#TourismeDurable
bynativ est la communauté des agences locales pour votre voyage sur mesure

Le Tourisme Responsable par VDM : Ne pas faire des voyages à n’importe quel prix, ni à n’importe quelles conditions !

| 26 juillet 2010 • Mis à jour le 03.08.2010 à 8h46
         

2- A quel moment avez-vous commencé à réfléchir à un tourisme plus responsable ?

Jean-François Rial : Je dirais qu’on a réfléchi à ça, naturellement, pratiquement depuis le début. Après, c’est un problème de progression et d’étapes. Au départ, le sujet le plus crucial pour nous a été la politique sociale de l’entreprise, que l’équipe soit correcte pour un travail valorisant et motivant. Puis, progressivement, on est entré dans une démarche consistant à faire en sorte de rendre les voyages plus soucieux de la durabilité et de l’ensemble des populations visitées, d’utiliser correctement les ressources naturelles et enfin, de maximiser les retombées nord-sud, surtout dans les pays les plus démunis.

– Quelles sont les actions concrètes engagées par VDM en matière de tourisme solidaire ?
Jean-François Rial : Je vais plutôt utiliser le terme de tourisme responsable parce qu’à mon sens, solidaire renvoie à autre chose. Voyageurs Du Monde (VDM) n’est pas une ONG. C’est une entreprise normale qui a pour objectif de faire du profit. En revanche, VDM ne veut pas faire des voyages à n’importe quel prix ni à n’importe quelles conditions. Pour l’illustrer sans faire la liste de l’ensemble des mesures adoptées ces dernières années*, je vais vous donner trois ou quatre exemples forts.

Logo de ATRJean-François Rial : Déjà, nous sommes inscrits dans une démarche de labellisation. Il existe aujourd’hui en France un label qui s’appelle Agir pour un Tourisme Responsable (ATR), certifié et validé par l’AFNOR, un label qui est d’abord un contenu d’informations et de sensibilisation auprès des clients. Il possède quelques éléments d’actions concrètes sur le terrain mais ce n’est pas là-dessus que ce label est le plus costaud. Nous avons commencé courant 2007 cette démarche de labellisation et certification avec ATR, ce qui a permis en particulier à l’entreprise de progresser, de sensibiliser ses collaborateurs et ses clients. Nous avons été certifiés en 2008 et pour la troisième année, nous sommes confirmés dans cette certification. Aujourd’hui, une dizaine de voyagistes sont ainsi certifiés ATR.

– Le fait d’être confirmé fait référence à l’audit annuel réalisé par l’AFNOR pour les voyagistes labélisés ?
certification Tourisme Responsable ATRJean-François Rial : Tout à fait, cela fait deux fois de suite que nous sommes confirmés. On vient de l’être au mois de juillet.

– En quoi consiste cet audit annuel ?
Jean-François Rial : Il consiste en deux choses. Déjà, vérifier que l’on respecte bien les critères du label mais aussi, vérifier que les engagements de progression qu’on s’est engagé à faire sont effectifs.
Par exemple, au départ, la démarche ATR vise tout autant les engagements des réceptifs, soit les agents de voyage locaux, nos partenaires, qui s’engagent avec nous à respecter un certain nombre de choses…
A Voyageurs, on a voulu aller plus loin en faisant tout un travail d’information sur les hôtels, un travail délirant car nous travaillons avec près de 5 000 hôtels, puisqu’on fait du voyage sur mesure. Et donc, on s’engage à progresser sur le nombre d’hôtels  et sur le contenu de l’information que l’on collecte.

– Qui collecte ces informations et de quoi s’agit-il précisément ?

Jean-François Rial : C’est nous, nos équipes, les réceptifs et nos conseillers qui collectent cette information. Tous ceux que j’appelle des référents. Un référent, chez nous, c’est quelqu’un qui s’occupe d’un pays en particulier. Nous n’avons pas de chef de produit. J’ai banni ce mot parce que je le trouve inadapté au monde d’aujourd’hui, surtout pour le voyage sur mesure où l’on produit avant tout ce que le client nous demande. Il n’y a pas de produit catalogue et on choisit son produit. Ca c’est du tourisme ringard. Nous, le produit, c’est celui que le client veut. Donc il est différent pour chaque personne, de la découverte des ethnies au fin fond de villages reculées à la vie sociale et culturelle du pays. Chacun son goût et son style. Et ce sont nos référents, souvent des gens originaires du pays, nos conseillers, qui, en synergie avec les clients qui reviennent, récupèrent l’info.

– Pour revenir sur l’audit ATR, comment se fait la vérification concrète du respect des critères ?

Jean-François Rial : En fait, on est obligé d’apporter des preuves. C’est un des grands outils de l’AFNOR, parfois très agaçant d’ailleurs, certaines demandes n’ont pas beaucoup de sens, mais c’est la règle. C’est-à-dire que par exemple, nous devons avoir diffusé à nos clients qui partent ce que l’on appelle la fiche environnementale type du pays.

– Donc de la sensibilisation client pure ?

Jean-François Rial : Mais nous devons leur dire précisément dans tel pays il y a tel problème, telle chose qui marche, etc. Et nous devons prouver que nous avons donné cette information à nos clients. Et ainsi de suite pour un tas de choses. C’est-à-dire qu’il y a des critères, des engagements, et ensuite nous devons prouver le respect de ces engagements. On ne doit pas se contenter de l’avoir fait.

–  Cela peut être vérifier les fiches de paie des salaires des réceptifs ?voyageurs du monde

Jean-François Rial : Il n’y a rien de prévu sur le salaire des réceptifs. C’est une illusion qui trompe tout le monde mais qui n’existe pas. Il n’y pas de normes salariales prévues par ATR sur les pays pour les réceptifs ou nulle part ailleurs. Il n’y a que sur le Maroc où il existe quelques normes salariales. Nous, on pousse pour qu’il y ait beaucoup plus d’informations de ce type mais on n’est pas toujours suivi par les membres d’ATR. Donc plutôt que d’aller au clash, on tâche d’y aller de façon progressive, mais cette notion là n’existe pas dans le référentiel.

* Pour une vision plus complète, lire la brochure UNIVERS édité par Voyageurs du Monde et qui reprend toutes les informations sur le groupe et sa philosophie.


Le Tourisme Responsable par VDM : Ne pas faire des voyages à n’importe quel prix, ni à n’importe quelles conditions ! | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Rédaction Voyageons-Autrement

Facebook

Découvrez nos abonnements

Les commentaires sont fermés.

Informations utiles pour voyager

Jardins en permaculture, canards Coureur Indien, vaches Highland… ainsi que les jardins en permaculture, canards Coureur Indien, vaches Highland … en Drôme Provençale entre Nyons (42km) et Die (52km)...

Accueil paysan Franche-Comté > Doubs Accueil Paysan dans un gîte en milieu rural, dans sa maison, à sa table ou à l'auberge, dans ses champs, parmi ses animaux, dans le paysage que son travail façonne Doubs Franche-Comté...

L'OMT joue un rôle central et décisif dans la promotion du développement du tourisme responsable L'Organisation mondiale du tourisme (OMT) joue un rôle central et décisif dans la promotion du tourisme durable...

La Bretagne confirme son engagement pour un tourisme durable De nombreux acteurs du tourisme breton se sont réunis à Vannes le mercredi 21 novembre, à l’initiative du CRT Bretagne et de l’Ademe, avec pour objectif...

Sans eau, pas de Tourisme… - une conclusion de la Journée Mondiale 2009 Conclusion de la Journée Mondiale pour un tourisme responsable 2009 : le tourisme oui mais pas toujours et pas partout et Sans Eau, pas...

Accueil paysan Centre > Indre Accueil Paysan dans un gîte en milieu rural, dans sa maison, à sa table ou à l'auberge, dans ses champs, parmi ses animaux, dans le paysage que son travail façonne Indre Centre...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :

Jean-François Rial

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda