#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

La sphère d’influence du voyage responsable

| 18 décembre 2012 • Mis à jour le 18.12.2012 à 8h24
         

Partir en voyage, c’est participer à l’économie du tourisme. Le transport, l’hôtellerie, la restauration, l’artisanat et le commerce, et les guides. Une personne qui décide de partir en prenant soin de choisir les moyens les plus écologiques et solidaires influence une sphère plus large. C’est en résumé la conférence sur le tourisme et les territoires qui se déroulait lors du FNTR 2012.

Sylvain Salaméro lors de la conférence Tourisme et Territoires.

 

La réaction en chaîne du tourisme responsable

Une personne qui choisit de se rendre dans une auberge reconnue comme écologique, va pousser cette auberge à être toujours plus responsable. Les aubergistes vont commander des produits locaux et bio à leurs voisins. Le touriste qui décide de visiter une région en vélo ou à cheval va permettre à ce type de tourisme de se développer et ainsi de suite. Plus on voyage responsable, plus le tourisme responsable se développe et plus les acteurs d’un territoire se tournent vers des offres écotouristiques. « L’exemple des lauréats des trophées du tourisme responsable de 2007 prouve que les entreprises lauréates ont continué l’écotourisme, en influençant largement les acteurs locaux, les fournisseurs, les collectivités territoriales, la clientèle… » explique Alain Laurent, président de l’association Ter_Res.

L’exemple des caravanes chamelières de Djibouti

« C’est la responsabilité d’une entreprise de prendre en compte la sphère extérieure d’un acteur du tourisme durable. Partant du privé, le tourisme durable fait effet levier sur la lutte contre la pauvreté » assure le conférencier. Il prend alors l’exemple des caravanes chamelières aménagées à Djibouti. « Chaque famille a bénéficié des retombées économiques, les boutiques ont de nouveau fait crédit, la solidarité est née dans le village, l’élevage camelin a repris, le niveau de compétence a augmenté, les habitants ont travaillé de manière plus collective…. ».

Influencer localement, et pas qu’au bout du monde

Plus proche de nous, dans les Pyrénées, Sylvain Salaméro est un exemple de cette influence que peut avoir le tourisme responsable. Doctorant en tourisme comme vecteur de développement, le fondateur du centre équestre du Soularac réfléchit sur ces questions. « Nous faisions de l’écotourisme sans même le savoir, il nous fallait affiner nos pratiques. La culture ariègeoise est relativement restée, dû à ce territoire très sauvage, avec peu de touristes. La tradition de la transhumance apporte une dimension collective très forte. »

Clovis Challamel et Sylvain Salaméro, fondateur du centre équestre du Soularac, et membres du réseau Trek etic.

 

Des chevaux de Merens pour trotter dans les Pyrénées

Déjà dans le choix de proposer des voyages à cheval, Sylvain Salaméro s’inscrit dans la tradition pyrénéenne. Ce voyagiste utilise des chevaux de Merens, race typique de la région et donc tout à fait adaptés à ce territoire. Il emmène ses visiteurs chez les producteurs locaux. « Les producteurs locaux, on les connaît, on vit sur ce territoire. Ma viande vient de chez mon voisin ! Nous utilisons des animaux de bât pour le portage, nous prenons soin de la gestion de l’eau et des déchets, nous avons une centrale photovoltaïque … Le centre du Soularac est lauréat des trophées du tourisme responsable – Bol d’air en 2011 » détaille Sylvain Salaméro.

“Quelle traçabilité du tourisme sur un territoire?”

« Il me semble que l’activité touristique est capable de catalyser ses effets, elle est productrice d’effets. Nous pouvons évaluer les effets directs et indirects. Il faut se demander quelle est la traçabilité du tourisme sur un territoire » questionne Alain Laurent. Voyager, ce n’est pas un choix à faire à la légère, ces choix laisseront une empreinte, et pas que carbone, alors autant faire en sorte que cette trace soit positive pour les populations, pour l’environnement.

Le tourisme responsable selon Sylvain Salaméro

“Le tourisme responsable n’a pas vraiment de définition gravée dans le marbre. Ceci étant, tout le monde s’accorde à considérer que le tourisme responsable est une alternative au tourisme de masse. Selon moi, la responsabilité implique une prise de conscience, par les différents acteurs, des impacts positifs et négatifs des  activités de tourisme ou de loisir sur un territoire. Le tourisme responsable est donc une forme de tourisme englobant des formes de tourismes alternatives qui mettent en place des pratiques respectueuses de l’environnement naturel et culturel et qui participent de manière éthique au développement des territoires.”

En savoir plus : Le centre équestre du Soularac – Cheval en Pyrénées sur VA, ou sur leur site internet http://www.cheval-en-pyrenees.com/

La définition du Tourisme Responsable par Alain Laurent lors du FNTR 2010.

vve-ecotourisme.com : des voyages, séjours et randonnées du premier réseau national d’écotourisme

La Route des Voyages partenaire de la couverture du FNTR 2012


La sphère d’influence du voyage responsable | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Aurélia Dumté
Journaliste, photographe à certaines heures du jour et de la nuit, marcheuse au rythme des papillons et des plumes qui jalonnent mon sentier, j'aime rencontrer les gens, d'ici, de plus loin, ce qui font des petites choses, ceux qui en font des grandes.
Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Sites écotouristiques et acteurs de l'écotourisme au Benin Sites écotouristiques et acteurs de l'écotourisme au Benin...

Projets et acteurs du Tourisme Responsable au Laos plusieurs projets, sites et acteurs de tourisme responsable au Laos....

Brèves FDC#3 ... en trois ou quatre phrases vous donner une information très concise - FDC#3...

La mangrove : une fôret "les pieds dans la mer" Mangrove est une formation végétale caractéristique des littoraux marins tropicaux...

“Le Mexique est un pays aux mille facettes !” Le 3 février 2011 a été officiellement lancée l’année du Mexique en France....

Céline Arnal : "Bien choisir son projet d'écovolontariat" Bien choisir son projet d'écovolontariat...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :

Forum National du Tourisme Responsable 2012

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda