#TourismeDurable
Aventure Écotourisme Québec

En quête de l’or blanc japonais – Carnet #1

| 14 mars 2018 • Mis à jour le 24.04.2018 à 6h10
Thèmatique :  Bons plans   Espaces protégés   Guides   Routes du Monde   Territoire 
         

Il est tout juste huit heures du matin à Tokyo lorsque notre vol de nuit depuis Londres se pose tout en douceur sur le tarmac de Haneda, un des aéroports de la mégalopole japonaise. Belle métaphore à ce début de voyage au pays du soleil levant, le disque solaire fait au même moment son apparition et monte progressivement dans le ciel, laissant apparaître un paysage de neige recouvrant le noir du bitume. Le ton est donné d’emblée, car le but de notre voyage est d’explorer à ski de randonnée les volcans et forêts du centre d’Hokkaïdo, l’île la plus septentrionale de l’archipel japonais.

L’arrivée sur Asahikawa dévoile un paysage de collines boisées.

A peine le temps d’absorber notre nouvel environnement japonais avec des yeux ébahis, nous reprenons un dernier vol reliant Tokyo à Asahikawa, la deuxième plus grande ville d’Hokkaïdo après Sapporo. La chaîne de volcans parcourant le centre de l’île est coiffée de nuages mais nous pouvons deviner des paysages de campagnes boisées et ondulées de collines. Tout semble baigner dans un océan de neige… Entourée des mers du Japon, d’Okhotsk et de l’océan Pacifique, l’île est le théâtre de cumuls records de neige. Chaque hiver, entre 10 et 15 mètres viennent s’y déposer. Les tempêtes sont fréquentes et les températures très froides, dues aux vents venus tout droit de Sibérie. Mais ce sont justement ces conditions qui font la particularité de cette neige, abondante mais d’une légèreté et stabilité exceptionnelles. Des skieurs du monde entier viennent goûter à cet or blanc dans lequel on glisse littéralement comme dans du coton. En compagnie d’Iraitz et d’Amaya, une nouvelle aventure de ski nous attend mais aussi une découverte culturelle fascinante. Le ski en guise d’introduction à un pays, la rencontre de locaux également passionnés: c’est maintenant au tour du Japon de se dévoiler à nous après avoir voyagé de la sorte dans des pays comme l’Islande, la Géorgie, l’Iran

A Biei, les personnes âgées participent activement au déneigement des rues chaque matin.

La fatigue du voyage et du décalage horaire se fait encore sentir mais après une première nuit de sommeil, nous avons tous les trois hâte de partir à la découverte du centre de l’île. Chose rare en ce mois de janvier, une journée de beau temps est annoncée. Nous fixons alors notre objectif du jour de randonner sur les flancs du volcan Asahidake au-dessus du couvert forestier car la visibilité nous permettra d’évoluer sans risques. Il fait aux alentours de -15 degrés lorsque nous mettons le nez en dehors de notre petit appartement du centre de Biei. Le froid est littéralement mordant, le fond de l’air glacial… C’est en faisant le trajet vers le volcan que nous nous rendons pleinement compte de ce que signifie l’hiver à Hokkaïdo. Sur les toits, entre les bâtiments, sur les bords des routes, partout où se pose le regard en fait, des quantités impressionnantes de neige se sont déposées au fil des semaines depuis l’entrée dans l’hiver. La conduite se fait à gauche au Japon et de chaque côté de la route à environ cent mètres d’intervalle, des poteaux coiffés de flèches qui se mettent parfois à clignoter viennent aider l’automobiliste dans ses repères… Car de nombreuses fois, c’est le vent fort qui se lève, souffle la neige et il est alors quasi impossible de s’orienter.

La route vers le majestueux volcan Asahidake, parsemée de flèches qui peuvent s’avérer fort utiles…

Nous filons sur les minces serpents blancs de route qui sillonnent la campagne japonaise. Petites bourgades, fermes et forêts parsèment le paysage et se succèdent. Les densités de population sont bien plus faibles que sur les autres îles de l’archipel et la circulation automobile est d’un calme absolu. A l’extrême opposé de certaines images que l’on peut avoir du Japon… L’île est recouverte aux deux tiers d’essences de conifères, de bouleaux. Au bout d’une trentaine de kilomètres, le majestueux mont Asahidake est en vue. Avec ses 2 290 mètres, c’est le point culminant de l’île. Il fait partie d’un groupe de volcans actifs qui occupent le centre d’Hokkaïdo, parmi lesquels les monts Tokachi, Tomuraushi et Daisetsuzan. Des fumeroles s’échappent du centre du cratère, ce qui rend l’ambiance encore plus fascinante.  Nous sommes impatients de nous en rapprocher à skis…

Première exploration à skis sur les flancs du volcan Asahidake.

Un petit téléphérique nous permet de monter au-dessus du couvert forestier. Nous nous empressons de nous équiper et de mettre les peaux de phoque sous nos skis car le froid est littéralement mordant. Quelques autres personnes, Japonais et étrangers, ont choisi la même option pour la journée. Nous remontons progressivement le flanc sud-est du volcan: quel paysage grandiose d’un cratère enneigé d’où s’échappent des fumeroles, avec une vue à 360° sur la plaine et les montagnes environnantes. Le vent devient de plus en plus fort sur les parties hautes et nous décidons de renoncer au sommet: d’une part la neige a été trop soufflée et d’autre part la température ressentie se situe peut-être aux alentours de -30°. Faire demi-tour est parfois une sage décision… Nous enchaînons quelques rotations dans la forêt où nous sommes plus abrités et reprenons la route vidés par le froid mais heureux de ces premières impressions de ski au Japon.  La suite de notre périple va nous amener ces prochains jours au coeur des fascinantes forêts du mont Tokachi…

Le magnifique temple shintoïste situé en face de notre logis.

LES AUTRES ARTICLES DE CE DOSSIER


En quête de l’or blanc japonais – Carnet #1 | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Vanessa Beucher
Photographe, journaliste & traductrice basée à la Grave dans le massif des Ecrins
Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Glenn Jampol, le jovial Artiste de l'écotourisme du Costa Rica [caption id="attachment_27039" align="alignleft" width="442"] Glenn Janpol, pionnier de l'écotourisme au Costa Rica[/caption] A l’image de son pays...

Il y a soixante ans Hiroshima... Il y a soixante ans, le 6 août 1945, une bombe atomique explose sur Hiroshima. En quelques secondes, la ville est entièrement détruite et 80 000 personnes sont tuées sur le coup....

L'Asie pour les petits et pour les grands Et si on s'évadait vers l'Asie ? En avion ? Trop polluant ! En train ? Trop long ! En bateau ? Trop remuant ! En voiture ? Trop compliqué ! Alors, en livre ! A la découverte...

“Le Mexique est un pays aux mille facettes !” Le 3 février 2011 a été officiellement lancée l’année du Mexique en France. Plus de 350 événements se dérouleront tout au long de cette année pour mieux faire connaître...

Nouvelle-Calédonie : cap sur le tourisme durable ! Après des décennies durant lesquels l’exploitation facile du nickel a freiné l’essor du tourisme, la Nouvelle-Calédonie semble bel et bien engagée sur la voie...

Informer et lutter contre le tourisme sexuel Réalisation d'un livret d'information pour les professionnels du tourisme, interventions au sein des écoles et dans les entreprises, création et mise à disposition d'un...

Vous êtes dans le dossier

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda