#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

Au Coeur du Var

| 27 octobre 2014 • Mis à jour le 27.10.2014 à 8h09
Thèmatique :  Bons plans   Territoire 
         

C’est pour ce plaisir de la balade, du sport, de la culture… de la bonne vie en somme, que les onze communes regroupées sous l’appellation Coeur du Var couvent comme un trésor un art de vivre inspiré par leur terroir. Des communes aux noms chantants tels que Pignans ou Le Cannet des Maures, où les ânes volent selon la légende, à Gonfaron, d’anciens villages miniers comme Cabasse-sur-Issole l’ancienne capitale de la bauxite, ou devenus station thermale comme Le Luc où de riches familles de St-Pétersbourg ou de Berlin descendaient au casino local après leurs bains quotidiens. Un village, encore, comme le Thoronet, qui prospéra grâce à son abbaye voisine, ou Carnoules, haut lieu de bagarres médiévales pour la prise du pouvoir en Provence.

Preuve de son engagement environnemental, le Coeur du Var abrite deux sites Natura 2000, ce réseau européen de sites écologiques visant à préserver le patrimoine naturel et la biodiversité et dont les normes sont réputées sévères. L’un de ces sites est la Plaine des Maures, le second le site Marais de Gavoty, Lac de Bonne Courge et Lac Redon situé sur les communes de Besse sur Issole, Gonfaron et Flassans. L’implication du Coeur du Var dans ces projets Natura 2000 est d’autant plus à souligner que la déchetterie locale de Balançan, qui draine les déchets d’une grande partie de la région, nourrit une fâcheuse réputation et la colère de nombreux habitants.

En automne, le Coeur du Var poursuit ses balades nature et marche dans les pas de l’histoire du massif des Maures (aux Mayons), enquête sur les pins ou la garrigue et sur les oiseaux (à Gonfaron), traque les traces des animaux (à Cabasse) ou vous fait découvrir les tortues d’Hermann (au Cannet des Maures). Dans le cadre de la Semaine varoise de la randonnée pédestre, des thèmes originaux de promenade sont proposés dans le Massif des Maures et le Coeur du Var.

Mais c’est aussi l’épopée des hommes qui s’offre au visiteur dans ses pérégrinations de village en village, témoins de luttes intestines après l’effondrement de l’empire romain, hérissés de fortifications et de remparts, ponctués d’églises à la gloire d’une ferveur chrétienne passée et pour finir, illustrés pour avoir choisi et défendu la république contre l’empire de Napoléon III.

L’abbaye du Thoronet

Quelle que soit l’indifférence du visiteur à l’égard du fait religieux, une étrange émotion le saisit à l’abbaye du Thoronet, sobre et magnifique dans son écrin de forêt. Achevée en 1175, l’abbaye cistercienne a été fondée près de Lorgues dans le Var par des moines désireux de trouver l’endroit idéal -isolé, rude, austère- pour y établir un monastère. Les premiers travaux de l’abbaye avaient débuté en 1160. L’architecture de cet édifice devait permettre de se conformer à la vie ascétique de l’ordre de Cîteaux, selon les règles de Saint-Bernard (1090-1123). Le dépouillement et la simplicité ont inspiré une oeuvre magistrale où alternent l’ombre et la lumière sur des constructions de pierres taillées et ordonnées sans joints de mortier.

Abbaye du Thoronet © Coeur de Var - O.Lanfranchi

Abbaye du Thoronet © Coeur de Var – O.Lanfranchi

La lumière et l’ombre sont les haut-parleurs de cette architecture de vérité“, disait Le Corbusier de l’abbaye du Thoronet. Guidés par la rigueur et la concentration sur l’essentiel, les moines ont conçu une transcription parfaite de leur conception de la foi.

L’ensemble des bâtiments de style roman, de l’église aux salles réservées aux frères convers, a été restauré à plusieurs reprises. Rachetée par l’Etat en 1854, l’abbaye a connu une longue prospérité grâce à l’agriculture et à l’élevage avant de décliner au 16è siècle suite aux guerres de religion. Des moines y vécurent toutefois jusqu’à la Révolution.

Dans le cadre de sa Semaine de la randonnée pédestre, l’office de tourisme du Var organise une visite du village du Thoronet par le chemin de St Jacques de Compostelle, qui rejoint l’abbaye. Un sentier de traverse, que seules empruntent les sœurs de Bethléem, fait découvrir l’abbaye du Thoronet sous un angle nouveau.

Une magnifique façon de rendre un hommage final à la découverte inédite d’un coin de Provence.

Bons plans/Idées

. Fête des châtaignes, Collobrières http://www.collobrieres-tourisme.com/index2.php?l_p=414

. Coeur du Var, tourisme http://www.coeurduvar.com/index.php

. Hébergement : chez Nili et Olivier à l’hôtel Notre-Dame dans un ancien relais de chasse du 17è siècleau bord de la rivière, avec ses chambres toutes différentes et des hôtes charmants. http://www.hotel-notre-dame.eu/fr/

. En bord de mer, pour finir en beauté :

Le Jardin des Méditerranées du Domaine du Rayol, au Rayo-Canadel-sur-Mer au pied du Massif des Maures. http://www.domainedurayol.org/accueil.html

Un somptueux jardin qui révèle les parentés des espèces végétales d’un bout à l’autre du monde dans des conditions climatiques semblables.

 

Contact Cœur du Var Tourisme
Communauté de Communes
Quartier Précoumin
83340 Le Luc
Tél. 04.98.10.43.59
Mail : tourisme@coeurduvar.com
Site internet : www.coeurduvar.com
Facebook : https://www.facebook.com/pages/Coeur-du-Var-Tourisme/

 


Au Coeur du Var | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Sabine Grandadam

Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Promenade d'automne au coeur du Var

Gagnez 300€ pour vos prochaines vacances !
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda