilote de ligne que j’avais reçu sur France Inter il y a trois ans. Il travaillait alors pour Air-France et faisait régulièrement la rotation Paris-Canton. Un jour, il a réalisé à quel point il « survolait » les pays et a décidé de faire la même chose par voie terrestre. Il a pris une année sabbatique, un aller pour Canton… et est rentré à vélo sur Paris en suivant le tracé le plus proche possible de la ligne aérienne. Il a mis entre 5 et 6 mois et est arrivé en vélo à Roissy avec une autorisation spéciale. Il a même été accueilli en personne par Gérard Feldzer et ses collègues d’Air France. Une expérience hors du commun.

VA/ Le livre raconte-il aussi l’après voyage ?

Oui, on raconte comment ces personnes ont préparé leur voyage, le voyage bien sûr, mais aussi le retour et comment ce retour a été vécu, les lignes qui ont bougé. On peut dire d’une façon générale qu’au retour, beaucoup vivent moins dans la consommation, dans le matériel. Ils ont été confronté à un certain dénuement et prolongent un temps ce mode de vie. Une famille de Belges m’a ainsi dit : « Cela fait six mois qu’on est là mais on n’a pas sorti les cartons. On vit avec une poêle. On n’a pas envie de voir ce qu’on avait avant. ». Beaucoup sont plus sensibilisés à la beauté de la planète et vivent plus proche des gens.

VA/ Des cas de vies qui changent du tout au tout après le voyage ?

Oui, une orthophoniste et un commercial qui suite au voyage, se sont mis dans l’association « Robinson des glaces ». Lui essaie d’être réalisateur et de s’investir dans l’environnement. Ils font des déplacements dans les écoles pour témoigner et raconter ce qui se passe au niveau des pôles. Il y a aussi cet ancien patron de jeux en réseau qui a vendu son café pour partir en voyage. Il a fait de la plongée sous-marine, le tour de l’Inde en moto, du voilier-stop entre le Brésil et les Antilles, a testé plein de choses. Et là, au retour, il s’est acheté un bateau sur lequel il va vivre. Un autre cas, ce chef de projet automobile qui a essayé à son retour de monter une société conseil « Energies Renouvelables ». Il voudrait travailler pour les énergies durables, que son travail aide la planète. Sinon, la plupart ont retrouvé leur profession habituelle.

—————————————

EN SAVOIR PLUS

Ils ont fait le tour du monde, Sandrine Mercier et Michel Fonovich. La Martinière. 2012.

L’ouvrage est illustré par les photos de ces « voyageurs », heureux de participer à cette aventure, façon aussi de transmettre ce qu’ils ont vécu. Il s’achève par une vingtaine de pages pratiques, une mine d’infos et des conseils avisés pour larguer à son tour les amarres. L’idée : donner des ailes à d’autres ou inciter des copains à faire le tour du monde.

 

 

 

 

 

 


Larguez les amarres avec Sandrine Mercier et Michel Fonovich ! | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Retour enjoué sur le MAP 2012 Bilan du MAP 2012 pour VA. Et consort...

Larguez les amarres avec Sandrine Mercier et Michel Fonovich ! Pourquoi ne pas partir autour du monde ? Impossible ? Pas forcément. Ils sont 32 à l’avoir fait et à vous le raconter grâce à la plume habile de deux...

Programme JMTR 2012 Vendredi 1er juin 2012 - Conseil régional d’Île-de-France, Paris 7ème Journée animée par Sandrine Mercier (Journaliste - Magazine A/R)...

1er Juin 2011 - 5ème édition de la Journée Mondiale pour un Tourisme Responsable à Paris avec pour thème de cette nouvelle édition :« Tourisme Durable : quelles garanties ? »...

Les îles, laboratoire du tourisme durable? Retour sur la JMTR du 3 juin 2013...

Ils sont partis vivre ailleurs utant de destins qui ont un jour basculé vers l’ailleurs et qui se racontent en 28 portraits dans un ouvrage qui résonne comme un marche-pied vers le grand saut....

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda