logo et baseline voyageons-autrement

Entretien avec Christian Brochier, président de l’association « Sur le Chemin de R.L.Stevenson »

| 24 novembre 2014 • Mis à jour le 25.11.2014 à 9h07
Thèmatique :  Acteur associatif   Initiative régionale 
         

Président de l’association « Sur le chemin de R.L Stevenson », Christian Brochier est aussi et surtout un acteur du territoire, avec quelques 41 ânes et ânesses qu’il loue en saison depuis plus de trente ans. Fortement impliqué dans l’association depuis sa création, il a œuvré pour que les 20 ans soit marqué par une belle fête réunissant tous les acteurs de l’association.

Les bougies des 20 ans de Stevenson

Lucile, Anne et Christian fête les 20 ans de l’association@GC

 VA/ Quel était l’objectif des 20 ans ?

Faire la fête, fêter nos 20 ans, car la fête est notre outil de convivialité et de rencontre. C’est central. Je reçois beaucoup de témoignages de personnes présentes qui ont fait de belles rencontres suite à ces trois jours, qui initient d’ores et déjà des projets communs. On a des choses à faire ensemble. Le premier soir, lors de la soirée d’inauguration, on a pu entendre de la bouche de divers acteurs combien la fête était créatrice de liens. J’ai aussi eu de bons retours sur le bal écossais, nos partenaires étaient ravis.

VA/ Le colloque du samedi sur le travail coopératif en réseau était très qualitatif mais assez atypique en ce qu’il tendait à prendre la forme d’une réunion collaborative…

On a fait en fonction de nos objectifs. On souhaitait partager avec d’autres notre notion du réseau, et nous même comprendre et approfondir tout ce que cela implique, afin d’en tirer quelque chose pour notre fonctionnement. Pour avons besoin de réfléchir à la suite, à la succession, à un nouveau souffle.

Randonnée pour la paix

Un Stevenson peut en cacher un autre… @GC

VA/ Ce nouveau souffle peut-il venir des jeunes ?

Rien que le fait de se poser la question créé déjà les conditions du renouvellement. Lorsque l’on dit que l’on fête les 20 ans, c’est aussi une façon de transmettre une forme de convivialité. Le simple fait d’avoir organisé cet évènement montre que l’on a besoin de tout le monde. Nous ne sommes pas éternels. Plus de 60 bénévoles ont été mobilisés, avec chacun sa feuille de route. Nous avons fait appel à nos adhérents, nos prestataires, nos familles et amis. Cela crée de belles énergies et l’ambiance joyeuse du travail d’animation de ces journées attirent du monde. La convivialité crée une forme d’attirance.

VA/ Ces trois jours ont aussi été marqués par cette table ronde sur la Grande Itinérance dont vous êtes à l’origine ?

On est ravi qu’elle ait eu lieu. On y allait un peu sur la pointe des pieds. Au départ, nous étions co-organisateurs avec la GTA (Grande Traversée des Alpes) et la FFR (Fédération Française de Randonnée) mais ces derniers mois, tout le monde n’était pas prêt. Certains pensaient qu’il était trop tôt pour se lancer, parlaient de reporter. On s’est finalement dits qu’on y allait et finalement, les autres ont suivi et ont convenu qu’on avait eu raison. On est heureux d’avoir tenu bon. C’est une vraie reconnaissance. Le plus difficile dans cette animation d’une association, d’un projet, c’est de tenir quand on voit que le temps s’écoule, mais là ça a payé puisque l’on a pu tous se rassembler.

Le réseau matérialisé

La Dinierola, maison d’hôte du réseau Stevenson à St-Etienne-Vallée-Française@GC

VA/ A l’avenir, quelles vont être les priorités de l’association ?

J’y verrai plus clair dans quelques jours (interview réalisé in situ), il va falloir gérer le succès de l’évènement, voir ce que l’on en fait. « Durer », c’est déjà un projet. Gérer le retour au calme. Et aussi, continuer à mobiliser du monde autour d’autres projets. L’un d’eux, celui de s’associer à un brasseur de bières pour créer une bière Stevenson a créé beaucoup de débat dans notre association. Ce projet est un moyen pour nous de trouver des financements mais il faut gérer ces débats, poursuivre la recherche d’autres fonds car les fonds publics n’iront pas en augmentant.

VA/ Un mot de conclusion sur ces trois jours festifs ?

La reconnaissance des pouvoirs publics le jour de la cérémonie d’inauguration nous a fait très chaud au cœur (le préfet, le député, le maire, la conseillère générale et locale s’étaient tous déplacés en personne). Pour nous, c’est très important, un réel encouragement, on envisage plus sereinement l’avenir. La marche pour la paix a également été un moment fort, surtout en cette date symbolique du 11 novembre au cœur du centenaire. Cela nous a permis de mettre en exergue les valeurs de Stevenson qui sous-tendent notre action, répéter combien la rencontre est porteuse de paix, une façon de boucler la boucle de notre action.

 

Merci à Brigitte Donnadieu, du Comité Départemental de la Lozère, pour avoir organisé un voyage de presse ayant permis ce reportage.

———- Aller plus loin ———

  • Association Sur le Chemin de Robert Louis Stevenson
  • Le Village, 48220 Le-Pont-de-Montvert
  • asso.stevenson@gmail.com – 04 66 45 86 31
  • A édité un petit livret « Voyage en Cévennes » répertoriant l’ensemble des acteurs du réseau.
  • www.chemin-stevenson.org
  • Contact de Christian pour louer un âne :
  • Christian Brochier– 04 66 41 04 16 – 06 84 26 30 58 –
  • http://anegenti.free.fr
  • Location des ânes à la semaine

Entretien avec Christian Brochier, président de l’association « Sur le Chemin de R.L.Stevenson » | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
A pied sur les chemins de Stevenson

Le RDV du voyage sur mesure au coeur de Paris

L'actu en continu

Les plus partagés

    Les derniers tweets

    Les catalogues Voyagiste


    Agenda