#TourismeDurable
10 ANS DE TOURISME DURABLE

Impressions voyageuses : De Djibouti à Tadjourah

| 14 février 2013 • Mis à jour le 24.11.2013 à 10h04
Thèmatique :  Monde   Routes du Monde 
         

Nombreux sont les auteurs et artistes à avoir été tentés par l’aventure djiboutienne. Henri de Monfreid, Arthur Rimbaud, Albert Londres, Ryszard Kapuscinski, Hugo Pratt. Ils ont laissé l’ombre d’une maison, des récits d’aventures, des parfums de trafics et d’alliances sur les eaux de la mer Rouge… Toutefois, au-delà des souvenirs littéraires, au-delà aussi d’un destin militaire plus récent, Djibouti reste une terre qui marque le voyageur. Pris en tenaille entre mer et désert, on oscille en permanence entre les terres âpres et sèches et la douceur accueillante de fonds marins miraculeusement préservés. Dans cette dualité attachante, on bascule sans fin des nomades aux pêcheurs, des pierres abruptes aux sables fins, des dégradés d’ocres et de bruns à une profusion de couleurs issues des marchés, quand les tissus des femmes font échos à ces palais aquatiques parcourus de poissons multicolores. Retour sur une semaine d’impressions voyageuses.

Afar, yéménites, Issa

Femmes de Djibouti @G.Clastres

 

A peine descendu du ciel et déjà sur mer. L’Office de tourisme djiboutien nous a réservé un accueil somptueux : petit-déjeuner sur un boutre dans le golfe de Tadjourah. Sur place, l’ensemble de l’équipe nous accueille. Trois jeunes filles en costume traditionnel ont également été conviées. Elles représentent chacune l’un des trois principaux peuples qui composent la population djiboutienne.

Les Afars (ou Danakil) occupent principalement le nord du pays avec un territoire qui déborde également sur l’Ethiopie et l’Erythrée, le fameux « Triangle Afar ». Peuple nomade de pasteurs transhumants, ils vivent de l’élevage et au-delà de leur foi musulmane, fleurent quelque peu avec une certaine forme d’animisme : « on coupe les branches d’un arbre mais non l’arbre ». Les Issas sont concentrés au sud du pays et font partie, à l’instar des Issak ou Gadaboursi, des peuples somalis. Nomades mais aussi commerçants, ils sont souvent à la tête de petites affaires. Enfin, il y a les nombreux Yéménites implantés dans le pays depuis des siècles. Bâtisseurs, commerçants, pêcheurs, ils sont très bien intégrés dans le tissu local.

Vendeuse de khat

L’empire du khat @G.Clastres

 

Promenade dans les ruelles de Djibouti  et découverte du phénomène Qat (ou Khat), petit arbuste dont les feuilles sont consommées pour leur pouvoir stimulant. Une simple promenade à 14h dans les rues de Djibouti permet de prendre toute la mesure de la qat’s addiction. A chaque coin de rue, de petits étals revendent les bouquets de feuilles que les hommes se dépêchent de mastiquer longuement car si le qat ne provoque pas d’effet de manque, la dépendance est réelle.

Cabine téléphonique @G.Clastres

Cabine téléphonique @G.Clastres

 

En 1977, Djibouti quitte le giron français et devient indépendante, une indépendance loin de couper tous les liens avec la métropole. Aujourd’hui encore, presque tout le monde parle et comprend le français qui reste la langue enseignée à l’école avec l’arabe. Environ 2 000 militaires français sont toujours en poste dans le pays. Enfin, de grandes familles françaises ont tissé des liens commerciaux avec le pays et continuent à jouer un rôle important dans la vie local. Le tourisme intérieur s’est d’ailleurs bâti sur ces familles d’expatriés ou de résidents qui ont été les premiers à se rendre dans les campements pour échapper aux chaleurs estivales ou, tout simplement, pour découvrir un autre Djibouti.

Tadjourah la ville blanche @G.Clastres

Tadjourah la ville blanche @G.Clastres

 

Après une traversée du golfe de Tadjourah en bateau à moteur, nous arrivons à Tadjourah, dite aussi « la ville blanche » ou « la ville aux sept mosquées ». Ce gros bourg tranquille disputa longtemps la deuxième place à l’ancienne capitale Obock. Un petit tour de ville et de croiser un marché coloré, quelques lycéennes fringantes mais aussi et toujours, la langueur des jours qui s’étirent dans les cris des enfants, le désordre des chèvres, le ballet des percnoptères d’Egypte et l’ombre des bateaux échoués sur des plages reconvertis en terrain de jeu.

Marché de Tadjourah @G.Clastres

Marché de Tadjourah @G.Clastres

 

Sur le marché de Tadjourah on trouve des tissus colorés, enveloppants, autant de paravents pour fuir et chasser le soleil. Les femmes s’en couvrent le corps et ce qui est boubou à l’ouest devient diri à l’est. On trouve aussi des épices, des pois, des haricots, de l’encens et cette longue racine, l’aday, qui sert à la fois de dentifrice et de brosse à dent.

 

Awalé djiboutien @G.Clastres

Awalé djiboutien @G.Clastres

 

La matinée s’étire et sur la plage, plusieurs groupes d’hommes jouent au dabouda, une variante de l’awalé, un jeu traditionnel à l’instar du b(o)ub, du riyo, du kadhalis ou du shax. En 2008, un programme de sauvegarde et de préservation de ces jeux de sociétés ancestraux a permis d’identifier plusieurs maitres détenteurs de savoir, et de revaloriser ainsi un patrimoine menacé de disparition notamment du fait de l’intensification de l’exode rurale mais aussi de part la mondialisation.

JLCarli en tête de caravane @G.Clastres

JLCarli en tête de caravane @G.Clastres

 

 

 

 

Le temps file. Nous repartons. Direction Bankoualé à l’intérieur des terres. Le paysage change, s’assèche. Les regards s’affutent.

A SUIVRE…

 

——————————————-

L’AGENCE ALLIBERT EST NOTRE PARTENAIRE POUR LA REALISATION DE CE DOSSIER.

Prochain départ pour Djibouti : Le 28 février.Plus d’info sous ce lien.

Un itinéraire grandiose sur des terres qui ont fasciné artistes et aventuriers ! Henri de Monfreid, Joseph Kessel, Arthur Rimbaud… Sur la route des anciennes caravanes de sel afares, le lac Abbé et ses sources chaudes, l’immense lac salé Assal, au pied d’anciens volcans, la forêt primaire du Day, qui surplombe la baie turquoise de Tadjourah, jusqu’à la mer Rouge. Des paysages à couper le souffle !

——————————————-

Merci à toute l’équipe de l’Office de Tourisme Djiboutien, Omar, Habib et son directeur Mohamed Abdillahi Waiss pour son invitation à Djibouti.

Merci à Dominique Lommatzsch de l’association ADEN pour sa présence et ses éclairages passionnants et passionnés.

Merci à Houmed Ali de l’agence SAFAR qui nous a guidé et fait partager sa culture et ses engagements.

Merci à la Turkish Airlines et tout spécialement à Burcu Uresin pour son assistance et sa présence charmante et aidante.

Merci aux valeureux chauffeurs, Saïd et son équipe, toujours bon pied bon oeil malgré les heures de pistes difficiles.

Merci à Valérie Dekière et à toute l’équipe du Sheraton pour leur accueil à Djibouti ville.

 

 

 

 

 

 

 


Impressions voyageuses : De Djibouti à Tadjourah | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

La sphère d'influence du voyage responsable Partir en voyage, c'est participer à l'économie du tourisme. Le transport, l'hôtellerie, la restauration, l'artisanat et le commerce, et les guides. Une personne qui décide...

Plongée au cœur du Lagon Bleu de Djibouti Le soleil se couche sur l’île Musha, je suis avec Gassira et Hussein qui nous reçoivent dans l’écologde du Lagon Bleu. Sous l’eau, poissons chats, clowns, chirurgiens,...

Portfolio - Djibouti dans les yeux de Jean-Louis Carli Pour donner une nouvelle couleur à ces huit jours passés à Djibouti, Voyageons-Autrement a invité Jean-Louis Carli, jeune photographe talentueux, à nous offrir...

Du lac Assal au lac Abbé Deux flaques bleues perdues dans les terres. Deux phénomènes qui attirent et retiennent nomades et voyageurs. Le lac Assal et le lac Abbé semblent se disputer la fascination voyageuse. Le...

Ter_res et l'apprentissage continu Ter_res capitalise les expériences issues du terrain dans lesquelles les notions de territoire et les articulations entre acteurs...

Voyager autrement à Djibouti  « Djibouti n’est pas au bord de la mer. Elle est au bord du désert. C’est le secret de sa douce et irrémédiable folie : la ville est née de la mer, ses hommes appartiennent au désert. »* Et...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Voyager autrement à Djibouti

Aventure Écotourisme Québec
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda