#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

Jean-François Rial et VDM engagés avec UNITAID

| 26 juillet 2010 • Mis à jour le 29.07.2010 à 12h43
         

9 – Présentez-nous votre action au sein d’Unitaid ?

Unis pour soigner Jean-François Rial : En premier lieu, je rappelle qu’UNITAID est une organisation internationale hébergée aux Nations Unies via l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Le conseil d’administration se compose donc d’états comme la France, le Chili, l’Afrique du sud, la Norvège, la Grande-Bretagne, etc.

Quant à moi, je suis le président d’une association qui soutient Unitaid et ses dérivés, c’est-à-dire tout ce qui touche aux financements innovants, soit trouver des ressources budgétaires pour l’aide au développement en dehors des contributions étatiques. Et donc, de ce point de vu là, je soutiens toujours Unitaid en les aidant lorsqu’un nouveau pays envisage de mettre en application la taxe sur les billets d’avion. Le Japon l’envisage d’ailleurs de façon très sérieuse et j’ai un voyage prévu là bas au mois d’octobre pour aller voir les autorités gouvernementales et leur expliquer pourquoi contrairement à ce que leur industrie touristique raconte, cela n’aura pas d’impact sur leur activité. Sur ce point, en tant que voyagiste, je suis évidemment très crédible. Par le passé, j’ai fait les mêmes démarches avec le Portugal et la Russie.

Taxe de solidarité Par ailleurs, pour les pays qui ne veulent pas mettre en place la taxe sur les billets d’avion, on a lancé un autre projet depuis un an et demi, la contribution volontaire sur les billets d’avion (Massif Good). Par exemple, à l’instar de ce que Voyageurs avait proposé pour le CO2, un voyageur en Espagne acceptera de payer 2 € de plus sur son billet d’avion. Pour l’instant le démarrage est mitigé. Le système technique marche très bien. Il a été mis en place par tous les GDS (logiciel de réservation) dans le monde entier. On a réussi à fédérer l’industrie privée de façon incroyable. Mais, un peu comme la contribution volontaire sur le carbone, on a collecté uniquement 200 000 € de dons, ce qui n’est pas suffisant pour financer le projet. Cela reste un démarrage et il est donc encore un peu tôt pour juger.

– Pouvez vous donner quelques chiffres sur Unitaid ?
Jean-François Rial : Unitaid représente aujourd’hui 400 millions de dollars de revenus par an. Je parle là de la partie taxe gérée au sein de l’organisation internationale, or contribution volontaire*. C’est 5% de frais de gestion, donc un taux assez faible. Avec l’argent collecté, Unitaid achète des médicaments à bas prix en négociant très fort avec les grands laboratoires pharmaceutiques mondiaux sur les trois fléaux que sont le sida, la tuberculose et la malaria, le sida étant le plus important.

Unitaid choisit ensuite les meilleures ONG terrain, très fortes sur ces sujets là, pour assumer la distribution des médicaments et assurer tout ce qui tourne autour, soit la prévention, la formation, le suivi, etc. Et pour donner un seul chiffre, un chiffre très spectaculaire. Aujourd’hui, 600 000 enfants sont malades du sida dans le monde. Il n’y a pas de médicaments pour les soigner tout simplement parce qu’il n’y a pas de marché. Pourquoi ? Parce qu’en Europe, on a trouvé un médicament qui ne coûte presque rien pour une mère malade du sida, un médicament qui empêche son enfant d’avoir le sida. Et aujourd’hui, dans les pays du nord, personne n’accouche avec un enfant malade du sida, personne.
Mais dans les pays du sud, où le médicament n’est pas donné parce qu’il n’est pas acheminé pour des raisons logistiques et financières, des milliers d’enfants naissent encore porteurs du sida. Le fameux médicament pour la mère coûte à peine un dollar, juste un dollar. Unitaid a donc fait fabriquer un médicament spécifique pour ces enfants, dosé pour eux, en une seule capsule. Au lieu d’avoir la trithérapie ou la quadrithérapie surdosées pour les adultes qui est une catastrophe en terme sanitaire, Unitaid a fait fabriquer un médicament adapté, packagé, unique, pour les enfants, en développant la technique du « pat and pull », c’est-à-dire qu’on a mis d’accord des entreprises pharmaceutiques privés pour se mettre ensemble sur des brevets différents. C’est unique au monde. Hé bien avec ça, Unitaid soigne 100 000 enfants par an du sida, sur un total de soignés dans le monde de seulement 130 000.

Donc aujourd’hui, Unitaid soigne les ¾ des enfants soignés du sida dans le monde. Il en reste néanmoins 470 000 qu’il faut financer, d’où l’intérêt de nouvelles idées et de nouveaux financements innovants comme la contribution volontaire sur les billets d’avion ou d’une taxe sur les transactions financières, sur les SMS, sur les jeux en ligne ou sur les crédits carbone pour ceux qui ont des crédits carbone positifs pour financer cette aide au développement. C’est un sujet passionnant sur lequel je réfléchis tout le temps avec quelques personnes très brillantes dans le monde entier, soit : qu’est-ce qu’on va pouvoir trouver comme ressources financières pour assumer ce que l’on appelle les biens publics mondiaux, la santé, l’éducation, l’eau potable pour tous, etc.

– Et comment expliquer qu’Unitaid soit si peu connu du grand public ?
Présentation de la contribution citoyenne volontaireJean-François Rial : Unitaid est peu connu du public parce qu’il n’a pas un budget de communication très élevé, ce qui est d’ailleurs assez légitime. Est-ce que l’on va aller dépenser de l’argent pour communiquer alors qu’avec cet argent, on peut acheter des médicaments pour soigner les gens. Je pense néanmoins qu’Unitaid est très connu au niveau des états, des gouvernements, des nations unies parce que c’est le seul exemple de financement innovant, avec les films britanniques, mais là il s’agit surtout d’une technique financière d’emprunts et non de création d’une nouvelle ressource.
Unitaid a quand même collecté plus d’un milliard et demi de dollars depuis sa création avec cette fameuse taxe sur les billets d’avion du président Chirac et du président Lulla qui s’étend aujourd’hui à une trentaine de pays. Ce n’est pas suffisant mais c’est un début. Et surtout, je pense qu’une organisation étatique, onusienne, n’est pas très armée pour se faire connaître.

Jean-François Rial :  En plus, en France, cette association est présidée par Philippe Douste-Blazy qui n’est pas très aimé pour un tas de raison, ce qui ne facilite pas les choses. Il y a malgré tout de nombreux articles qui sortent régulièrement sur Unitaid, de la publicité pour remercier tous les gens qui ont voyagé grâce aux Aéroports de Paris et Air France qui ont particulièrement joué le jeu. D’autant que la France à elle seule finance 40 % de ce budget annuel. Il s’agit du pays le plus engagé sur la taxe. Mais cela reste, c’est vrai, parfaitement inconnu du grand public.
C’est dommage mais on constate que les grands sujets comme les Objectifs du Millénaire, les Biens publics mondiaux,…, ne sont pas non plus des sujets connus du grand public parce que les politiques qui en sont en charge parlent plus de sujets qui intéressent le quotidien des Français ou du village ou de la ville que de ces grands sujets internationaux qui, pour moi, sont plus cruciaux mais qui globalement ne sont pas très porteurs en terme de voix électorales.

Voir Aussi :
L’interview en vidéo de Philippe Douste Blazy et Jean François Rial

*Pour plus d’informations, consulter le rapport annuel d’Unitaid sur internet.


Jean-François Rial et VDM engagés avec UNITAID | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Rédaction Voyageons-Autrement

Facebook

Découvrez nos abonnements

Les commentaires sont fermés.

Informations utiles pour voyager

Tous Unis pour Aider avec une citoyenneté mondiale 30 pays se sont déjà engagés à mettre en œuvre une contribution de solidarité sur les billets d'avion essentiellement consacrée au financement d'UNITAID....

Unit Aid - Interview de Philippe Douste Blazy et Jean François Rial (président de Voyageur du Monde) par M.Kassovitz L'initiative de Unit Aid s'inspire des expériences de financements alternatif non soumis aux...

Jean-François Rial et VDM engagés avec UNITAID Jean-François Rial : En premier lieu, je rappelle qu'Unitaid est une organisation internationale hébergée aux Nations Unies via l'OMS (Organisation Mondiale de la...

Voyageurs du Monde - Des engagements responsables souvent pionniers Voyageurs du Monde est un TO qui s'engage dans des actions de réduction et de compensation des emissions de CO2 et d'équité Nord/sud...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :

Jean-François Rial

La feuille de chou du tourisme durable
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda